Le Barça s'était imposé 3-0 chez lui au match aller et Liverpool, privé de ses stars Mohamed Salah et Roberto Firmino, blessés, semblait se diriger vers une défaite certaine mais le club anglais a réalisé l'un des plus grands retours de son histoire en s'imposant 4-0 à domicile, se qualifiant pour la finale de la Ligue des Champions.

Lors de la séance hebdomadaire de questions-réponses au Parlement, mercredi, Theresa May s'est inspirée de cette victoire pour parler du Brexit. La victoire de Liverpool "nous montre que lorsque tout le monde dit que tout est fini, que votre adversaire européen vous a battu, que le temps presse, qu'il est temps d'admettre la défaite, en fait, nous pouvons toujours obtenir un succès si tout le monde se rassemble", a déclaré la Première ministre sous les applaudissements des membres de son parti conservateur. Ses commentaires répondaient à une pique du leader du Labour, principal parti d'opposition, Jeremy Corbyn, qui lui suggérait de "prendre des conseils auprès de Jurgen Klopp", le charismatique entraîneur allemand de Liverpool, "sur la manière d'obtenir des résultats en Europe". Jeremy Corbyn a été applaudi par ses troupes mais n'a pas eu de répartie immédiate à la réponse de la cheffe du gouvernement.

Le gouvernement conservateur de Mme May est engagé depuis plus d'un mois dans des discussions avec l'opposition travailliste pour tenter d'aboutir à un consensus afin de faire adopter l'accord de Brexit, conclu avec Bruxelles fin novembre mais rejeté trois fois par le parlement britannique. Le Royaume-Uni devait à l'origine quitter l'Union européenne le 29 mars mais a dû repousser deux fois la date de départ, faute d'avoir le soutien des députés. La nouvelle date limite a été fixée au 31 octobre - et pourrait encore être repoussée. Ces délais ont conduit le gouvernement de Mme May à admettre mardi que le pays n'aurait d'autre choix que de prendre part aux élections européennes qui seront organisées le 23 mai, près de trois ans après le référendum de juin 2016 sur le Brexit.