"Nous sommes convenus de lever le système de priorité le 7 juin, dans trois semaines, dans les cabinets médicaux, chez les médecins d'entreprise et dans les centres de vaccination", a déclaré à la presse M. Spahn, à l'issue de discussions avec ses homologues des 16 régions allemandes.

Après des débuts poussifs, la campagne vaccinale a atteint en Allemagne un rythme soutenu. Quelque 40% de la population du pays, qui compte 84 millions d'habitants, devraient ainsi avoir reçu fin mai au moins une dose, selon le ministre. Environ 15 millions d'injections devraient être pratiquées d'ici le 7 juin et la levée des priorités d'accès aux vaccins, a ajouté Jens Spahn.

Le ministre a toutefois prévenu que tout le monde ne pourrait pas se faire vacciner immédiatement en juin, car les médecins et les centres de vaccination doivent d'abord boucler la phase d'injections aux publics prioritaires (les enseignants, les policiers, le personnel des supermarchés et les travailleurs des transports publics, notamment).

Même si l'ordre de priorité est levé, cela ne signifie pas que tous ceux qui le souhaitent pourront se faire vacciner en juin

Jens Spahn.

Le gouvernement allemand s'est fixé l'objectif de proposer la vaccination à tous les adultes d'ici la fin du mois de septembre. Vacciner en priorité les personnes âgées était un "impératif épidémiologique", a plaidé M. Spahn. "Ce n'était pas de la bureaucratie, ça a sauvé des vies", a fait valoir le ministre de la Santé. L'Allemagne semble avoir surmonté la troisième vague de contaminations, avait salué M. Spahn le 7 mai.

La baisse des contaminations devraient permettre des réouvertures dans les prochains jours, en particulier des jardins d'enfants ou de terrasses de restaurants.

Plus de 86.000 personnes sont mortes des sites du Covid-19 en Allemagne, selon l'institut Robert Koch.

"Nous sommes convenus de lever le système de priorité le 7 juin, dans trois semaines, dans les cabinets médicaux, chez les médecins d'entreprise et dans les centres de vaccination", a déclaré à la presse M. Spahn, à l'issue de discussions avec ses homologues des 16 régions allemandes. Après des débuts poussifs, la campagne vaccinale a atteint en Allemagne un rythme soutenu. Quelque 40% de la population du pays, qui compte 84 millions d'habitants, devraient ainsi avoir reçu fin mai au moins une dose, selon le ministre. Environ 15 millions d'injections devraient être pratiquées d'ici le 7 juin et la levée des priorités d'accès aux vaccins, a ajouté Jens Spahn. Le ministre a toutefois prévenu que tout le monde ne pourrait pas se faire vacciner immédiatement en juin, car les médecins et les centres de vaccination doivent d'abord boucler la phase d'injections aux publics prioritaires (les enseignants, les policiers, le personnel des supermarchés et les travailleurs des transports publics, notamment). Le gouvernement allemand s'est fixé l'objectif de proposer la vaccination à tous les adultes d'ici la fin du mois de septembre. Vacciner en priorité les personnes âgées était un "impératif épidémiologique", a plaidé M. Spahn. "Ce n'était pas de la bureaucratie, ça a sauvé des vies", a fait valoir le ministre de la Santé. L'Allemagne semble avoir surmonté la troisième vague de contaminations, avait salué M. Spahn le 7 mai. La baisse des contaminations devraient permettre des réouvertures dans les prochains jours, en particulier des jardins d'enfants ou de terrasses de restaurants. Plus de 86.000 personnes sont mortes des sites du Covid-19 en Allemagne, selon l'institut Robert Koch.