D'ici quelques mois, la campagne de vaccination va s'accélérer. Mais "en attendant, nous avons encore quelques semaines, au minimum, d'un hiver qui donne des conditions favorables au virus pour progresser. Pour l'instant, le virus a toujours la main. Mais dans ce match, nos meilleurs joueurs, la vaccination et le printemps, sont devant nous. Il faut tout faire pour arriver au moment où ce match va devenir inégal dans l'autre sens, avec nous qui mènerons le jeu", explique Yves Van Laethem.

Le porte-parole interfédéral répète le même discours que lors des précédentes conférences de presse : "La situation reste fragile, sur un plateau trop élevé pour les systèmes de santé et pour les risques de rebond de l'infection. D'autant plus que le nombre de nouvelles hospitalisations et de nouveaux cas ne semble plus diminuer, et même augmente dans certaines circonstances."

Toujours une augmentation chez les moins de 10 ans

Il y a toujours des différences importantes dans les tranches d'âge touchées par le virus. On a toujours une diminution persistante chez les plus de 80 ans, ce qui est une bonne nouvelle. Par contre, on a toujours une augmentation chez les moins de 10 ans. Les augmentations de nouveaux cas en Flandre concernent essentiellement les enfants et la population active. La moyenne des nouveaux cas est par ailleurs en diminution en Wallonie et à Bruxelles.

Les hospitalisations sont en légère hausse. "C'est la première fois qu'on a une légère augmentation depuis un mois. Ceci est particulièrement marqué durant les derniers jours, avec un pic mardi à 183 nouvelles admissions. Des augmentations qui sont davantage présentes au niveau des deux Flandres." L'âge moyen des patients hospitalisés est pour l'instant en légère diminution.

Au niveau des décès, on observe toujours une diminution.

Situation favorable en maisons de repos

Les chiffres sont plutôt favorables pour les maisons de repos. "Le bout du tunnel est de plus en plus en vue. Jusqu'à présent, environ 142.000 personnes ont reçu une première dose du vaccin, c'est-à-dire 11% des plus de 80 ans de notre pays. La deuxième dose a commencé à être administrée. Le degré de protection de cette population particulièrement à risque va augmenter dans les semaines qui viennent."

Du 13 au 19 janvier, le nombre de cas a diminué en Flandre et en Wallonie, et s'est stabilisé à Bruxelles. Si l'on s'intéresse aux maisons de repos où il y a eu au moins un cas, on a une situation tout aussi stable : la Flandre passe de 18% à 17%, la Wallonie de 12% et 10%, et Bruxelles de 9% à 11%. Si on s'intéresse aux maisons de repos où il y a plus de 10 cas, cela diminue en Wallonie (de 2% à 4%), se stabilise en Flandre (environ 5%), ainsi qu'à Bruxelles (où l'on est à zéro, tout comme la semaine précédente).

D'ici quelques mois, la campagne de vaccination va s'accélérer. Mais "en attendant, nous avons encore quelques semaines, au minimum, d'un hiver qui donne des conditions favorables au virus pour progresser. Pour l'instant, le virus a toujours la main. Mais dans ce match, nos meilleurs joueurs, la vaccination et le printemps, sont devant nous. Il faut tout faire pour arriver au moment où ce match va devenir inégal dans l'autre sens, avec nous qui mènerons le jeu", explique Yves Van Laethem. Le porte-parole interfédéral répète le même discours que lors des précédentes conférences de presse : "La situation reste fragile, sur un plateau trop élevé pour les systèmes de santé et pour les risques de rebond de l'infection. D'autant plus que le nombre de nouvelles hospitalisations et de nouveaux cas ne semble plus diminuer, et même augmente dans certaines circonstances."Il y a toujours des différences importantes dans les tranches d'âge touchées par le virus. On a toujours une diminution persistante chez les plus de 80 ans, ce qui est une bonne nouvelle. Par contre, on a toujours une augmentation chez les moins de 10 ans. Les augmentations de nouveaux cas en Flandre concernent essentiellement les enfants et la population active. La moyenne des nouveaux cas est par ailleurs en diminution en Wallonie et à Bruxelles. Les hospitalisations sont en légère hausse. "C'est la première fois qu'on a une légère augmentation depuis un mois. Ceci est particulièrement marqué durant les derniers jours, avec un pic mardi à 183 nouvelles admissions. Des augmentations qui sont davantage présentes au niveau des deux Flandres." L'âge moyen des patients hospitalisés est pour l'instant en légère diminution. Au niveau des décès, on observe toujours une diminution. Les chiffres sont plutôt favorables pour les maisons de repos. "Le bout du tunnel est de plus en plus en vue. Jusqu'à présent, environ 142.000 personnes ont reçu une première dose du vaccin, c'est-à-dire 11% des plus de 80 ans de notre pays. La deuxième dose a commencé à être administrée. Le degré de protection de cette population particulièrement à risque va augmenter dans les semaines qui viennent."Du 13 au 19 janvier, le nombre de cas a diminué en Flandre et en Wallonie, et s'est stabilisé à Bruxelles. Si l'on s'intéresse aux maisons de repos où il y a eu au moins un cas, on a une situation tout aussi stable : la Flandre passe de 18% à 17%, la Wallonie de 12% et 10%, et Bruxelles de 9% à 11%. Si on s'intéresse aux maisons de repos où il y a plus de 10 cas, cela diminue en Wallonie (de 2% à 4%), se stabilise en Flandre (environ 5%), ainsi qu'à Bruxelles (où l'on est à zéro, tout comme la semaine précédente).