Le Polonais a remis au Belge la clochette présidentielle qu'il avait reçue il y a cinq ans des mains d'un autre Belge, Herman Van Rompuy, qui fut en 2010 le premier président permanent de cet organe officiellement institué par le traité de Lisbonne.

M. Michel entamera dimanche un mandat de deux ans et demi, renouvelable une fois. Sa mission principale sera de maintenir la cohésion et de forger les consensus entre les Etats membres. Avec la présidente de la Commission Ursula von der Leyen et le Haut représentant Josep Borrell, ou encore le président du Parlement David Sassoli, il pourra aussi représenter l'UE à travers le monde. Sa priorité ira à la lutte contre le réchauffement climatique, en visant la traduction en actes de l'objectif européen de parvenir à la neutralité carbone en 2050.

Mais des sujets comme le Brexit, la confection du budget 2021-2027 de l'UE, l'achèvement de l'union bancaire et financière, l'asile et la migration, la défense européenne au sein de l'OTAN, la sécurité, les valeurs de l'Europe ou encore la place de l'Europe dans le monde devraient le mobiliser très rapidement. Son premier grand rendez-vous est fixé aux 12 et 13 décembre avec le traditionnel sommet d'hiver, à Bruxelles, en pleines élections législatives au Royaume-Uni. On y parlera budget et neutralité climatique, ainsi que de sujets internationaux.

L'ex-Premier ministre belge fera ses premiers pas dans sa nouvelle fonction dimanche matin aux côtés du président du Parlement David Sassoli, de Mme von der Leyen et de la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde, à l'occasion d'une cérémonie à la Maison de l'histoire européenne (Parc Léopold) pour marquer le 10e anniversaire de l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne.