Si Le Vif et Le Soir ont joint leurs forces pour mener cette enquête sur la transparence des communes, c'est parce qu'il nous semble crucial de voir avancer la démocratie dont nous sommes des observateurs attentifs. Or, celle-ci est de plus en plus menacée par la défian...

Si Le Vif et Le Soir ont joint leurs forces pour mener cette enquête sur la transparence des communes, c'est parce qu'il nous semble crucial de voir avancer la démocratie dont nous sommes des observateurs attentifs. Or, celle-ci est de plus en plus menacée par la défiance des citoyens à l'égard d'un système de décision qui reste trop opaque à leurs yeux, a fortiori à l'échelle la plus locale, celle dont les élus sont peut-être des voisins de rue. Dans ce contexte, la mise en ligne des projets de délibération communaux est une porte ouverte à davantage de participation citoyenne à la vie publique. Et ce n'est pas que symbolique. Dans les communes qui diffusent sur le Web les séances du conseil en vidéo, l'assistance a souvent été multipliée par dix et parfois beaucoup plus dans les grandes villes. C'est aussi la porte ouverte à davantage de contrôle. Mais les élus sont, par définition, des représentants du peuple. Ils se doivent de rendre des comptes. Consentir à ne le faire que tous les six ans dans les urnes ne suffit plus dans une société où la circulation accélérée de l'information a changé notre rapport au pouvoir. Il faut savoir vivre et administrer avec son temps.