Couvre-feu, fermetures des bars et restaurants, restriction des contacts rapprochés... de nombreux pays européens, en proie à la deuxième vague de Covid, cherchent de nouvelles solutions pour limiter la propagation, tout en évitant le même type de lockdown qu'au printemps. Parmi ces idées, celle d'un (re)confinement plus strict, mais seulement certains jours de la semaine, circule.
...

Couvre-feu, fermetures des bars et restaurants, restriction des contacts rapprochés... de nombreux pays européens, en proie à la deuxième vague de Covid, cherchent de nouvelles solutions pour limiter la propagation, tout en évitant le même type de lockdown qu'au printemps. Parmi ces idées, celle d'un (re)confinement plus strict, mais seulement certains jours de la semaine, circule. C'est notamment le cas en France, qui multiplie actuellement les réunions pour décider d'un nouveau tour de vis. Au programme : des consultations sur les durcissements envisagés, avant un conseil de défense mercredi pour prendre des décisions qui seront annoncées aux Français d'ici la fin de la semaine. Des mesures qu'on annonce déjà comme "difficiles". Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, a notamment avancé deux hypothèses. La première est un confinement, mais "moins dur" et moins long qu'au printemps. La seconde est "un couvre-feu plus massif, à la fois dans ses horaires, dans son étendue au niveau du territoire national, et qui puisse également être mis en place le week-end". Ce n'est pas la première fois que l'idée est lancée en France. Vendredi dernier, l'Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) d'Auvergne Rhône-Alpes avait appelé les pouvoirs publics à reconfiner la population le week-end et imposer un couvre-feu général de 19h à 6h. Le but : enrayer la propagation tout en préservant l'économie. Selon son secrétaire général, médecin généraliste de profession, il y a deux moments où les gens peuvent se contaminer : entre la sortie du travail et le couvre-feu "quand on va faire ses courses et voir d'autres personnes, et les week-ends, avec les sorties au restaurant ou au bar, par exemple." Car même si un couvre-feu est mis en place en France dans de nombreux départements, les bars et les restaurants ne sont pas fermés partout, comme c'est le cas en Belgique. Les citoyens auraient donc tendance à davantage se voir et relâcher les gestes barrières le week-end. Selon des sources industrielles, citées par Ouest-France, ces mesures font partie de nombreux scénarios. Si elles sont adoptées, elles pourraient s'appliquer en région parisienne, à Marseille et à Lyon, trois zones particulièrement affectées par le virus.Une idée qui fait également son chemin ailleurs en Espagne. La Catalogne a indiqué réfléchir à un éventuel confinement de la population à domicile le week-end. "C'est un scénario qui est sur la table, puisque c'est pendant les week-ends qu'il y a le plus d'interactions sociales", a déclaré la porte-parole du gouvernement régional, Meritxell Budo, sur la radio publique catalane.