Outre les huit départements de l'Ile-de-France et les cinq des Hauts-de-France, sont concernés les Alpes-Maritimes, la Seine-Maritime et l'Eure.

Les commerces et rayons de grandes surfaces ne rentrant pas dans la liste de ceux "vendant des biens et des services de première nécessité" y fermeront leurs portes à partir de ce week-end.

"Pour ralentir l'épidémie, il faut réduire (...) les occasions de contacts dans les lieux clos", a expliqué Jean Castex. "La fermeture d'une partie des commerces doit y contribuer, indépendamment des risques spécifiques liés à leur fréquentation". "Par souci d'équité, les restrictions de vente s'appliqueront aux mêmes produits qu'ils soient vendus dans un rayon de grande surface, un commerce spécialisé ou un petit commerce de centre-ville", a-t-il ajouté, en précisant que librairies et disquaires pourront rester ouverts, étant désormais catégorisés comme "de première nécessité".

Les sorties seront également limitées à "10 kilomètres autour de chez soi", avec une attestation. "Il sera possible de sortir de chez soi pour se promener, s'aérer ou faire du sport, en journée, sans aucune limitation de durée mais avec une attestation et à la condition de rester dans un rayon limité à 10 kilomètres autour de chez soi", a déclaré le chef de gouvernement. "Pour les habitants des territoires concernés, les déplacements inter-régionaux seront par ailleurs interdits, sauf motifs impérieux ou professionnels", a-t-il ajouté.

Les écoles et collèges ouvriront normalement mais les lycées basculeront tous en "demi-jauge".

Le couvre-feu va être retardé de 18h à 19h en métropole à compter de samedi, notamment pour tenir compte du passage à l'heure d'été, a encore annoncé le chef du gouvernement français. "Cet ajustement (...) concernera tous les départements et pas seulement" ceux "soumis (aux) mesures renforcées" pour freiner la circulation du virus, a-t-il précisé.

Il a également demandé "à toutes les entreprises et administrations qui le peuvent" de pousser "au maximum" le télétravail pour le mettre en place "au moins quatre jours sur cinq" et ainsi "être vigilants" sur les risques de contamination au travail.

Ces mesures ont été prises pour "au moins quatre semaines" et pourront être étendues "si nécessaire à d'autres parties du territoire". "C'est une 3ème voie que nous retenons, une voie qui doit permettre de freiner sans enfermer", a insisté le Premier ministre.

Outre les huit départements de l'Ile-de-France et les cinq des Hauts-de-France, sont concernés les Alpes-Maritimes, la Seine-Maritime et l'Eure. Les commerces et rayons de grandes surfaces ne rentrant pas dans la liste de ceux "vendant des biens et des services de première nécessité" y fermeront leurs portes à partir de ce week-end. "Pour ralentir l'épidémie, il faut réduire (...) les occasions de contacts dans les lieux clos", a expliqué Jean Castex. "La fermeture d'une partie des commerces doit y contribuer, indépendamment des risques spécifiques liés à leur fréquentation". "Par souci d'équité, les restrictions de vente s'appliqueront aux mêmes produits qu'ils soient vendus dans un rayon de grande surface, un commerce spécialisé ou un petit commerce de centre-ville", a-t-il ajouté, en précisant que librairies et disquaires pourront rester ouverts, étant désormais catégorisés comme "de première nécessité".Les sorties seront également limitées à "10 kilomètres autour de chez soi", avec une attestation. "Il sera possible de sortir de chez soi pour se promener, s'aérer ou faire du sport, en journée, sans aucune limitation de durée mais avec une attestation et à la condition de rester dans un rayon limité à 10 kilomètres autour de chez soi", a déclaré le chef de gouvernement. "Pour les habitants des territoires concernés, les déplacements inter-régionaux seront par ailleurs interdits, sauf motifs impérieux ou professionnels", a-t-il ajouté. Les écoles et collèges ouvriront normalement mais les lycées basculeront tous en "demi-jauge".Le couvre-feu va être retardé de 18h à 19h en métropole à compter de samedi, notamment pour tenir compte du passage à l'heure d'été, a encore annoncé le chef du gouvernement français. "Cet ajustement (...) concernera tous les départements et pas seulement" ceux "soumis (aux) mesures renforcées" pour freiner la circulation du virus, a-t-il précisé. Il a également demandé "à toutes les entreprises et administrations qui le peuvent" de pousser "au maximum" le télétravail pour le mettre en place "au moins quatre jours sur cinq" et ainsi "être vigilants" sur les risques de contamination au travail.Ces mesures ont été prises pour "au moins quatre semaines" et pourront être étendues "si nécessaire à d'autres parties du territoire". "C'est une 3ème voie que nous retenons, une voie qui doit permettre de freiner sans enfermer", a insisté le Premier ministre.