La police locale de la zone Maasland a toléré ce rassemblement, mais les participants n'ont pas été autorisés à entrer dans le Dilserbos jusqu'à l'endroit où le corps sans vie du caporal-chef a été retrouvé dimanche dernier après une chasse à l'homme qui a duré un mois.

Certains participants avaient apporté des couronnes de fleurs et un cadre contenant une photo de Conings en tenue. Un bus était venu de Flandre occidentale, alors qu'une cinquantaine de voitures occupaient le parking Sparrendal proche du Dilserbos.

Pendant des semaines, les forces de l'ordre ont recherché ce militaire d'extrême droite en cavale. Il avait quitté la caserne de Bourg-Léopold le lundi 17 mai, emportant des armes avec lui. Avant de prendre la fuite, le militaire avait laissé des lettres d'adieu, dans lesquelles il menaçait de s'en prendre aux structures de l'État, à une mosquée et à plusieurs personnalités, dont le célèbre virologue Marc Van Ranst. Ce dernier avait été placé en lieu sûr où il a vécu reclus et sous surveillance policière pendant cinq semaines.

L'enquête judiciaire a montré que Jürgen Conings s'est suicidé au moyen d'une arme à feu.

La police locale de la zone Maasland a toléré ce rassemblement, mais les participants n'ont pas été autorisés à entrer dans le Dilserbos jusqu'à l'endroit où le corps sans vie du caporal-chef a été retrouvé dimanche dernier après une chasse à l'homme qui a duré un mois. Certains participants avaient apporté des couronnes de fleurs et un cadre contenant une photo de Conings en tenue. Un bus était venu de Flandre occidentale, alors qu'une cinquantaine de voitures occupaient le parking Sparrendal proche du Dilserbos.Pendant des semaines, les forces de l'ordre ont recherché ce militaire d'extrême droite en cavale. Il avait quitté la caserne de Bourg-Léopold le lundi 17 mai, emportant des armes avec lui. Avant de prendre la fuite, le militaire avait laissé des lettres d'adieu, dans lesquelles il menaçait de s'en prendre aux structures de l'État, à une mosquée et à plusieurs personnalités, dont le célèbre virologue Marc Van Ranst. Ce dernier avait été placé en lieu sûr où il a vécu reclus et sous surveillance policière pendant cinq semaines. L'enquête judiciaire a montré que Jürgen Conings s'est suicidé au moyen d'une arme à feu.