"Les germes de mon livre se situent dans les années 1970", explique l'historien Geoffrey Parker. "J'écoutais une interview de l'astronome solaire John 'Jack' Eddy à la radio. Il venait de publier un article dans Science sur l'absence de taches solaires au 17e siècle. Entre 1645 et 1715, l'activité solaire était très faible, d'où le peu de taches solaires. Eddy a conclu que cette diminution de l'activité solaire était responsable de la baisse des températures sur terre, du 'petit âge glaciaire' du 17e siècle".
...

"Les germes de mon livre se situent dans les années 1970", explique l'historien Geoffrey Parker. "J'écoutais une interview de l'astronome solaire John 'Jack' Eddy à la radio. Il venait de publier un article dans Science sur l'absence de taches solaires au 17e siècle. Entre 1645 et 1715, l'activité solaire était très faible, d'où le peu de taches solaires. Eddy a conclu que cette diminution de l'activité solaire était responsable de la baisse des températures sur terre, du 'petit âge glaciaire' du 17e siècle"."Quand j'ai entendu Eddy à la radio, je savais que l'Europe avait été en proie à des soulèvements à cette époque, mais je n'avais aucune idée que la Chine et l'Inde connaissaient le même type de violence à ce moment-là. Ce n'est qu'en 1998 que j'ai rassemblé dans mon livre les liens entre le changement climatique et les flambées de violence dans le monde".Parker a recherché dans les archives d'Amérique, d'Europe, d'Asie et d'Afrique les conséquences du refroidissement du 17ème siècle. En 2013, il a publié la première édition de son livre Global Crisis: War, Climate Change and Catastrophe in the Seventeenth Century (Global Crisis : Guerre, changement climatique et catastrophe au XVIIe siècle). Quatre ans plus tard, il a sorti une mise à jour de son livre.Aujourd'hui, la terre se réchauffe, mais au dix-septième siècle, elle se refroidissait de deux degrés en moyenne.Geoffrey Parker : Le changement climatique est un phénomène de tous les temps. Il a probablement eu lieu entre le quatrième et le cinquième siècle de notre ère, entraînant la chute de l'Empire romain et de la dynastie chinoise des Hang. Cependant, il n'y a pas beaucoup de sources de cette période. En revanche, le changement climatique du 17ème siècle est bien documenté. Les archives des villes, des communes et des bibliothèques contiennent de nombreux documents sur la situation des gens à l'époque.Sur le site de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) américaine, j'ai trouvé beaucoup d'informations sur le climat de l'époque. La NOAA met en ligne toutes les découvertes des paléo-archéologues. Les cernes des arbres, par exemple, permettent de déduire beaucoup de choses sur l'évolution du climat. En tant que professeur d'histoire, je suis lié à l'université de l'Ohio. Celle-ci abrite le centre de recherche polaire et climatique Byrd, où les scientifiques étudient les glaciers. Grâce à leurs données, il a été possible de reconstituer le déroulement du petit âge glaciaire.Êtes-vous l'un des premiers historiens à établir un lien entre le changement climatique du 17e siècle et le niveau élevé de violence ?Je suis probablement le premier. La plupart des études historiques sur le petit âge glaciaire ne décrivent que les conséquences pour la nature. Le lien entre le changement climatique et l'existence humaine a rarement été établi. Le philosophe anglais du 19e siècle William Whewell a inventé le terme "consilience", qui signifie "couler ensemble" : le rapprochement des archives humaines et naturelles.L'idée d'une interaction entre l'homme et la nature est en contradiction avec le néologisme peccatogenic de l'historien allemand Franz Mauelshagen, qui voit dans les catastrophes une punition de Dieu pour nos vies pécheresses. (rires) De nombreux chrétiens évangéliques américains sont encore fermement convaincus que le changement climatique actuel est la colère de Dieu. Au 17e siècle, la même croyance prévalait.En examinant les archives historiques et les données climatiques, concluez-vous que les nombreux soulèvements et guerres du 17ème siècle sont le résultat direct du changement climatique ?En tant que scientifique, vous devez toujours être prudent lorsque vous tirez des conclusions. Au Far West, on utilisait l'expression "painting bull's-eyes around bullet holes". En tant qu'historien, vous ne pouvez pas simplement établir un lien entre deux événements qui se sont produits plus ou moins simultanément. J'ai donc vraiment cherché à établir des liens de causalité clairs. J'ai trouvé un tel lien en Irlande du Nord. C'est là qu'éclate, en octobre 1641, une importante rébellion qui se termine par une guerre. La rébellion a eu lieu après que la récolte ait échoué trois fois, parce qu'il faisait extrêmement froid. La neige et la glace abondantes ont détruit les cultures. Comment puis-je en être sûr ? 