Même en cas de réouverture des établissements le 8 juin, en faisant l'hypothèse que les entreprises horeca engrangeront 50% de leurs revenus habituels jusqu'à la fin de l'été, 25% continueront à faire face à de sérieux problèmes. Il faut s'attendre à une déferlante de faillites des cafés, restaurants et hôtels lorsque les tribunaux de commerce pourront reprendre leurs activités.

S'ils doivent rester fermés jusqu'à la fin de l'été, deux établissements sur trois seront menacés de faillite.

A Bruxelles, la fédération régionale de l'Horeca fait le même constat. La moitié des 4.000 établissements risque de déposer le bilan, indique-t-elle dans La Capitale.

Même en cas de réouverture des établissements le 8 juin, en faisant l'hypothèse que les entreprises horeca engrangeront 50% de leurs revenus habituels jusqu'à la fin de l'été, 25% continueront à faire face à de sérieux problèmes. Il faut s'attendre à une déferlante de faillites des cafés, restaurants et hôtels lorsque les tribunaux de commerce pourront reprendre leurs activités. S'ils doivent rester fermés jusqu'à la fin de l'été, deux établissements sur trois seront menacés de faillite. A Bruxelles, la fédération régionale de l'Horeca fait le même constat. La moitié des 4.000 établissements risque de déposer le bilan, indique-t-elle dans La Capitale.