"Nous allons proposer une extension du couvre-feu, qui au lieu de démarrer à 20h00, démarrera à 18h00 dans l'ensemble des territoires dans lesquels ça s'avèrera nécessaire", a indiqué M. Véran lors du journal télévisé de la chaîne publique France 2.

"Ces mesures seront applicables à partir du 2 janvier", a-t-il ajouté. Le ministre a précisé que les territoires concernés étaient "des départements, des métropoles (...), dans lesquels le taux d'incidence serait au-dessus du seuil d'alerte maximale".

Selon lui, "la situation est plus problématique dans quatre régions: c'est-à-dire le Grand Est, la Bourgogne Franche-Comté, la région Auvergne-Rhône-Alpes, et le département des Alpes-Maritimes en région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur)".

"Il y a des disparités territoriales importantes, avec une sorte de gradient, avec l'Ouest de la France qui est moins touché, et l'Est de la France qui est plus touché", a-t-il résumé.

Le ministère de la Santé avait précisé à la presse, en fin d'après-midi, que 20 départements seraient visés, depuis les Ardennes jusqu'aux Alpes-Maritimes, en passant par l'Allier ou le Bas-Rhin. Mais "ce que nous écartons c'est l'idée de confinement. Nous ne voulons pas confiner à ce stade: ni un confinement généralisé, ni un confinement local", a insisté M. Véran.

Le Conseil scientifique, qui guide le gouvernement français, estime "probable" une "reprise incontrôlée de l'épidémie" de Covid-19 en janvier, à cause du "surcroît de contaminations" provoqué par les fêtes de fin d'année, selon son dernier avis publié mardi soir.

"Nous allons proposer une extension du couvre-feu, qui au lieu de démarrer à 20h00, démarrera à 18h00 dans l'ensemble des territoires dans lesquels ça s'avèrera nécessaire", a indiqué M. Véran lors du journal télévisé de la chaîne publique France 2. "Ces mesures seront applicables à partir du 2 janvier", a-t-il ajouté. Le ministre a précisé que les territoires concernés étaient "des départements, des métropoles (...), dans lesquels le taux d'incidence serait au-dessus du seuil d'alerte maximale". Selon lui, "la situation est plus problématique dans quatre régions: c'est-à-dire le Grand Est, la Bourgogne Franche-Comté, la région Auvergne-Rhône-Alpes, et le département des Alpes-Maritimes en région PACA (Provence-Alpes-Côte d'Azur)". "Il y a des disparités territoriales importantes, avec une sorte de gradient, avec l'Ouest de la France qui est moins touché, et l'Est de la France qui est plus touché", a-t-il résumé. Le ministère de la Santé avait précisé à la presse, en fin d'après-midi, que 20 départements seraient visés, depuis les Ardennes jusqu'aux Alpes-Maritimes, en passant par l'Allier ou le Bas-Rhin. Mais "ce que nous écartons c'est l'idée de confinement. Nous ne voulons pas confiner à ce stade: ni un confinement généralisé, ni un confinement local", a insisté M. Véran. Le Conseil scientifique, qui guide le gouvernement français, estime "probable" une "reprise incontrôlée de l'épidémie" de Covid-19 en janvier, à cause du "surcroît de contaminations" provoqué par les fêtes de fin d'année, selon son dernier avis publié mardi soir.