L'une est chef-lieu du Brabant wallon, l'autre accueille la seule université de la province. Voisines l'une de l'autre, Wavre et Ottignies - Louvain-la-Neuve constituent un véritable atout à l'échelle provinciale, mais aussi régionale. Les deux entités sont idéalement situées près de plusieurs grands axes routiers (E411, N4, N25...) et accessibles en transports en commun. Elles concentrent aussi et surtout des activités qui rayonnent en dehors de leurs territoires respectifs.
...

L'une est chef-lieu du Brabant wallon, l'autre accueille la seule université de la province. Voisines l'une de l'autre, Wavre et Ottignies - Louvain-la-Neuve constituent un véritable atout à l'échelle provinciale, mais aussi régionale. Les deux entités sont idéalement situées près de plusieurs grands axes routiers (E411, N4, N25...) et accessibles en transports en commun. Elles concentrent aussi et surtout des activités qui rayonnent en dehors de leurs territoires respectifs. Ottignies - Louvain-la-Neuve accueille notamment l'université catholique de Louvain, le centre commercial L'Esplanade, le musée Hergé, la clinique Saint-Pierre, une piste d'athlétisme indoor, un parc scientifique qui concentre plus de 250 entreprises et 6 000 emplois... Wavre possède elle aussi un parc d'activités particulièrement dynamique au nord de la ville, concentrant plus de 300 sociétés et 11 000 emplois. En tant que " capitale ", la cité du Maca accueille les différentes institutions et administrations provinciales en plus de multiples écoles, grandes surfaces commerciales, etc. A l'échelle de la province, Wavre et Ottignies - Louvain-la-Neuve se distinguent aussi par leur population. Elles figurent non seulement parmi les communes les plus peuplées avec respectivement plus de 34 300 et 31 300 habitants (source : Iweps, janvier 2018), mais elles affichent aussi des densités supérieures à la moyenne du Brabant wallon. Alors que cette dernière s'élève à 367,9 habitants/km2 (source : Iweps, janvier 2019), elle atteint 941,1 habitants/km2 à Ottignies - Louvain-la-Neuve et 816,9 à Wavre. Voilà pour les points communs. Il y a aussi ce qui les oppose. Les deux entités voisines présentent des contextes et des caractéristiques bien différents, notamment en matière de développement. " En se déplaçant sur la nationale 4, on s'aperçoit vite qu'on est face à deux visions différentes de l'aménagement du territoire pour maîtriser l'attractivité de nos communes ", souligne Cédric du Monceau, premier échevin en charge de l'urbanisme et de l'aménagement du territoire à Ottignies - Louvain-la-Neuve. " Le contraste est marqué entre Louvain-la-Neuve qui suit un schéma directeur depuis longtemps et Wavre qui n'en a toujours pas et possède par conséquent un aménagement plus anarchique. " Comme le reconnaît Françoise Pigeolet, bourgmestre de Wavre, c'est une absence de volonté politique de la part de ses prédécesseurs qui fait qu'aujourd'hui sa ville ne dispose toujours pas d'un plan global en matière d'aménagement du territoire. La situation est cependant en train de changer et différents outils se mettent en place depuis que Charles Michel, précédent bourgmestre, a commandé une étude stratégique auprès du Bureau Agora il y a quelques années. Outre la gestion de l'aménagement du territoire, ce sont aussi les enjeux qui différencient Wavre et Ottignies - Louvain-la-Neuve. Rien qu'au sein de cette dernière, on observe d'ailleurs d'importantes disparités entre Ottignies et Louvain-la-Neuve. Plus ancienne, la première est principalement confrontée à des problèmes de mobilité et de rénovation urbaine, ainsi qu'à la réaffectation de ses anciens sites industriels. Louvain-la-Neuve, quant à elle, a été bâtie dans les années 1970 et est encore en pleine expansion. Elle a l'avantage d'attirer des projets variés et emblématiques, mais en contrepartie doit parvenir à maîtriser la pression des promoteurs et ses prix immobiliers. Ces deux entités sont d'ailleurs si différentes que la question de les séparer en deux communes s'est déjà posée. Cédric du Monceau estime toutefois que la dichotomie a tendance à s'estomper et les deux pôles s'interpénètrent de plus en plus. Il constate aussi que l'émulation entre les deux permet notamment au commerce de se développer à Ottignies malgré la crise . De l'avis d'observateurs comme le sociologue néolouvaniste Jean Remy, l'attractivité et le dynamisme de Louvain-la-Neuve ont aussi des répercussions sur Wavre qui " réagit positivement au lieu de simplement constater le succès de sa voisine ". Pour ne pas dire envier. Françoise Pigeolet l'affirme : sa ville cherche à être complémentaire plutôt que concurrente avec Louvain-la-Neuve. " Eu égard à la proximité de cette dernière, Wavre doit valoriser ses atouts et sa spécificité fondés sur le charme d'une ville historique traversée par un cours d'eau, avec un réseau de places et de ruelles hérité du passé, des commerces spécialisés et un marché dynamique ", conclut-elle. " Nous avons lancé une étude pour l'embellissement du centre-ville qui poursuit exactement cet objectif. "Par Marie-Eve Rebts.