Un plus grand nombre de personnes sont éligibles pour le vaccin d'AstraZeneca, et il n'y a pas de limite d'âge pour le vaccin de Janssen. Il a également été décidé d'administrer la deuxième injection avec le vaccin AstraZeneca à partir de début mai. Soit autant de décisions qui devraient booster la campagne de vaccination.

Les vaccins AstraZeneca et Janssen ont tous deux été au centre de l'actualité à la suite de cas graves de thromboses inhabituelles, combinées à un faible taux de plaquettes dans le sang. Pour les deux vaccins, ces incidents ont été enregistrés comme "effet secondaire très rare", après une évaluation de l'Agence européenne des médicaments (EMA). Dans les deux cas, l'agence européenne a malgré tout insisté sur le fait que les avantages de la vaccination l'emportent sur les risques.

Adaptation de la stratégie pour l'AstraZeneca

Les ministres ont décidé de changer la stratégie pour le vaccin AstraZeneca. Il ne sera plus limité aux plus de 56 ans, mais il pourra être administré dès 41 ans. Par ailleurs, toute personne ayant déjà reçu une première dose de ce vaccin recevra la deuxième.

La Belgique s'est appuyée pour cela sur les dernières recommandations de l'Agence européenne des médicaments (EMA) qui a effectué de nouvelles analyses. Pour elle, les bénéfices du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 augmentaient avec l'âge et continuaient de l'emporter sur les risques, tels que des cas de caillots sanguins : "Le vaccin est efficace pour prévenir les hospitalisations, les admissions aux unités de soins intensifs (USI) et les décès dus au COVID-19. Les effets secondaires les plus courants sont généralement légers ou modérés et s'améliorent en quelques jours."

L'agence avait également stipulé qu'il n'y avait "pas suffisamment de données disponibles dans toute l'UE" pour affirmer que les risques sont liés au sexe.

On notera aussi qu'une autre précision donnée par Beke est que les femmes enceintes deviennent prioritaires pour la vaccination, mais aucune date n'a été précisée.

La reprise de la vaccination du Janssen ( Johnson et Johnson)

Le vaccin Janssen va aussi pouvoir être administré. Les ministres de la Santé suivent en cela l'agence européenne des médicaments EMA, qui a émis un avis positif sur l'utilisation du vaccin de Janssen sans aucune restriction d'âge ou de sexe. Le fabricant Johnson & Johnson a interrompu l'approvisionnement pendant un certain temps en raison d'inquiétudes concernant huit cas de caillots sanguins rares chez des personnes récemment vaccinées. Selon le planning initial, la Belgique attendait plus de 62 000 doses de vaccin ce mois-ci. Les autorités en avaient aussi reçu des dizaines de milliers avant l'annonce de la suspension ((36.000 doses) et les avaient conservés au frigo. Déjà présentes sur le territoire, ces doses peuvent désormais directement renforcer la campagne de vaccination.

Cette nouvelle est en réalité plus que la bienvenue. Pas seulement parce que le vaccin de Johnson & Johnson ne doit être administré qu'une seule fois et peut être conservé à la température du réfrigérateur, mais aussi, voire surtout, parce qu'AstraZeneca a annoncé qu'elle ne serait pas en mesure de fournir plus de la moitié des vaccins proposés au deuxième trimestre, voire moins. Ce qui fait que la Belgique, si elle veut respecter son planning, a besoin de tous les vaccins disponibles. Pour rappel, il est toujours prévu que 70% des Belges soient vaccinés en juillet.

La vaccination en quelques chiffres

  • Plus de 3,643 millions de doses de vaccins ont déjà été livrées en Belgique
  • Près de 900.000 vaccins seront livrés en Belgique la semaine prochaine (396.630 doses proviennent de Pfizer, 52.800 de Moderna, 386.400 d'AstraZeneca et 62.400 de Johnson & Johnson)
  • On espère qu'au minimum 6,7 millions de doses seront livrées d'ici la fin juin. C'est Pfizer/BioNTech qui va fournir la majorité des vaccins belges et assurer l'accélération promise : 5,5 millions de doses d'ici la fin juin. Selon le tableau fourni par la taskforce, le nombre de vaccins livrés par Pfizer doublera à partir de la semaine du 31 mai pour atteindre plus de 730.000 doses par semaine. Moderna devrait elle livrer 760 800 doses dans les semaines à venir. "Au total, 1,4 million de vaccins Johnson & Johnson devraient aussi être livrés à notre pays entre avril et juin", rappellent les ministres de la Santé samedi.
  • 2,600 millions de Belges ont reçu une première dose et 746.700 personnes sont totalement vaccinées.

Des experts de l'autorité de santé américaine ont recommandé vendredi la reprise de la vaccination avec le sérum de Johnson & Johnson aux Etats-Unis, suspendue depuis le 13 avril après des cas rares de thrombose. Le vaccin "est recommandé" pour la population adulte, a conclu vendredi un groupe réuni à la demande des Centres américains de lutte et de prévention des maladies (CDC), la principale agence américaine de santé publique. Le vaccin Johnson Johnson a déjà été administré à 7,98 millions de personnes aux Etats-Unis. Selon des données présentées vendredi, sur 3,99 millions de femmes vaccinées, 15 ont développé des cas graves de caillots sanguins, et trois sont décédées. La majorité (13 sur 15) étaient âgées de moins de 50 ans, les deux autres avaient entre 50 et 64 ans. Il n'y a eu aucun cas connu chez les hommes vaccinés.