3 000 protestants ayant survécu à la révolte irlandaise ont témoigné en détail de celle-ci devant des juges. Un total de 20 000 pages de leurs témoignages est conservé à la bibliothèque du Trinity College de Dublin. Ils racontent le froid extrême qui a tué certaines de leurs familles et les catholiques violents qui en ont assassiné d'autres.Ce scénario s'est déroulé partout dans le monde à cette époque ?J'ai observé les mêmes phénomènes partout en Europe, en Amérique, en Asie et en Afrique, mais je n'ai pas toujours pu prouver le mécanisme sous-jacent, comme je l'ai fait en Irlande. Cependant, les hivers extrêmes et les mauvaises récoltes qui se succèdent ont eu lieu partout dans le monde. Partout, il y avait la famine, la violence excessive, la révolte et la guerre. Mais il était parfois difficile d'établir la bonne chronologie : qu'est-ce qui est venu en premier et qu'est-ce qui a suivi tel ou tel événement ?Tout n'était tout de même pas misère ? Aux Pays-Bas, le dix-septième siècle est considéré comme "le Siècle d'or".Ce n'était pas un âge d'or pour tous les Néerlandais. Une ville comme Amsterdam était florissante, mais des régions comme la Frise ou la Gueldre étaient déchirées par des rébellions. La République des Pays-Bas unis a dû faire face à deux grandes guerres : la première en 1618 et la seconde en 1672. En 1650, il s'en est fallu de peu. Je ne pense pas que beaucoup de Hollandais du 17e siècle aient eu le sentiment de vivre une époque dorée. Au contraire. Ce n'est que bien plus tard que cette étiquette lui a été appliquée.Les guerres ont conduit à des famines ?Quand on meurt de faim, on a trois choix. Soit on meurt, soit on se rebelle contre les riches qui ont de la nourriture, soit on déménage dans un endroit où la situation est meilleure. C'est ce qui se passe en ce moment même en Afrique de l'Est.L'histoire se répète?Nous n'avons rien appris de l'histoire. Nous savons que le changement climatique est en cours et que la famine est imminente dans certaines régions du monde. Pourtant, nous refusons de nous y préparer correctement. Bien sûr, il est difficile de prédire où la famine frappera le plus durement, mais l'Afrique de l'Est, avec sa situation proche de l'Équateur et son manque de pluie, a de bonnes chances de l'emporter. Pourquoi n'y construisons-nous pas dès maintenant des hangars remplis de nourriture et des réservoirs remplis d'eau potable ? Nous sommes toujours en retard d'une catastrophe.Une grande différence avec le 17e siècle, c'est qu'aujourd'hui nous sommes la cause du changement climatique.Peu importe la cause du réchauffement. Nous savons que cela se produit et pourtant nous n'agissons pas vraiment. Nous devrions maintenant nous préparer pleinement aux conditions météorologiques extrêmes qui accompagnent ce changement climatique. Les Pays-Bas et la Belgique ne doivent pas se faire d'illusions : l'eau arrive déjà et arrivera encore. Seulement, on ne sait pas exactement quand et comment. Je sais que la Belgique, comme les Pays-Bas, travaille sur les infrastructures afin d'éviter des dégâts importants dus aux tempêtes. Mais réfléchissent-ils aussi à la manière d'éviter les catastrophes naturelles à l'avenir ? On a créé le monstre du changement climatique. Nous devons maintenant faire tous les efforts possibles pour le garder sous contrôle.Si nous n'y prenons pas garde, nous nous retrouverons dans une "crise générale" comme au 17e siècle ? Vous appelez ce siècle "l'âge des soldats".Cela peut en effet se terminer comme ça. Des dizaines de millions de personnes sont mortes des effets du refroidissement global. Il est difficile de déterminer le nombre exact. Il n'y a pas de chiffres globaux, mais il existe des informations sur certaines communautés et villes. Par exemple, d'excellentes archives ont été conservées pour l'Île-de-France, la région autour de Paris. J'ai pu en déduire que vers 1640, un tiers de la population totale y est décédée. Dans certaines régions où les archives sont préservées, le nombre est plus faible, dans d'autres plus élevé. J'ai trouvé la même estimation d'un tiers de la population chez les écrivains de l'époque. Aujourd'hui, plus de 7 milliards de personnes vivent sur notre planète. Imaginez qu'un tiers d'entre eux meurent à cause de conditions climatiques extrêmes, de famines et de violences.Au 17e siècle, le Japon était le seul pays où les gens ne mouraient pas de faim et ne se battaient pas en permanence. N'étaient-ils pas victimes d'hivers rigoureux ?Si, eux aussi ont souffert du froid extrême et de mauvaises récoltes catastrophiques. Mais les Japonais ont moins souffert que leurs contemporains des autres pays. Cette situation est due aux shoguns autocratiques de la famille Tokugawa, qui ont régné sur le Japon de 1600 à 1867. Ils ont fait construire de grands greniers dans tout le pays, mais ont également pris des mesures draconiennes : la liberté d'expression a été restreinte, tout comme la liberté de culte. La possession d'armes est devenue le monopole de l'État. Les marchands qui marchandaient le grain étaient décapités. Les shoguns Tokugawa obligeaient tous les dignitaires et magistrats à respecter scrupuleusement leur politique sévère.