Quelles sont les villes où l'air est le plus dangereux?

15/02/17 à 15:22 - Mise à jour à 15:22

Source: The Guardian

Le Guardian a listé les villes, région par région, où les particules présentes dans l'air sont les plus dangereuses pour la santé. La capitale belge ne fait pas exception, mais n'est pas la plus mauvaise élève.

Quelles sont les villes où l'air est le plus dangereux?

En Chine, lors d'une alerte rouge de pollution. © REUTERS

Le quotidien britannique The Guardian a rassemblé les données de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur la pollution de l'air. Des milliards de personnes dans le monde sont exposées à de l'air dangereux, mais les niveaux de pollution varient largement. Les villes à croissance rapide, en Asie et en Afrique notamment, sont les plus touchées.

PM2,5 et PM10 : que signifient ces mesures de pollution ?

Ces statistiques ont été étudiées à partir de deux niveaux de particules en suspension différents, dont les sources d'émission sont multiples : les PM2,5 et les PM10. Les "PM10" sont les particules dont le diamètre est inférieur à 10 micromètres (µm), tandis que le diamètre des particules fines PM2.5 sont inférieures à 2.5 µm. Pour nous faire une idée de cette mesure, l'IRCELINE, la Cellule interrégionale pour l'environnement en Belgique, donne en comparaison le diamètre moyen d'un cheveu humain (50 à 70 µm). Le taux maximal de PM2,5 dans l'air recommandé par l'OMS est de 10 µg/m³. Pour les PM10, c'est 20µg/m³.

Les PM10 sont plus grandes et considérées comme un peu moins dangereuses. En effet, les particules les plus nuisibles pour la santé sont celles dont le diamètre n'excède pas 10 microns, car elles peuvent pénétrer et se loger en profondeur dans les poumons, avertit l'OMS. L'exposition chronique à ces particules augmente le risque de maladies cardiovasculaires et respiratoires.

Mais les particules fines ne sont pas les seules dont il faut se méfier. Des risques sanitaires sont également associés à l'ozone (O3), au dioxyde d'azote (NO2) et au dioxyde de soufre (SO2). Les concentrations de ces molécules, tout comme les particules fines, sont en général plus importantes dans les zones urbaines des pays à revenu faible ou intermédiaire, comme le démontrent les chiffres de l'OMS. En Belgique, la pollution est donnée pour responsable d'environ 12.000 décès prématurés chaque année.

Parmi les villes les plus concernées à travers le monde par les particules fines (PM2,5), on retrouve en première position Zabol (217 µg/m³), en Iran. Suivent dans le classement bon nombre de villes d'Inde, de Chine ou encore quelques villes d'Arabie Saoudite. L'Inde est d'ailleurs en train de rattraper la Chine en termes de nombre de décès causés par la pollution, selon une étude du Health Effects Institute et de l'Institute for Health Metrics and Evaluation. La pollution de l'air est désormais responsable anuellement en Inde de 1,1 million de décès prématurés, un niveau égal à celui de son voisin chinois. Mais si le nombre de morts en Chine s'est stabilisé ces dernières années, il a au contraire rapidement progressé en Inde, note l'étude.

En Europe, c'est la ville de Tetovo (81 µg/m³), en Macédoine, qui fait office de très mauvaise élève. En Amérique du Nord, ce sont les villes de Californie qui figurent en tête, avec Visalia-Porterville (18 µg/m³) en première position. En Australie, la ville la plus concernée, Christchurch, atteint précisément les 10 µg/m³ recommandés.

Et les autres?

Quelles sont les villes où l'air est le plus dangereux?

© Capture d'écran The Guardian

En dehors des villes que peu d'entre nous connaissent, le Guardian fait également le classement des villes mondiales les plus polluées au niveau des matières particulaires. Sur le continent européen, le top 3 des villes les plus polluées regroupe Istanbul (Turquie) avec 33 µg/m³, Varsovie (Pologne) avec 26 µg/m³ et Budapest (Hongrie) avec 25 µg/m³. Bruxelles arrive à la 7e position, suivie de près par Paris, avec toutes deux une moyenne de 18 µg/m³. Parmi les meilleurs élèves, on retrouve Helsinki (Finlande), Edimbourg (Royaume-Uni) et Stockholm (Suède), les seuls sous le seuil recommandé par l'OMS.

Concernant les pires villes au monde pour la pollution de PM10, c'est Onitsha, au Nigeria qui est en tête, avec 594 microgrammes par mètre cube très loin au-dessus des 20µg/m³ de moyenne recommandés par l'OMS. La suite du classement regroupe des villes du Pakistan, d'Iran, d'Inde ou encore d'Arabie Saoudite.

Nos partenaires