Certains experts ont notamment souligné vendredi les bénéfices de ce vaccin à dose unique, pouvant être conservé dans les réfrigérateurs et atteindre plus facilement les groupes vulnérables, face aux risques très rares de thromboses, qui peuvent avoir des conséquences neurologiques dévastatrices même quand elles ne sont pas mortelles. Le vaccin JJ s'est révélé efficace à 66% pour prévenir les formes modérées à sévères du Covid-19, selon des essais cliniques réalisés sur environ 40.000 personnes âgées de 18 ans ou plus dans plusieurs pays à travers le monde.

Un plus grand nombre de personnes sont éligibles pour le vaccin d'AstraZeneca, et il n'y a pas de limite d'âge pour le vaccin de Janssen. Il a également été décidé d'administrer la deuxième injection avec le vaccin AstraZeneca à partir de début mai. Soit autant de décisions qui devraient booster la campagne de vaccination. Les vaccins AstraZeneca et Janssen ont tous deux été au centre de l'actualité à la suite de cas graves de thromboses inhabituelles, combinées à un faible taux de plaquettes dans le sang. Pour les deux vaccins, ces incidents ont été enregistrés comme "effet secondaire très rare", après une évaluation de l'Agence européenne des médicaments (EMA). Dans les deux cas, l'agence européenne a malgré tout insisté sur le fait que les avantages de la vaccination l'emportent sur les risques.Les ministres ont décidé de changer la stratégie pour le vaccin AstraZeneca. Il ne sera plus limité aux plus de 56 ans, mais il pourra être administré dès 41 ans. Par ailleurs, toute personne ayant déjà reçu une première dose de ce vaccin recevra la deuxième. La Belgique s'est appuyée pour cela sur les dernières recommandations de l'Agence européenne des médicaments (EMA) qui a effectué de nouvelles analyses. Pour elle, les bénéfices du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 augmentaient avec l'âge et continuaient de l'emporter sur les risques, tels que des cas de caillots sanguins : "Le vaccin est efficace pour prévenir les hospitalisations, les admissions aux unités de soins intensifs (USI) et les décès dus au COVID-19. Les effets secondaires les plus courants sont généralement légers ou modérés et s'améliorent en quelques jours."L'agence avait également stipulé qu'il n'y avait "pas suffisamment de données disponibles dans toute l'UE" pour affirmer que les risques sont liés au sexe.On notera aussi qu'une autre précision donnée par Beke est que les femmes enceintes deviennent prioritaires pour la vaccination, mais aucune date n'a été précisée.Le vaccin Janssen va aussi pouvoir être administré. Les ministres de la Santé suivent en cela l'agence européenne des médicaments EMA, qui a émis un avis positif sur l'utilisation du vaccin de Janssen sans aucune restriction d'âge ou de sexe. Le fabricant Johnson & Johnson a interrompu l'approvisionnement pendant un certain temps en raison d'inquiétudes concernant huit cas de caillots sanguins rares chez des personnes récemment vaccinées. Selon le planning initial, la Belgique attendait plus de 62 000 doses de vaccin ce mois-ci. Les autorités en avaient aussi reçu des dizaines de milliers avant l'annonce de la suspension ((36.000 doses) et les avaient conservés au frigo. Déjà présentes sur le territoire, ces doses peuvent désormais directement renforcer la campagne de vaccination.Cette nouvelle est en réalité plus que la bienvenue. Pas seulement parce que le vaccin de Johnson & Johnson ne doit être administré qu'une seule fois et peut être conservé à la température du réfrigérateur, mais aussi, voire surtout, parce qu'AstraZeneca a annoncé qu'elle ne serait pas en mesure de fournir plus de la moitié des vaccins proposés au deuxième trimestre, voire moins. Ce qui fait que la Belgique, si elle veut respecter son planning, a besoin de tous les vaccins disponibles. Pour rappel, il est toujours prévu que 70% des Belges soient vaccinés en juillet.Des experts de l'autorité de santé américaine ont recommandé vendredi la reprise de la vaccination avec le sérum de Johnson & Johnson aux Etats-Unis, suspendue depuis le 13 avril après des cas rares de thrombose. Le vaccin "est recommandé" pour la population adulte, a conclu vendredi un groupe réuni à la demande des Centres américains de lutte et de prévention des maladies (CDC), la principale agence américaine de santé publique. Le vaccin Johnson Johnson a déjà été administré à 7,98 millions de personnes aux Etats-Unis. Selon des données présentées vendredi, sur 3,99 millions de femmes vaccinées, 15 ont développé des cas graves de caillots sanguins, et trois sont décédées. La majorité (13 sur 15) étaient âgées de moins de 50 ans, les deux autres avaient entre 50 et 64 ans. Il n'y a eu aucun cas connu chez les hommes vaccinés.Certains experts ont notamment souligné vendredi les bénéfices de ce vaccin à dose unique, pouvant être conservé dans les réfrigérateurs et atteindre plus facilement les groupes vulnérables, face aux risques très rares de thromboses, qui peuvent avoir des conséquences neurologiques dévastatrices même quand elles ne sont pas mortelles. Le vaccin JJ s'est révélé efficace à 66% pour prévenir les formes modérées à sévères du Covid-19, selon des essais cliniques réalisés sur environ 40.000 personnes âgées de 18 ans ou plus dans plusieurs pays à travers le monde.