Le Premier ministre a entamé la conférence de presse avec une bonne nouvelle liée à la campagne de vaccination : la Belgique a dépassé les 70% des plus de 65 ans vaccinés. "Grâce à la campagne de vaccination, on peut tenir le calendrier fixé par le Comité de concertation". Si la situation sanitaire continue à évoluer dans le bon sens, la date du 8 mai pourra être maintenue.

"Faites-vous vacciner, pour vous protéger, pour retrouver votre liberté et pour rendre la liberté à tous", insiste le Premier ministre. Alexander De Croo rappelle également que liberté rime avec responsabilité. "Nous allégeons les mesures pas à pas, car nous ne pouvons pas nous permettre de commettre une erreur. Nous devons nous montrer responsables par rapport à cette liberté que nous sommes en train de reconquérir."

Réouverture des terrasses: jusqu'à 22h

Les terrasses des cafés et des restaurants seront donc bien autorisées à rouvrir à partir du samedi 8 mai. Le comité de concertation a décidé que celles-ci seront ouvertes de 8h à 22h. Quatre personnes seront autorisées à s'asseoir à la même table, une exception étant permise pour les personnes d'un même foyer. Une distance d'1,5m doit être maintenue entre les tables.

Le port du masque sera obligatoire pour le personnel et les clients tant qu'ils ne seront pas assis à table. Le service au bar sera interdit. Les clients pourront accéder ponctuellement et brièvement à l'espace intérieur pour utiliser les infrastructures sanitaires, pour accéder à la terrasse ou pour payer.

A partir du 8 mai, des mesures strictes disparaitront et nous aurons donc plus de libertés. Alexander De Croo met l'accent sur la responsabilité de chacun, en rappelant que les mesures vont de pair avec l'évolution de la situation sanitaire et l'avancée de la campagne de vaccination.

Le couvre-feu sera bien levé à cette date, avec une limitation des rassemblements à trois personnes n'appartenant pas au même foyer entre minuit et 05h00 du matin.

Evènements : 50 p. à partir de mai en extérieur

Le Comité de concertation a entériné les décisions antérieures relatives au secteur culturel et événementiel pour le mois de mai. Concrètement, les représentations culturelles, les compétitions sportives et les foires commerciales en extérieur réunissant jusqu'à 50 personnes seront autorisées à partir du samedi 8 mai.

Et en juin ? La date précise dépendra de l'avancement de la campagne de vaccination (+80% des personnes à risque ayant reçu une 1ère dose) et de l'occupation des lits de soins intensifs (sous la barre des 500). Il sera permis à maximum 200 personnes d'assister à un événement à l'extérieur.

Pour les activités en intérieur, l'occupation maximale de la salle sera de 75% de la capacité sécurisée de celle-ci (critère dit CIRM, "Covid Infrastructure Risk Model"), avec un plafond de 200 personnes. Le port du masque et le respect d'une distance physique appropriée seront toujours obligatoires. En ce qui concerne les événements organisés à l'intérieur, les participants devront toujours être assis.

Aucune décision n'a été prise pour les mois de juillet et août. "Ce que nous voulons éviter, c'est de donner des perspectives que nous ne pourrons pas réaliser", a indiqué le Premier ministre. "Nous voulons donner des perspectives dans les domaines où nous voyons clair."

Trente événements-tests en mai et juin

Les événements-tests encadrés par les autorités pour évaluer le risque et la maîtrise de la propagation du coronavirus dans le secteur événementiel seront au nombre de 30 sur les mois de mai et juin, a détaillé le commissariat corona après validation de ce cadre par le Comité de concertation.

