Pour alléger la pression sur les centres de tests et les labos, débordés par la seconde vague du coronavirus, les ministres de la Santé et le commissaire coronavirus Pedro Facon avaient décidé, le lundi 19 octobre, de revoir la stratégie de dépistage "au moins jusqu'au 15 novembre". Il avait alors été décidé que les personnes asymptomatiques ne seraient plus testées, mais qu'elles devraient respecter une quarantaine de 10 jours.

Par conséquent, le nombre de tests réalisés dans notre pays a fortement baissé, il est passé de plus de 80 000 tests quotidiens fin octobre à 28 000 à l'heure actuelle. Entre-temps, les laboratoires ont augmenté leur capacité de dépistage, et devraient pouvoir traiter 90 000 tests par jour. Selon le quotidien Het Nieuwsblad, ils atteindront les 115 000 par jour d'ici le mois de janvier.

Ce mercredi, le porte-parole interfédéral du Centre de crise, Yves Van Laethem, a annoncé que les personnes asymptomatiques qui ont été en contact avec un cas positif de Covid-19 ainsi que les voyageurs qui reviennent d'une zone rouge pourront donc à nouveau se faire tester.

Un code par SMS

Les personnes qui ont eu un contact à haut risque recevront un code par SMS, du service du suivi de contacts, qui leur permettra de prendre rendez-vous dans un centre de dépistage sans passer par leur médecin généraliste. Les voyageurs qui reviennent de zone rouge recevront également un code par SMS après avoir rempli le Public Health Passenger Locator Form (obligatoire pour les séjours à l'étranger de plus de 48 heures). Les personnes qui soupçonnent qu'elles ont été en contact avec une personne malade, mais qui n'ont pas reçu de SMS, ne pourront pas être testées.

Les voyageurs qui souhaitent se rendre dans un pays qui exige un test PCR négatif (l'Italie ou l'Espagne par exemple) doivent se rendre dans un laboratoire et n'ont pas besoin de prescription médicale. Ces tests ne sont pas remboursés et sont considérés comme non prioritaires.

Sept jours

Yves Van Laethem conseille de se faire dépister sept jours après le dernier contact à haut risque ou après le retour en Belgique pour les voyageurs. "Si vous avez un test fait à J+7 et qu'il vous revient à J+8 ou J+ 9 comme positif, on bascule à ce moment de la quarantaine vers l'isolement, de minimum sept jours si vous restez asymptomatiques", a-t-il expliqué.

Si une personne développe des symptômes, l'isolement sera de minimum sept jours à partir du début des symptômes. Pour en sortir, il faut également compter au moins trois jours sans température et une diminution des symptômes, rappelle Yves Van Laethem. "Si le test est négatif, alors vous pouvez sortir de quarantaine."

Rappelons que la quarantaine signifie que 'l'on est préventivement écarté(e) pour limiter une potentielle propagation de la Covid-19. L'isolement signifie que vous devez rester à la maison parce que vous êtes malade ou avez été testé(e) positif(ve) au coronavirus.

La quarantaine reste fondamentale

Le spécialiste insiste sur l'importance de respecter les mesures en vigueur, notamment la distance sociale. "Le test en lui-même n'est pas à 100% sûr. (...) Ce n'est pas une 'assurance tous risques'." La quarantaine est "fondamentale pour briser les chaînes de transmission du virus", a-t-il conclu.

Pour alléger la pression sur les centres de tests et les labos, débordés par la seconde vague du coronavirus, les ministres de la Santé et le commissaire coronavirus Pedro Facon avaient décidé, le lundi 19 octobre, de revoir la stratégie de dépistage "au moins jusqu'au 15 novembre". Il avait alors été décidé que les personnes asymptomatiques ne seraient plus testées, mais qu'elles devraient respecter une quarantaine de 10 jours. Par conséquent, le nombre de tests réalisés dans notre pays a fortement baissé, il est passé de plus de 80 000 tests quotidiens fin octobre à 28 000 à l'heure actuelle. Entre-temps, les laboratoires ont augmenté leur capacité de dépistage, et devraient pouvoir traiter 90 000 tests par jour. Selon le quotidien Het Nieuwsblad, ils atteindront les 115 000 par jour d'ici le mois de janvier.Ce mercredi, le porte-parole interfédéral du Centre de crise, Yves Van Laethem, a annoncé que les personnes asymptomatiques qui ont été en contact avec un cas positif de Covid-19 ainsi que les voyageurs qui reviennent d'une zone rouge pourront donc à nouveau se faire tester. Un code par SMS Les personnes qui ont eu un contact à haut risque recevront un code par SMS, du service du suivi de contacts, qui leur permettra de prendre rendez-vous dans un centre de dépistage sans passer par leur médecin généraliste. Les voyageurs qui reviennent de zone rouge recevront également un code par SMS après avoir rempli le Public Health Passenger Locator Form (obligatoire pour les séjours à l'étranger de plus de 48 heures). Les personnes qui soupçonnent qu'elles ont été en contact avec une personne malade, mais qui n'ont pas reçu de SMS, ne pourront pas être testées.Les voyageurs qui souhaitent se rendre dans un pays qui exige un test PCR négatif (l'Italie ou l'Espagne par exemple) doivent se rendre dans un laboratoire et n'ont pas besoin de prescription médicale. Ces tests ne sont pas remboursés et sont considérés comme non prioritaires.Sept jours Yves Van Laethem conseille de se faire dépister sept jours après le dernier contact à haut risque ou après le retour en Belgique pour les voyageurs. "Si vous avez un test fait à J+7 et qu'il vous revient à J+8 ou J+ 9 comme positif, on bascule à ce moment de la quarantaine vers l'isolement, de minimum sept jours si vous restez asymptomatiques", a-t-il expliqué. Si une personne développe des symptômes, l'isolement sera de minimum sept jours à partir du début des symptômes. Pour en sortir, il faut également compter au moins trois jours sans température et une diminution des symptômes, rappelle Yves Van Laethem. "Si le test est négatif, alors vous pouvez sortir de quarantaine."Rappelons que la quarantaine signifie que 'l'on est préventivement écarté(e) pour limiter une potentielle propagation de la Covid-19. L'isolement signifie que vous devez rester à la maison parce que vous êtes malade ou avez été testé(e) positif(ve) au coronavirus.La quarantaine reste fondamentale Le spécialiste insiste sur l'importance de respecter les mesures en vigueur, notamment la distance sociale. "Le test en lui-même n'est pas à 100% sûr. (...) Ce n'est pas une 'assurance tous risques'." La quarantaine est "fondamentale pour briser les chaînes de transmission du virus", a-t-il conclu.