Le site "Re-Open EU" vise surtout à soutenir la relance du tourisme et le rétablissement de la liberté de circulation dans le cadre du déconfinement qui se poursuit à des rythmes variables dans les différents pays membres de l'UE. Tout comme l'aperçu simplifié des conseils de voyages mis en ligne lundi par les Affaires étrangères belges, le site européen doit permettre au citoyen d'organiser ses vacances d'été et ses prochains déplacements intra-européens en connaissance de cause.

Des informations pratiques sur les obligations en matière de port du masque, distanciation, etc., sont comprises. Les informations reprises sont fournies par les Etats, a insisté lundi face aux journalistes la porte-parole de la Commission pour le marché intérieur, Sonya Gospodinova. Ce qui explique que certaines informations puissent manquer.

La crise du coronavirus avait mis à mal l'unité européenne au moment de l'éclatement de la pandémie sur le continent, de nombreux Etats décidant de manière non-concertée de rétablir des contrôles à leurs frontières nationales. La libre circulation des personnes et marchandises à l'intérieur de l'UE et de Schengen s'en était retrouvée fortement perturbée, et la Commission avait ensuite tenté de reprendre la main en poussant les Etats membres à davantage de coordination.

Pour le "déconfinement" et à l'approche des vacances d'été, l'exécutif européen avait publié le 11 juin des recommandations plaidant pour une levée de toutes restrictions aux frontières internes le 15 juin, et pour une levée graduelle des restrictions aux frontières extérieures à partir du 1er juillet. La Commission ne peut que "recommander" dans ce domaine, car les frontières restent gérées au niveau des Etats.

La Belgique, comme la France et l'Allemagne, a joué le jeu et a fixé au 15 juin la réouverture de ses frontières aux résidents des autres pays UE, Schengen et du Royaume-Uni. D'autres ont maintenu leur propre agenda de déconfinement, rouvrant leurs portes aux touristes plus tôt (Italie) ou prévoyant de le faire plus tard ou de manière sélective. Plusieurs pays maintiennent encore un accès très limité qui exclut les touristes sans attaches locales, ou imposent une quarantaine à l'arrivée. Les informations reprises sur le site Re-Open EU lundi ne renseignent pas la situation dans les pays associés à l'espace Schengen (Islande, Norvège, Suisse, Liechstenstein) ni au Royaume-Uni.

Le site "Re-Open EU" vise surtout à soutenir la relance du tourisme et le rétablissement de la liberté de circulation dans le cadre du déconfinement qui se poursuit à des rythmes variables dans les différents pays membres de l'UE. Tout comme l'aperçu simplifié des conseils de voyages mis en ligne lundi par les Affaires étrangères belges, le site européen doit permettre au citoyen d'organiser ses vacances d'été et ses prochains déplacements intra-européens en connaissance de cause. Des informations pratiques sur les obligations en matière de port du masque, distanciation, etc., sont comprises. Les informations reprises sont fournies par les Etats, a insisté lundi face aux journalistes la porte-parole de la Commission pour le marché intérieur, Sonya Gospodinova. Ce qui explique que certaines informations puissent manquer. La crise du coronavirus avait mis à mal l'unité européenne au moment de l'éclatement de la pandémie sur le continent, de nombreux Etats décidant de manière non-concertée de rétablir des contrôles à leurs frontières nationales. La libre circulation des personnes et marchandises à l'intérieur de l'UE et de Schengen s'en était retrouvée fortement perturbée, et la Commission avait ensuite tenté de reprendre la main en poussant les Etats membres à davantage de coordination. Pour le "déconfinement" et à l'approche des vacances d'été, l'exécutif européen avait publié le 11 juin des recommandations plaidant pour une levée de toutes restrictions aux frontières internes le 15 juin, et pour une levée graduelle des restrictions aux frontières extérieures à partir du 1er juillet. La Commission ne peut que "recommander" dans ce domaine, car les frontières restent gérées au niveau des Etats.La Belgique, comme la France et l'Allemagne, a joué le jeu et a fixé au 15 juin la réouverture de ses frontières aux résidents des autres pays UE, Schengen et du Royaume-Uni. D'autres ont maintenu leur propre agenda de déconfinement, rouvrant leurs portes aux touristes plus tôt (Italie) ou prévoyant de le faire plus tard ou de manière sélective. Plusieurs pays maintiennent encore un accès très limité qui exclut les touristes sans attaches locales, ou imposent une quarantaine à l'arrivée. Les informations reprises sur le site Re-Open EU lundi ne renseignent pas la situation dans les pays associés à l'espace Schengen (Islande, Norvège, Suisse, Liechstenstein) ni au Royaume-Uni.