"Selon les humanistes, le gouvernement semble avoir pris toutes les hypothèses optimistes pour confectionner son budget. "Le message implicite est : rendez-vous dans les prochains ajustements pour mesurer la réalité du déficit 2022", a relevé Mme Matz. "Pensons-nous que le gouvernement ne doit pas intervenir (pour aider les personnes touchées par les inondations et le covid) ? Au contraire, il doit le faire. Ce que nous reprochons, c'est son incapacité à anticiper, à prévoir et à budgéter les dépenses."

La députée a pris pour exemple la crise du Covid-19. "On dirait que la crise sanitaire est pratiquement terminée. Seuls 120 millions d'euros sont provisionnés au SPF Santé."

Sans souffle

"Même en essayant de lire entre les lignes, le budget de la Vivaldi ne traduit aucune grande réforme, aucune vision. Ce ne sont pourtant pas les enjeux qui manquent, au-delà de la gestion de la pandémie. Mais à ce stade, le seul défi que relèvent les partis de cette majorité est de gouverner ensemble", a regretté François De Smet. "Si les mesures annoncées sont mal estimées ou trop approximatives, on rate l'objectif poursuivi. Il faudra donc prendre rapidement des mesures structurelles supplémentaires afin d'éviter de laisser dans le rouge les finances publiques. Dans quoi faudra-t-il encore couper? Et surtout, le peut-on encore lorsque le gouvernement ne répond déjà plus aux attentes légitimes de la population?", s'est-il interrogé.

"Entre les effets d'annonce et les actes de ce gouvernement, le fossé se creuse. Les partis qui composent la majorité tentent de sauver la face en brandissant leur petit trophée. Mais niveau vision commune, projet de société, on cherche toujours le souffle", a conclu François De Smet.

Le député fédéral amarante était le dernier intervenant dans la discussion générale concernant le budget 2022. Le kern en préparation de la réunion du Comité de concertation prévue demain/mercredi ayant commencé, les discussions thématiques débuteront avec les ministres qui n'y siègent pas. Karine Lalieux (Pensions) ouvrira le bal vers 21h20. L'intervention du Premier ministre Alexander De Croo est attendu après le kern.

"Selon les humanistes, le gouvernement semble avoir pris toutes les hypothèses optimistes pour confectionner son budget. "Le message implicite est : rendez-vous dans les prochains ajustements pour mesurer la réalité du déficit 2022", a relevé Mme Matz. "Pensons-nous que le gouvernement ne doit pas intervenir (pour aider les personnes touchées par les inondations et le covid) ? Au contraire, il doit le faire. Ce que nous reprochons, c'est son incapacité à anticiper, à prévoir et à budgéter les dépenses." La députée a pris pour exemple la crise du Covid-19. "On dirait que la crise sanitaire est pratiquement terminée. Seuls 120 millions d'euros sont provisionnés au SPF Santé." "Même en essayant de lire entre les lignes, le budget de la Vivaldi ne traduit aucune grande réforme, aucune vision. Ce ne sont pourtant pas les enjeux qui manquent, au-delà de la gestion de la pandémie. Mais à ce stade, le seul défi que relèvent les partis de cette majorité est de gouverner ensemble", a regretté François De Smet. "Si les mesures annoncées sont mal estimées ou trop approximatives, on rate l'objectif poursuivi. Il faudra donc prendre rapidement des mesures structurelles supplémentaires afin d'éviter de laisser dans le rouge les finances publiques. Dans quoi faudra-t-il encore couper? Et surtout, le peut-on encore lorsque le gouvernement ne répond déjà plus aux attentes légitimes de la population?", s'est-il interrogé. "Entre les effets d'annonce et les actes de ce gouvernement, le fossé se creuse. Les partis qui composent la majorité tentent de sauver la face en brandissant leur petit trophée. Mais niveau vision commune, projet de société, on cherche toujours le souffle", a conclu François De Smet. Le député fédéral amarante était le dernier intervenant dans la discussion générale concernant le budget 2022. Le kern en préparation de la réunion du Comité de concertation prévue demain/mercredi ayant commencé, les discussions thématiques débuteront avec les ministres qui n'y siègent pas. Karine Lalieux (Pensions) ouvrira le bal vers 21h20. L'intervention du Premier ministre Alexander De Croo est attendu après le kern.