Le gouvernement bruxellois est amené malgré lui à se pencher sur la question de savoir si la STIB doit aller en appel du jugement du tribunal du travail condamnant la société bruxelloise de transport public pour discrimination à l'embauche à l'égard d'une femme portant le voile. Le gouvernement a été saisi du dossier par son commissaire Open Vld. Vendredi, le cabinet du ministre-président Rudi Vervoort (PS) a fait savoir que son exécutif entendait se laisser du temps pour examiner ce dossier délicat.

Lors d'un vote étriqué, le comité de gestion de la STIB a décidé en début de semaine passée de ne pas faire appel de cette décision judiciaire. Le commissaire du gouvernement bruxellois -qui n'a pas pris part au débat- a jugé qu'elle pouvait être préjudiciable aux intérêts de la Région. Il a renvoyé le dossier à l'exécutif bruxellois qui dispose d'une vingtaine de jours pour prendre position.

Le gouvernement bruxellois est amené malgré lui à se pencher sur la question de savoir si la STIB doit aller en appel du jugement du tribunal du travail condamnant la société bruxelloise de transport public pour discrimination à l'embauche à l'égard d'une femme portant le voile. Le gouvernement a été saisi du dossier par son commissaire Open Vld. Vendredi, le cabinet du ministre-président Rudi Vervoort (PS) a fait savoir que son exécutif entendait se laisser du temps pour examiner ce dossier délicat. Lors d'un vote étriqué, le comité de gestion de la STIB a décidé en début de semaine passée de ne pas faire appel de cette décision judiciaire. Le commissaire du gouvernement bruxellois -qui n'a pas pris part au débat- a jugé qu'elle pouvait être préjudiciable aux intérêts de la Région. Il a renvoyé le dossier à l'exécutif bruxellois qui dispose d'une vingtaine de jours pour prendre position.