La zone de police limbourgeoise Carma a annoncé mercredi qu'elle recourerait à des drones équipés de caméras de chaleur afin de contrôler les citoyens durant les fêtes de fin d'année. La gouverneure de la province d'Anvers, Cathy Berx, a quant à elle expliqué que le nombre de pizzas que des particuliers se faisaient livrer pouvait constituer un indice d'infraction aux règles sanitaires.

"Des règles strictes sont nécessaires pour lutter contre la diffusion du virus et protéger notre santé mais ces contrôles doivent rester proportionnels et respecter des principes fondamentaux comme le droit à la vie privée et l'inviolabilité du domicile. Voler au-dessus du jardin des gens sans la moindre indication, c'est aller un point trop loin", a souligné Tim Vandeput (Open Vld).

Le chef de groupe N-VA, Peter De Roover, et le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, se sont également inquiétés de l'attitude que prendra la police à l'approche des fêtes.

"Nous faisons face à une crise sanitaire sérieuse qui impose de prendre des mesures sérieuses. Nous devons faire cesser les soirées corona. Mais, si nous devons nous demander si nous aurons la police devant notre porte lorsque nous recevrons bon-papa et bonne-maman, on risque de perdre le soutien de la population à des mesures pourtant nécessaires", a averti M. De Roover.

Le chef de groupe nationaliste a appelé le gouvernement à présenter sans tarder un projet de loi "corona" qui conforte juridiquement une partie des mesures prises, et à ne plus se contenter d'un simple arrêté ministériel. Des mois après le début de la crise du coronavirus, cela lui paraît indispensable.

Une loi "pandémie" est en préparation, a assuré la ministre qui a aussi rappelé la nécessité de faire respecter des règles qui ont été décidées en comité de concertation, c'est-à-dire avec la N-VA.

Jusqu'à présent, le Conseil d'Etat a validé ces règles (à l'exception toutefois de celles prises pour les cultes, ndlr), a-t-elle ajouté.

Mme Verlinden (CD&V) a insisté sur l'importance de la "proportionnalité" des mesures. L'utilisation de drones est une décision qui appartient aux polices locales dès lors qu'elles se respectent les dispositions légales, a-t-elle fait remarquer. Quant aux visites domiciliaires, elles sont déjà possibles.

"Ce n'est évidemment pas l'objectif que les limites soient franchies. J'ai particulièrement à coeur que le travail se fasse de manière proportionnée et dans le respect de la loi", a encore dit Mme Verlinden.

La zone de police limbourgeoise Carma a annoncé mercredi qu'elle recourerait à des drones équipés de caméras de chaleur afin de contrôler les citoyens durant les fêtes de fin d'année. La gouverneure de la province d'Anvers, Cathy Berx, a quant à elle expliqué que le nombre de pizzas que des particuliers se faisaient livrer pouvait constituer un indice d'infraction aux règles sanitaires. "Des règles strictes sont nécessaires pour lutter contre la diffusion du virus et protéger notre santé mais ces contrôles doivent rester proportionnels et respecter des principes fondamentaux comme le droit à la vie privée et l'inviolabilité du domicile. Voler au-dessus du jardin des gens sans la moindre indication, c'est aller un point trop loin", a souligné Tim Vandeput (Open Vld). Le chef de groupe N-VA, Peter De Roover, et le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, se sont également inquiétés de l'attitude que prendra la police à l'approche des fêtes. "Nous faisons face à une crise sanitaire sérieuse qui impose de prendre des mesures sérieuses. Nous devons faire cesser les soirées corona. Mais, si nous devons nous demander si nous aurons la police devant notre porte lorsque nous recevrons bon-papa et bonne-maman, on risque de perdre le soutien de la population à des mesures pourtant nécessaires", a averti M. De Roover. Le chef de groupe nationaliste a appelé le gouvernement à présenter sans tarder un projet de loi "corona" qui conforte juridiquement une partie des mesures prises, et à ne plus se contenter d'un simple arrêté ministériel. Des mois après le début de la crise du coronavirus, cela lui paraît indispensable. Une loi "pandémie" est en préparation, a assuré la ministre qui a aussi rappelé la nécessité de faire respecter des règles qui ont été décidées en comité de concertation, c'est-à-dire avec la N-VA. Jusqu'à présent, le Conseil d'Etat a validé ces règles (à l'exception toutefois de celles prises pour les cultes, ndlr), a-t-elle ajouté. Mme Verlinden (CD&V) a insisté sur l'importance de la "proportionnalité" des mesures. L'utilisation de drones est une décision qui appartient aux polices locales dès lors qu'elles se respectent les dispositions légales, a-t-elle fait remarquer. Quant aux visites domiciliaires, elles sont déjà possibles. "Ce n'est évidemment pas l'objectif que les limites soient franchies. J'ai particulièrement à coeur que le travail se fasse de manière proportionnée et dans le respect de la loi", a encore dit Mme Verlinden.