Guy Verhofstadt gagne entre 162 000 et 312 000 euros par an en plus de son salaire européen. C'est ce qui ressort des données de Transparency International EU, une organisation non gouvernementale (ONG) qui surveille la politique européenne. L'ONG se base sur ce que les membres du parlement déclarent. Les extras non déclarés ne sont donc pas inclus dans l'exercice. La dernière déclaration de Verhofstadt date du 16 septembre. Sur base de la dernière mise à jour, Verhofstadt arrive en quatrième position sur un total de 705 députés européens. La troisième place revient au Danois Asger Christensen (240 000-252 000 €), la deuxième au Français Sandro Goz (360 000-720 000 €). La première place revient au Polonais Radoslaw Sikorski, qui gagne entre 588 000 et 804 000 euros. Il s'agit d'estimations, car les députés ne doivent pas toujours donner des montants exacts.

Conférencier

A la lecture de la déclaration de Verhofstadt, on constate que le gros de ses revenus supplémentaires lui vient de son siège au conseil d'administration de la société d'investissement Sofina. Cela rapporte 10.000 euros par mois à l'ancien Premier ministre. Le libéral tire également des revenus de sa position de membre du conseil consultatif de la plateforme d'investissement Planet First Partners. En outre, il perçoit des revenus en tant que "conférencier" pour le bureau JLA London, Speakers Associates et Assemblee Speakers. Grâce à ces agences, il est possible de s'offrir les services de Verhofstadt comme conférencier. Pour rappel, le salaire d'un député européen est de 8 757,70 euros bruts par mois.

Scandale éthique

Pour Raphael Kergueno, le responsable politique de l'ONG, si tous les revenus supplémentaires n'entraînent pas forcément un conflit d'intérêts, le fait que certains revenus prennent de telles proportions reste une source de préoccupation. Tout comme le fait que certains revenus auxiliaires ne commencent qu'après le début du mandat du député".

L'ONG a calculé que 27 % de l'ensemble des députés européens ont déclaré pour un total allant d'entre 3,9 et 11,5 millions d'euros en extras. Au moins 39 membres gagnent plus de 100 000 euros supplémentaires par an. En outre, les descriptions sur ce qu'impliquent exactement ces activités connexes sont souvent vagues. Pour Kergueno, "cette situation a tout pour créer un nouveau scandale éthique " et c'est pourquoi Transparency International UE plaide pour un organisme indépendant qui s'attaque aux risques de conflits d'intérêts.

Guy Verhofstadt gagne entre 162 000 et 312 000 euros par an en plus de son salaire européen. C'est ce qui ressort des données de Transparency International EU, une organisation non gouvernementale (ONG) qui surveille la politique européenne. L'ONG se base sur ce que les membres du parlement déclarent. Les extras non déclarés ne sont donc pas inclus dans l'exercice. La dernière déclaration de Verhofstadt date du 16 septembre. Sur base de la dernière mise à jour, Verhofstadt arrive en quatrième position sur un total de 705 députés européens. La troisième place revient au Danois Asger Christensen (240 000-252 000 €), la deuxième au Français Sandro Goz (360 000-720 000 €). La première place revient au Polonais Radoslaw Sikorski, qui gagne entre 588 000 et 804 000 euros. Il s'agit d'estimations, car les députés ne doivent pas toujours donner des montants exacts.A la lecture de la déclaration de Verhofstadt, on constate que le gros de ses revenus supplémentaires lui vient de son siège au conseil d'administration de la société d'investissement Sofina. Cela rapporte 10.000 euros par mois à l'ancien Premier ministre. Le libéral tire également des revenus de sa position de membre du conseil consultatif de la plateforme d'investissement Planet First Partners. En outre, il perçoit des revenus en tant que "conférencier" pour le bureau JLA London, Speakers Associates et Assemblee Speakers. Grâce à ces agences, il est possible de s'offrir les services de Verhofstadt comme conférencier. Pour rappel, le salaire d'un député européen est de 8 757,70 euros bruts par mois.Pour Raphael Kergueno, le responsable politique de l'ONG, si tous les revenus supplémentaires n'entraînent pas forcément un conflit d'intérêts, le fait que certains revenus prennent de telles proportions reste une source de préoccupation. Tout comme le fait que certains revenus auxiliaires ne commencent qu'après le début du mandat du député". L'ONG a calculé que 27 % de l'ensemble des députés européens ont déclaré pour un total allant d'entre 3,9 et 11,5 millions d'euros en extras. Au moins 39 membres gagnent plus de 100 000 euros supplémentaires par an. En outre, les descriptions sur ce qu'impliquent exactement ces activités connexes sont souvent vagues. Pour Kergueno, "cette situation a tout pour créer un nouveau scandale éthique " et c'est pourquoi Transparency International UE plaide pour un organisme indépendant qui s'attaque aux risques de conflits d'intérêts.