Lors d'une conférence de presse, Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le covid a fait le point sur la pandémie en Belgique. Le nombre d'infections continue d'augmenter mais depuis quelques jours, elle n'augmente pas de façon plus rapide et importante comme on peut le voir dans d'autres pays européens, a expliqué le porte-parole fédéral. Les contaminations restent le plus élevées dans la tranche d'âge entre 20 et 50 ans. La hausse est moins importante chez les plus de 80 ans, souligne Yves Van Laethem. Chez les enfants, 25% de cas en plus ont été enregistrés. Une tendance qui devrait se modifier avec les congés scolaires.

> Les plus fortes augmentations en provinces d'Anvers et de Namur: la situation dans votre commune

Les hospitalisations diminuent très légèrement, les experts se disent frappés par le fait que dans certaines provinces il y a une augmentation des hospitalisations, et tout particulièrement en province de Liège.

Yves Van Laethem a également évoqué la situation en Angleterre et l'apparition d'une nouvelle souche du virus repérée depuis le mois de septembre. La nouvelle variante représente 60% des nouvelles infections au Royaume-Uni. Elle n'est pas présente uniquement en Angleterre mais également au Pays-Bas et en Belgique.

Contagiosité augmentée?

Il n'y a pas que cette variante qui circule en Belgique et ailleurs, il est tout à fait normal que de nouvelles variantes apparaissent constamment avec ce type de virus. Que certaines de ces variantes apparaissent brièvement et disparaissent à jamais et que d'autres variantes se propagent plus rapidement et éventuellement deviennent dominantes comme la variante UK actuellement en Grande-Bretagne. Selon les experts, il est possible que ces variantes profitent de nos contacts sociaux . Certaines variantes peuvent également se transmettre plus facilement. Cette contagiosité augmentée est possible mais n'est pas encore certaine pour la souche en Grande-Bretagne, il faudra encore des recherches. Rien en tout cas ne nous montre qu'elle soit plus virulente, plus dangereuse pour notre santé.

Le fait que cette souche ait été identifiée au Royaume-Uni est principalement lié au fait que le pays a un des programmes de surveillance génétiques les plus poussés au monde. Ils testent 5 à 10% des souches détectées chez les patients en continu. Cela leur permet de détecter plus facilement les nouvelles variantes que d'autres pays.

Plus contagieuse, déjà en Belgique... : ce que l'on sait de la nouvelle souche du covid

Période propice

Nous sommes dans une période de l'année propice aux virus respiratoires, où il a plus facilement la main, a ensuite expliqué Yves Van Laethem. "Fêter avec les amis ou avec la famille peut paraître anodin car on est en confiance. Malheureusement, les zones de contaminations les plus fréquentes se placent dans les groupes qui nous sont proches", a rappelé le porte-parole interfédéral. Il faut donc selon lui éviter le "piège" qui est "la fausse impression de sécurité que l'ambiance familiale ou amicale pourrait nous donner".

Cela montre l'importance d'adhérer aux mesures, qui ne changeront pas quel que soit le type de variante de la nouvelle souche et sa contagiosité. Cela nous montre également l'importance de ne pas voyager.

Alors que les fêtes approchent, une étude de l'université d'Anvers montre qu'un grand nombre de personnes est diposé à suivre les mesures à Noël et que ce chiffre est en augmentation ces dernières semaines. 79% déclarent adhérer à la notion d'un ou deux visiteurs maximum.

Pour la Belgique que ce passerait-il si on était trop nombreux à la table de Noël? Des modèles ont été faits montrant que dans la situation actuelle, si 20% des personnes invitent 4 personnes en plus pour Noël ou Nouvel An, nous pourrions atteindre le seuil des 75 hospitalisations par jour, soit un mois de retard. Faisans payer d'un mois supplémentaire de confinement ou de nouvelles mesures pour un jour où l'on était un peu plus nombreux. Ce dernier rappelle également "le malheureux exemple" des fêtes de Thanksgiving aux Etats-Unis et au Canada.

Evolution incertaine

L'évolution de la courbe est encore incertaine. Yves Van Laethem a évoqué la symbolique suivante: "Au sein du frigo des vacances, il y a deux radiateurs, Noël et Nouvel an. A nous de faire attention à ne pas allumer ces radiateurs pour retrouver une courbe qui descend."

Côté voyage, la situation est trop fragile pour voyager. Il est vivement conseillé d'annuler ou de reporter les voyages non-essentiels. Vu l'évolution des mesures dans chaque pays, il est possible de rester bloqué dans un pays, comme nous le montre le cas du Royaume-Uni.

