Il s'est attiré les foudres du bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever, par ailleurs président de la N-VA, qui a rejeté tout arrêt des travaux.

"Il faut d'abord examiner s'il y a un risque pour la santé publique. Ce n'est qu'ensuite que nous pourrons aller de l'avant (avec ces travaux, NDLR). Nous ne pouvons pas nous permettre (de prendre) des risques liés à la santé. Nous n'allons pas mettre en jeu la santé des personnes", "a affirmé Joachim Coens lors de l'émission "De Ochtend" de la VRT-radio.

"Si nous savons qu'il y a un risque pour la santé publique, tout doit être mis en oeuvre pour l'éviter", a ajouté M. Coens.

Pour le président du CD&V, il n'est pas imaginable d'établir dans trois ans qu'il existait un risque en termes de santé publique mais qu'aucune mesure n'a été prise. "Nous entendons qu'il y a des problèmes toxicologiques. Enquêtons. Ces travaux sont-ils sûrs ou non?", a-t-il encore dit.

M. De Wever lui a répliqué qu'"arrêter le plus grand projet en termes de mobilité, d'habitabilité, de climat et de santé de ce siècle serait une erreur dramatique pour l'environnement et la santé publique".

Le président des nationalistes s'est dit convaincu que Lantis, la société en charge des travaux d'infrastructure, gère le chantier "en bon père de famille" et "avec les moyens les plus modernes".

"De plus, grâce au chantier, la nappe phréatique est dépolluée et les parties de sol les plus polluées sont sécurisées", a-t-il fait valoir.

"Le chantier a subi plusieurs inspections strictes. Même le conseil communal de Zwijndrecht (dont le bourgmestre, André Van de Vyver, est écologiste, NDLR) a exprimé sa satisfaction de l'approche adoptée en 2019", a encore déclaré M. De Wever.

Une pollution au PFOS - une substance classée comme perturbateur endocrinien et polluant organique persistant -, liée à l'usine 3M, a été récemment découverte à Zwijndrecht à la suite de travaux d'infrastructures dans le cadre de l'Oosterweel. Elle provoque depuis plusieurs jours de sérieux remous au sein du gouvernement flamand.

La liaison Oosterweel prévoit de connecter l'autoroute E34 avec le ring d'Anvers à hauteur du Palais des Sports à Merksem. Elle comprend la construction d'un tunnel à péage sous l'Escaut et d'un viaduc haubané courbe de plus de 600 mètres de long sur la rive droite au-dessus des docks. La liaison tient son nom de l'ancien village d'Austruweel (en néerlandais : Oosterweel).

Il s'est attiré les foudres du bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever, par ailleurs président de la N-VA, qui a rejeté tout arrêt des travaux. "Il faut d'abord examiner s'il y a un risque pour la santé publique. Ce n'est qu'ensuite que nous pourrons aller de l'avant (avec ces travaux, NDLR). Nous ne pouvons pas nous permettre (de prendre) des risques liés à la santé. Nous n'allons pas mettre en jeu la santé des personnes", "a affirmé Joachim Coens lors de l'émission "De Ochtend" de la VRT-radio. "Si nous savons qu'il y a un risque pour la santé publique, tout doit être mis en oeuvre pour l'éviter", a ajouté M. Coens. Pour le président du CD&V, il n'est pas imaginable d'établir dans trois ans qu'il existait un risque en termes de santé publique mais qu'aucune mesure n'a été prise. "Nous entendons qu'il y a des problèmes toxicologiques. Enquêtons. Ces travaux sont-ils sûrs ou non?", a-t-il encore dit. M. De Wever lui a répliqué qu'"arrêter le plus grand projet en termes de mobilité, d'habitabilité, de climat et de santé de ce siècle serait une erreur dramatique pour l'environnement et la santé publique". Le président des nationalistes s'est dit convaincu que Lantis, la société en charge des travaux d'infrastructure, gère le chantier "en bon père de famille" et "avec les moyens les plus modernes". "De plus, grâce au chantier, la nappe phréatique est dépolluée et les parties de sol les plus polluées sont sécurisées", a-t-il fait valoir. "Le chantier a subi plusieurs inspections strictes. Même le conseil communal de Zwijndrecht (dont le bourgmestre, André Van de Vyver, est écologiste, NDLR) a exprimé sa satisfaction de l'approche adoptée en 2019", a encore déclaré M. De Wever. Une pollution au PFOS - une substance classée comme perturbateur endocrinien et polluant organique persistant -, liée à l'usine 3M, a été récemment découverte à Zwijndrecht à la suite de travaux d'infrastructures dans le cadre de l'Oosterweel. Elle provoque depuis plusieurs jours de sérieux remous au sein du gouvernement flamand.La liaison Oosterweel prévoit de connecter l'autoroute E34 avec le ring d'Anvers à hauteur du Palais des Sports à Merksem. Elle comprend la construction d'un tunnel à péage sous l'Escaut et d'un viaduc haubané courbe de plus de 600 mètres de long sur la rive droite au-dessus des docks. La liaison tient son nom de l'ancien village d'Austruweel (en néerlandais : Oosterweel).