Le ministère observe une tendance à l'accélération ces dernières semaines, avec 26% de cas en plus par rapport à la semaine dernière, contre 18% et 11% de hausse les semaines précédentes, en France hors Guyane.

"Cette tendance de fond indique que nos habitudes récentes" (relâchement de l'application des gestes barrière, augmentation du nombre de contacts à risques...) "favorisent la circulation du virus depuis déjà plusieurs semaines", souligne-t-il dans un communiqué.

"Au moindre symptôme, il est plus que jamais nécessaire de se faire dépister par test virologique, en s'isolant avant même d'avoir un rendez-vous puis dans l'attente du résultat", pour éviter que "des chaînes de transmission, parfois importantes, se forment" et empêcher "l'épidémie de rebondir", ajoute-t-il.

L'épidémie a fait 10 morts depuis mercredi dans les hôpitaux, portant le nombre total de décès à 30.182 personnes.

Depuis le 9 mai, 570 cas groupés (ou "clusters") ont été détectés mais 361 sont "clôturés", relève la DGS. 209 foyers sont donc encore actifs au 23 juillet, dont 10 nouveaux détectés depuis la veille.

Un "cluster" est défini par la survenue d'au moins trois cas confirmés ou probables, dans une période de 7 jours, qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement.

Le ministère observe une tendance à l'accélération ces dernières semaines, avec 26% de cas en plus par rapport à la semaine dernière, contre 18% et 11% de hausse les semaines précédentes, en France hors Guyane."Cette tendance de fond indique que nos habitudes récentes" (relâchement de l'application des gestes barrière, augmentation du nombre de contacts à risques...) "favorisent la circulation du virus depuis déjà plusieurs semaines", souligne-t-il dans un communiqué."Au moindre symptôme, il est plus que jamais nécessaire de se faire dépister par test virologique, en s'isolant avant même d'avoir un rendez-vous puis dans l'attente du résultat", pour éviter que "des chaînes de transmission, parfois importantes, se forment" et empêcher "l'épidémie de rebondir", ajoute-t-il.L'épidémie a fait 10 morts depuis mercredi dans les hôpitaux, portant le nombre total de décès à 30.182 personnes.Depuis le 9 mai, 570 cas groupés (ou "clusters") ont été détectés mais 361 sont "clôturés", relève la DGS. 209 foyers sont donc encore actifs au 23 juillet, dont 10 nouveaux détectés depuis la veille.Un "cluster" est défini par la survenue d'au moins trois cas confirmés ou probables, dans une période de 7 jours, qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement.