Ce projet, baptisé SmartMove, a été confié à Bruxelles Environnement et Bruxelles Fiscalité, qui ont élaboré un nouveau modèle de fiscalité automobile, ont révélé L'Echo et De Tijd jeudi matin. Comme annoncé dans la déclaration de politique régionale, il est question de supprimer la taxe de mise en circulation et la taxe de circulation pour introduire un tarif basé sur l'usage.

Interrogé à la Chambre, Georges Gilkinet a précisé que le fédéral n'avait pas été informé officiellement. "Dès que le gouvernement bruxellois prendra position officiellement, nous demanderons une concertation... s'il ne l'a pas déjà fait lui-même", a précisé le ministre fédéral de la Mobilité. Exhorté par le député N-VA Wouter Raskin de surveiller son homologue bruxelloise, M. Gilkinet a répondu avoir "trop de respect pour mon excellente collègue (Elke) Van den Brandt (Groen) pour la contrôler."

"Chaque année, les Bruxellois perdent 195 heures dans les bouchons, soit plus de 8 jours par an. A Bruxelles, les transports sont responsables de 60% des émissions de NOx (oxyde d'azote) sans parler des nuisances visuelles et sonores, alors que 50% des Bruxellois n'ont pas de voitures", a précisé M. Gilkinet.

Ce projet, baptisé SmartMove, a été confié à Bruxelles Environnement et Bruxelles Fiscalité, qui ont élaboré un nouveau modèle de fiscalité automobile, ont révélé L'Echo et De Tijd jeudi matin. Comme annoncé dans la déclaration de politique régionale, il est question de supprimer la taxe de mise en circulation et la taxe de circulation pour introduire un tarif basé sur l'usage. Interrogé à la Chambre, Georges Gilkinet a précisé que le fédéral n'avait pas été informé officiellement. "Dès que le gouvernement bruxellois prendra position officiellement, nous demanderons une concertation... s'il ne l'a pas déjà fait lui-même", a précisé le ministre fédéral de la Mobilité. Exhorté par le député N-VA Wouter Raskin de surveiller son homologue bruxelloise, M. Gilkinet a répondu avoir "trop de respect pour mon excellente collègue (Elke) Van den Brandt (Groen) pour la contrôler." "Chaque année, les Bruxellois perdent 195 heures dans les bouchons, soit plus de 8 jours par an. A Bruxelles, les transports sont responsables de 60% des émissions de NOx (oxyde d'azote) sans parler des nuisances visuelles et sonores, alors que 50% des Bruxellois n'ont pas de voitures", a précisé M. Gilkinet.