À moment donné, les Hollandais de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales sont passés au Japon. "Les Espagnols sont en grande difficulté. Prenons maintenant les Philippines ensemble". Le Shogun Tokugawa Ieyasu a répondu: "Excellente idée, mais mes sujets meurent et tout est gelé. Cette fois, je passe mon tour". Puis les souverains chinois de la dynastie Ming sont arrivés. "Les guerriers mandchous sont comme les Mongols. Si nous ne faisons pas attention, ils prendront le dessus sur nous. Le prochain pays sur leur liste sera certainement le Japon. S'il vous plaît, venez et aidez-nous à les vaincre maintenant". Le shogun Tokugawa Iemitsu a répondu : "Excellente idée, mais mes sujets meurent et tout est gelé. Je passe mon tour." (rires) Le Japon s'est délibérément tenu à l'écart de l'agitation de la guerre. Les shoguns ont souvent pris les bonnes décisions, mais au prix d'une grande liberté. Le système autocratique a sauvé le Japon ?Sans aucun doute. Les Tokugawa n'étaient pas des pacifistes. Ils ont sauvé leur pays uniquement par égoïsme et par intérêt personnel. La famine n'était pas bonne pour l'État. Avec leurs mesures drastiques, les shoguns ont sécurisé leurs revenus. Aujourd'hui, je place mes espoirs dans les géants de l'assurance. Je suis sûr qu'ils feront pression sur nos dirigeants élus pour qu'ils prennent des mesures concrètes. Car ils ne veulent pas être ruinés par les sinistres des catastrophes naturelles.Pour l'instant, nous ne sommes pas prêts à sacrifier notre liberté en échange d'interventions difficiles et nécessaires. Un nombre effarant d'Américains refusent toute ingérence du gouvernement fédéral et empêchent ainsi la prise de mesures préventives. Certains se regroupent en milices lourdement armées, généralement d'extrême droite. Ils sont très naïfs et croient qu'ils peuvent arrêter un char avec leurs fusils semi-automatiques AR-15. La menace d'une guerre civile est donc bien réelle.Pendant la crise du coronavirus, notre liberté a été restreinte, non? On a imposé des mesures de confinement, les frontières fermées, des couvre-feux instaurés et un masque imposé.Au début de la crise, peut-être, mais plus elle durait, plus les règles étaient assouplies sous la pression du public. Certainement aux États-Unis.Le précédent président américain, Donald Trump, a minimisé les dangers du virus pendant très longtemps.Ne parlons pas de cet homme. L'histoire le jugera plus tard.Comment l'histoire jugera-t-elle la pandémie actuelle de coronavirus?Il s'agit d'un événement majeur, mais d'ici un siècle, il ne sera peut-être plus qu'une note de bas de page dans l'histoire. Regardez ce qui s'est passé avec la grippe espagnole. En fait, c'était la grippe américaine, car elle s'est déclarée au Kansas en janvier 1918. Elle est devenue la "grippe espagnole" parce que l'Espagne était le seul pays à ne pas censurer les statistiques sur la pandémie. La France, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie, pays en guerre, ont refusé de publier leurs chiffres. Ils avaient peur que leurs ennemis pensent qu'ils étaient des nations faibles. L'Espagne ne s'est pas battue et a enregistré un nombre colossal de morts. Le nombre total de morts dans le monde est estimé à 50 millions. Pourtant, la grippe espagnole a disparu de notre mémoire collective. Sans le covid-19, personne n'y prêterait plus attention.Lorsque vous avez lancé la crise mondiale en 1998, on discutait très peu du changement climatique.C'est vrai. Plus je travaillais sur mon livre, plus le sujet devenait pertinent. En 2012, Barack Obama s'est présenté contre Mitt Romney à l'élection présidentielle. Obama a brièvement mentionné le réchauffement climatique pendant cette campagne. Un journal a écrit : "Pourquoi aborde-t-il un sujet aussi insignifiant ?" Puis, en octobre de la même année, la tempête Sandy a balayé le pays. New York a été presque détruite. Puis la discussion a basculé et le changement climatique a été pris au sérieux. En 2005, l'ouragan Katrina était encore considéré par de nombreux Américains comme un problème pour la Nouvelle-Orléans. Ils y voyaient quelque chose de peccatogenic, la vengeance de Dieu pour la vie de débauche des habitants de la ville. (rires) La communauté lgbtq se préparait à la Gay Pride et Katrina y a mis un terme. Un ministre presbytérien s'est écrié : "C'est la punition de Dieu".Tout au long de notre histoire, nous semblons penser que les catastrophes n'arrivent qu'aux autres, ou qu'elles ne nous arriveront pas maintenant. Nous vivons dans un étrange état de déni. Nous croyons que nous échapperons aux terribles effets du changement climatique, ou que ce ne sera pas si grave. Pourtant, les preuves scientifiques accablantes nous racontent une histoire complètement différente. Nous sommes déjà confrontés à des changements spectaculaires, comme les récentes vagues de chaleur dans certaines régions du Canada et des États-Unis et les inondations en Belgique. Les calottes polaires fondent, le niveau des mers augmente, et ce phénomène ne fera que s'accélérer. En attendant, nous pratiquons la politique de l'autruche. Jusqu'à ce que l'eau entre dans nos maisons.