Ces événements tests seront de nature culturelle, sportive, pour la jeunesse et autres. Après leur tenue en mai et juin, l'été fera l'objet d'une analyse ultérieure. Pas question que ce cadre serve de prétexte à des évènements qui ne seraient normalement pas autorisés, prévient le commissariat: un objectif de recherche ou de mise en oeuvre clair sera défini, ainsi qu'un comité d'éthique le cas échéant. Bien qu'il s'agisse d'événements-tests, l'empreinte épidémiologique ne doit pas être trop élevée, compte tenu de la situation actuelle. Le recours à des tests dont le résultat doit être connu avant le début de l'évènement, et à d'autres tests après l'événement est une condition indispensable.

Autres exigences: le Covid Event Risk Model développé par le secteur et constamment mis à jour doit être complété pour chaque événement. Le CIRM (Covid Infrastructure Risk Model) doit être complété concernant l'infrastructure utilisée. Les participants à ces évènements assument la responsabilité de leur participation. "L'objectif est de pouvoir organiser des évènements-tests le plus tôt possible, sans prendre de risques inutiles et dans le but d'en tirer des enseignements pour l'avenir", résume le commissariat corona.

Les foires, brocantes et marchés aux puces non professionnels seront également autorisés à partir de juin.

Un nouveau comité de concertation est dès lors convoqué le mardi 11 mai pour travailler spécifiquement sur ces questions.

Jeunesse: des camps d'été avec max. 50p.

On savait déjà qu'à partir du 8 mai, les activités organisées (par exemple par des clubs sportifs ou associations) à l'extérieur seraient autorisées avec un maximum de 25 participants et ce, pour tous les âges, mais sans public et sans nuitée. Les enfants jusqu'à 12 ans inclus peuvent se retrouver à l'intérieur avec 10 participants maximum.

À partir du 25 juin, les activités organisées à l'intérieur et à l'extérieur seront donc autorisées avec un maximum de 50 participants. Concernant les camps de jeunes, les nuitées seront aussi autorisées à partir de cette date.

Mesures spécifiques à Bruxelles: une réunion mercredi

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort rencontrera les bourgmestres des dix-neuf communes de la capitale et les chefs de corps des zones de police concernées mercredi prochain pour examiner les décisions prises vendredi par le Comité de concertation..

Ensemble, ils se prononceront sur d'éventuelles décisions spécifiques à Bruxelles. On y reparlera très vraisemblablement de l'impact prévisible de la réouverture des terrasses envisagée à partir du 8 mai, ainsi que des mesures spécifiques telles que le couvre-feu d'application à partir de 22h00, en tout cas jusqu'à cette date, le port obligatoire du masque, la fermeture de tous les magasins en soirée et l'interdiction de l'alcool dans les espaces publics.

