Représentant le groupe parlementaire le plus important, Peter De Roover, le chef de groupe des nationalistes flamands, dans l'opposition au fédéral, a pris la parole en premier. "C'est de l'amateurisme", a-t-il lancé à l'adresse du Premier ministre Alexander De Croo. "Votre gouvernement se spécialise dans le dépôt de propositions en urgence. Et quand nous demandons une note technique, nous recevons des pages et des pages... Et nous sommes dans une situation où la loi portant dispositions diverses ne pourra pas être votée dans les délais normaux. C'est particulièrement alarmant." La commission des Finances doit encore approuver ce texte en deuxième lecture et devra se réunir la semaine prochaine pour ce faire.

Peter De Roover a aussi pointé le "manque de cohérence" de la Vivaldi. "Où est le temps où vous faisiez référence à Michael Jordan ? Vous devez concilier l'eau et le feu, et vous n'y arrivez pas..."

Peter De Roover a critiqué plusieurs aspects du budget 2022, conclu début octobre par la coalition heptapartite. La taxe sur les billets d'avions est à ses yeux "une mesure purement fiscale". "Ça ne va engendrer aucun changement de comportement", a-t-il lancé. Même analyse pour l'augmentation des accises sur le tabac: "sur les paquets, vous devriez écrire 'Fumer est bon pour le budget', a ironisé Peter De Roover.

Le chef de groupe N-VA a énuméré différents dossiers non aboutis, comme l'énergie. "Vous pataugez", a-t-il observé. Et sur les pensions : "Karine Lalieux fait-elle encore partie de votre gouvernement ? Ça fait longtemps qu'on ne l'a plus vue". Sur la sécurité, M. De Roover a estimé que "la ministre (de l'Intérieur Annelies Verlinden, ndlr) a oublié de prévoir les budgets pour rencontrer les souhaits des syndicats, au moins partiellement."

"S'il n'y a même pas de plans dans cette première moitié de la législature, tout espoir est perdu et rien ne se fera. Vous êtes le punching ball de cette majorité. Quelle sera encore votre force ?", a-t-il conclu en s'adressant au Premier ministre.

Wouter De Vriendt (Groen) a pris la défense de la majorité. "Je n'ai entendu aucune idée alternative ou proposition constructive pour ce pays, juste une succession de généralités. Nous ne sommes pas en fin de parcours et réformer, ça prend du temps. Ce gouvernement essaye de dénouer des noeuds gordiens présents depuis parfois des décennies, alors que la Suédoise (coalition précédente avec la N-VA, ndlr) a laissé les choses pourrir, que ce soit sur les pensions ou le nucléaire."

Représentant le groupe parlementaire le plus important, Peter De Roover, le chef de groupe des nationalistes flamands, dans l'opposition au fédéral, a pris la parole en premier. "C'est de l'amateurisme", a-t-il lancé à l'adresse du Premier ministre Alexander De Croo. "Votre gouvernement se spécialise dans le dépôt de propositions en urgence. Et quand nous demandons une note technique, nous recevons des pages et des pages... Et nous sommes dans une situation où la loi portant dispositions diverses ne pourra pas être votée dans les délais normaux. C'est particulièrement alarmant." La commission des Finances doit encore approuver ce texte en deuxième lecture et devra se réunir la semaine prochaine pour ce faire.Peter De Roover a aussi pointé le "manque de cohérence" de la Vivaldi. "Où est le temps où vous faisiez référence à Michael Jordan ? Vous devez concilier l'eau et le feu, et vous n'y arrivez pas..." Peter De Roover a critiqué plusieurs aspects du budget 2022, conclu début octobre par la coalition heptapartite. La taxe sur les billets d'avions est à ses yeux "une mesure purement fiscale". "Ça ne va engendrer aucun changement de comportement", a-t-il lancé. Même analyse pour l'augmentation des accises sur le tabac: "sur les paquets, vous devriez écrire 'Fumer est bon pour le budget', a ironisé Peter De Roover.Le chef de groupe N-VA a énuméré différents dossiers non aboutis, comme l'énergie. "Vous pataugez", a-t-il observé. Et sur les pensions : "Karine Lalieux fait-elle encore partie de votre gouvernement ? Ça fait longtemps qu'on ne l'a plus vue". Sur la sécurité, M. De Roover a estimé que "la ministre (de l'Intérieur Annelies Verlinden, ndlr) a oublié de prévoir les budgets pour rencontrer les souhaits des syndicats, au moins partiellement." "S'il n'y a même pas de plans dans cette première moitié de la législature, tout espoir est perdu et rien ne se fera. Vous êtes le punching ball de cette majorité. Quelle sera encore votre force ?", a-t-il conclu en s'adressant au Premier ministre. Wouter De Vriendt (Groen) a pris la défense de la majorité. "Je n'ai entendu aucune idée alternative ou proposition constructive pour ce pays, juste une succession de généralités. Nous ne sommes pas en fin de parcours et réformer, ça prend du temps. Ce gouvernement essaye de dénouer des noeuds gordiens présents depuis parfois des décennies, alors que la Suédoise (coalition précédente avec la N-VA, ndlr) a laissé les choses pourrir, que ce soit sur les pensions ou le nucléaire."