Lors d'une conférence de presse, Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le covid a fait le point sur la pandémie en Belgique. Le nombre d'infections continue d'augmenter mais depuis quelques jours, elle n'augmente pas de façon plus rapide et importante comme on peut le voir dans d'autres pays européens, a expliqué le porte-parole fédéral. Les contaminations restent le plus élevées dans la tranche d'âge entre 20 et 50 ans. La hausse est moins importante chez les plus de 80 ans, souligne Yves Van Laethem. Chez les enfants, 25% de cas en plus ont été enregistrés. Une tendance qui devrait se modifier avec les congés scolaires.> Les plus fortes augmentations en provinces d'Anvers et de Namur: la situation dans votre communeLes hospitalisations diminuent très légèrement, les experts se disent frappés par le fait que dans certaines provinces il y a une augmentation des hospitalisations, et tout particulièrement en province de Liège. Yves Van Laethem a également évoqué la situation en Angleterre et l'apparition d'une nouvelle souche du virus repérée depuis le mois de septembre. La nouvelle variante représente 60% des nouvelles infections au Royaume-Uni. Elle n'est pas présente uniquement en Angleterre mais également au Pays-Bas et en Belgique.Il n'y a pas que cette variante qui circule en Belgique et ailleurs, il est tout à fait normal que de nouvelles variantes apparaissent constamment avec ce type de virus. Que certaines de ces variantes apparaissent brièvement et disparaissent à jamais et que d'autres variantes se propagent plus rapidement et éventuellement deviennent dominantes comme la variante UK actuellement en Grande-Bretagne. Selon les experts, il est possible que ces variantes profitent de nos contacts sociaux . Certaines variantes peuvent également se transmettre plus facilement. Cette contagiosité augmentée est possible mais n'est pas encore certaine pour la souche en Grande-Bretagne, il faudra encore des recherches. Rien en tout cas ne nous montre qu'elle soit plus virulente, plus dangereuse pour notre santé.Le fait que cette souche ait été identifiée au Royaume-Uni est principalement lié au fait que le pays a un des programmes de surveillance génétiques les plus poussés au monde. Ils testent 5 à 10% des souches détectées chez les patients en continu. Cela leur permet de détecter plus facilement les nouvelles variantes que d'autres pays.Plus contagieuse, déjà en Belgique... : ce que l'on sait de la nouvelle souche du covidNous sommes dans une période de l'année propice aux virus respiratoires, où il a plus facilement la main, a ensuite expliqué Yves Van Laethem. "Fêter avec les amis ou avec la famille peut paraître anodin car on est en confiance. Malheureusement, les zones de contaminations les plus fréquentes se placent dans les groupes qui nous sont proches", a rappelé le porte-parole interfédéral. Il faut donc selon lui éviter le "piège" qui est "la fausse impression de sécurité que l'ambiance familiale ou amicale pourrait nous donner".Cela montre l'importance d'adhérer aux mesures, qui ne changeront pas quel que soit le type de variante de la nouvelle souche et sa contagiosité. Cela nous montre également l'importance de ne pas voyager. Alors que les fêtes approchent, une étude de l'université d'Anvers montre qu'un grand nombre de personnes est diposé à suivre les mesures à Noël et que ce chiffre est en augmentation ces dernières semaines. 79% déclarent adhérer à la notion d'un ou deux visiteurs maximum. Pour la Belgique que ce passerait-il si on était trop nombreux à la table de Noël? Des modèles ont été faits montrant que dans la situation actuelle, si 20% des personnes invitent 4 personnes en plus pour Noël ou Nouvel An, nous pourrions atteindre le seuil des 75 hospitalisations par jour, soit un mois de retard. Faisans payer d'un mois supplémentaire de confinement ou de nouvelles mesures pour un jour où l'on était un peu plus nombreux. Ce dernier rappelle également "le malheureux exemple" des fêtes de Thanksgiving aux Etats-Unis et au Canada.L'évolution de la courbe est encore incertaine. Yves Van Laethem a évoqué la symbolique suivante: "Au sein du frigo des vacances, il y a deux radiateurs, Noël et Nouvel an. A nous de faire attention à ne pas allumer ces radiateurs pour retrouver une courbe qui descend."Côté voyage, la situation est trop fragile pour voyager. Il est vivement conseillé d'annuler ou de reporter les voyages non-essentiels. Vu l'évolution des mesures dans chaque pays, il est possible de rester bloqué dans un pays, comme nous le montre le cas du Royaume-Uni.