Le Premier ministre a entamé la conférence de presse avec une bonne nouvelle liée à la campagne de vaccination : la Belgique a dépassé les 70% des plus de 65 ans vaccinés. "Grâce à la campagne de vaccination, on peut tenir le calendrier fixé par le Comité de concertation". Si la situation sanitaire continue à évoluer dans le bon sens, la date du 8 mai pourra être maintenue."Faites-vous vacciner, pour vous protéger, pour retrouver votre liberté et pour rendre la liberté à tous", insiste le Premier ministre. Alexander De Croo rappelle également que liberté rime avec responsabilité. "Nous allégeons les mesures pas à pas, car nous ne pouvons pas nous permettre de commettre une erreur. Nous devons nous montrer responsables par rapport à cette liberté que nous sommes en train de reconquérir."Les terrasses des cafés et des restaurants seront donc bien autorisées à rouvrir à partir du samedi 8 mai. Le comité de concertation a décidé que celles-ci seront ouvertes de 8h à 22h. Quatre personnes seront autorisées à s'asseoir à la même table, une exception étant permise pour les personnes d'un même foyer. Une distance d'1,5m doit être maintenue entre les tables. Le port du masque sera obligatoire pour le personnel et les clients tant qu'ils ne seront pas assis à table. Le service au bar sera interdit. Les clients pourront accéder ponctuellement et brièvement à l'espace intérieur pour utiliser les infrastructures sanitaires, pour accéder à la terrasse ou pour payer. A partir du 8 mai, des mesures strictes disparaitront et nous aurons donc plus de libertés. Alexander De Croo met l'accent sur la responsabilité de chacun, en rappelant que les mesures vont de pair avec l'évolution de la situation sanitaire et l'avancée de la campagne de vaccination. Le couvre-feu sera bien levé à cette date, avec une limitation des rassemblements à trois personnes n'appartenant pas au même foyer entre minuit et 05h00 du matin. Le Comité de concertation a entériné les décisions antérieures relatives au secteur culturel et événementiel pour le mois de mai. Concrètement, les représentations culturelles, les compétitions sportives et les foires commerciales en extérieur réunissant jusqu'à 50 personnes seront autorisées à partir du samedi 8 mai. Et en juin ? La date précise dépendra de l'avancement de la campagne de vaccination (+80% des personnes à risque ayant reçu une 1ère dose) et de l'occupation des lits de soins intensifs (sous la barre des 500). Il sera permis à maximum 200 personnes d'assister à un événement à l'extérieur. Pour les activités en intérieur, l'occupation maximale de la salle sera de 75% de la capacité sécurisée de celle-ci (critère dit CIRM, "Covid Infrastructure Risk Model"), avec un plafond de 200 personnes. Le port du masque et le respect d'une distance physique appropriée seront toujours obligatoires. En ce qui concerne les événements organisés à l'intérieur, les participants devront toujours être assis. Aucune décision n'a été prise pour les mois de juillet et août. "Ce que nous voulons éviter, c'est de donner des perspectives que nous ne pourrons pas réaliser", a indiqué le Premier ministre. "Nous voulons donner des perspectives dans les domaines où nous voyons clair." Les événements-tests encadrés par les autorités pour évaluer le risque et la maîtrise de la propagation du coronavirus dans le secteur événementiel seront au nombre de 30 sur les mois de mai et juin, a détaillé le commissariat corona après validation de ce cadre par le Comité de concertation.Ces événements tests seront de nature culturelle, sportive, pour la jeunesse et autres. Après leur tenue en mai et juin, l'été fera l'objet d'une analyse ultérieure. Pas question que ce cadre serve de prétexte à des évènements qui ne seraient normalement pas autorisés, prévient le commissariat: un objectif de recherche ou de mise en oeuvre clair sera défini, ainsi qu'un comité d'éthique le cas échéant. Bien qu'il s'agisse d'événements-tests, l'empreinte épidémiologique ne doit pas être trop élevée, compte tenu de la situation actuelle. Le recours à des tests dont le résultat doit être connu avant le début de l'évènement, et à d'autres tests après l'événement est une condition indispensable. Autres exigences: le Covid Event Risk Model développé par le secteur et constamment mis à jour doit être complété pour chaque événement. Le CIRM (Covid Infrastructure Risk Model) doit être complété concernant l'infrastructure utilisée. Les participants à ces évènements assument la responsabilité de leur participation. "L'objectif est de pouvoir organiser des évènements-tests le plus tôt possible, sans prendre de risques inutiles et dans le but d'en tirer des enseignements pour l'avenir", résume le commissariat corona.Les foires, brocantes et marchés aux puces non professionnels seront également autorisés à partir de juin.Un nouveau comité de concertation est dès lors convoqué le mardi 11 mai pour travailler spécifiquement sur ces questions.On savait déjà qu'à partir du 8 mai, les activités organisées (par exemple par des clubs sportifs ou associations) à l'extérieur seraient autorisées avec un maximum de 25 participants et ce, pour tous les âges, mais sans public et sans nuitée. Les enfants jusqu'à 12 ans inclus peuvent se retrouver à l'intérieur avec 10 participants maximum. À partir du 25 juin, les activités organisées à l'intérieur et à l'extérieur seront donc autorisées avec un maximum de 50 participants. Concernant les camps de jeunes, les nuitées seront aussi autorisées à partir de cette date.