Peut-être - qui sait - Jan Jambon (N-VA) ne voulait-il pas mal faire lorsqu'il a récemment déclaré lors d'une conférence que désormais les demandeurs d'asile ne recevraient plus de grosse somme d'argent (ou d'allocations) sur leur compte. Le ministre-président flamand part peut-être du principe que la base de soutien pour l'accueil des demandeurs d'asile va diminuer, et il est convaincu que cette base de soutien ne peut continuer à exister que si le gouvernement adopte une attitude moins généreuse envers ces nouveaux arrivants.
...

Peut-être - qui sait - Jan Jambon (N-VA) ne voulait-il pas mal faire lorsqu'il a récemment déclaré lors d'une conférence que désormais les demandeurs d'asile ne recevraient plus de grosse somme d'argent (ou d'allocations) sur leur compte. Le ministre-président flamand part peut-être du principe que la base de soutien pour l'accueil des demandeurs d'asile va diminuer, et il est convaincu que cette base de soutien ne peut continuer à exister que si le gouvernement adopte une attitude moins généreuse envers ces nouveaux arrivants.Bien que cela semble logique, ce raisonnement contient au moins une fausse hypothèse. Selon la dernière Enquête sociale européenne (ESS), le soutien à l'asile et à la migration n'a pas diminué en Flandre. Dans la grande majorité des pays européens, les attitudes sont même devenues un peu plus positives depuis la crise migratoire.Les sociologues Bart Meuleman et Arno Van Hootegem, qui ont étudié de manière approfondie les résultats des enquêtes pour le livre The Refugee Reception Crisis in Europe, remettent donc en question la théorie dite du conflit de groupe, qui est courante parmi les sociologues et les politiciens. Elle vient des États-Unis, explique Meuleman, "où de nombreuses enquêtes ont été menées sur les relations interethniques dans les petites régions ou villes".Ainsi, une étude de la sociologue Susan Olzak (Université de Stanford) révèle que la violence contre les groupes minoritaires est plus fréquente dans les endroits où l'on trouve le plus de diversité ethnique. Ces observations ont alimenté l'idée qu'une augmentation des migrations ou une aggravation de la situation socio-économique entraîne automatiquement une plus grande aversion pour la migration.L'idée sous-jacente est que ces migrants sont en concurrence avec les parties moins éduquées de la population majoritaire. Ils se retrouveraient dans une sorte de jeu à somme nulle, car il n'y a qu'un nombre limité d'emplois et de logements abordables pour eux. En raison de cette concurrence, la population majoritaire se sentirait menacée par eux."Les parties critiques en matière de migration partent du principe que la théorie du conflit de groupe est une loi générale et alignent leur stratégie sur celle-ci. Nos recherches révèlent que le fondement de cette théorie est moins solide qu'on ne le suppose souvent".Quel est le problème de la théorie? Bart Meuleman : Elle est trop simpliste. Si elle était fondée, un afflux plus important de demandeurs d'asile ou une crise économique majeure conduirait automatiquement à des attitudes plus négatives à l'égard de la migration. Ce n'est manifestement pas toujours le cas. L'Espagne et le Portugal ont été durement touchés par la crise économique, et pourtant l'ouverture envers les demandeurs d'asile y est plus grande que dans la plupart des autres pays européens. La théorie suppose également qu'un afflux plus important conduit automatiquement à plus de votes pour les partis critiques en matière de migration. Mais même cela n'est pas avéré.Arno Van Hootegem : Au niveau individuel, la théorie est utile - il est vrai que ce sont surtout les personnes en situation précaire qui se sentent menacées par la migration. Mais elle est nettement moins solide si on l'étudie au niveau des pays.Comment expliquez-vous cela? Meuleman : La manière dont une population considère l'asile et la migration est le résultat d'une interaction complexe de facteurs. Il n'existe pas de facteur déterminant unique, universellement applicable, qui conduise automatiquement au même résultat. La situation flamande l'illustre également. Les premiers succès modestes du Vlaams Blok se sont produits à Anvers. Ce n'est pas par hasard si c'est la ville où il y a le plus de sièges à distribuer et où le seuil électoral est le plus bas. Le parti a ensuite fait une percée dans les endroits où il y avait de nombreuses familles de travailleurs immigrés turcs et marocains dans les années 1980. Mais aujourd'hui, où le Vlaams Belang croît-il le plus? Dans la Flandre occidentale rurale, où vous avez le moins de migrants.De manière surprenante, les attitudes à l'égard de l'asile sont devenues légèrement plus positives dans la plupart des pays européens. Cette constatation est en contradiction avec l'observation selon laquelle les parties critiques en matière de migration ont obtenu de bons résultats depuis la crise de l'asile en 2015.Meuleman : Nos données révèlent que les attitudes sont restées plus ou moins les mêmes depuis 1995. Ni la crise économique ni la crise migratoire n'ont provoqué de changements majeurs. Cela ne veut pas dire que rien n'a changé. Si vous examinez la façon dont les politiciens parlent des migrants aujourd'hui, vous verrez que la frontière s'est déplacée par rapport à ce que vous pouvez dire. Le fait que ce changement ne se soit pas traduit par des attitudes est sans doute aussi dû au " non ". Vous avez aussi des acteurs - en politique, mais aussi dans la société civile - qui mettent l'accent sur l'humanitaire et prônent une approche solidaire. Cette voix-là aussi peut devenir dominante.Van Hootegem : Le livre contient un chapitre sur l'Allemagne. La crise de l'asile y a certainement provoqué des réactions négatives, mais le discours de solidarité de la chancelière Angela Merkel y a été dominant. De ce fait, le soutien est également resté relativement élevé, malgré l'afflux important.Pour résumer : ce n'est pas l'arrivée de deux millions de demandeurs d'asile qui détermine les attitudes, mais la manière dont ce fait est présenté.Meuleman : La présentation des faits est plus décisive que les faits, oui. En général, on peut dire : plus les gens estiment qu'il y a de migrants, plus ils se sentent menacés par eux. En même temps, nous savons que les gens ont tendance à surestimer le nombre réel. Cela laisse de la place au framing, dans les deux sens. Quand je dis que la crise majeure de l'asile s'est accompagnée d'un afflux équivalent à 0,2 % de la population européenne, cela ne semble probablement pas très menaçant. L'idée que tout cela n'est pas si insurmontable peut être renforcée en montrant du doigt des pays beaucoup plus pauvres comme le Liban : à un moment donné, plus d'un quart de la population s'y composait de réfugiés syriens.Les données que vous avez recueillies montrent des différences relativement importantes par pays. Outre l'Espagne et le Portugal, les pays scandinaves semblent également beaucoup plus positifs en matière d'asile. Pour quelle raison?Meuleman : (hésitant) C'est une question difficile, mais je pense qu'il y a plus ou moins un schéma. Les pays où l'on observe une attitude plus positive combinent souvent une plus grande diversité ethnique et une plus grande prospérité avec un système social plutôt redistributif. Cela permet peut-être à la population de bénéficier d'un certain degré de sécurité par rapport à sa situation socio-économique.En outre, nous constatons que dans les pays ayant une politique d'asile plus généreuse, la population est également plus favorable à une telle politique ouverte. Il est bien sûr difficile de déterminer les causes et les effets, mais il se pourrait bien qu'une politique plus ouverte génère également une attitude plus ouverte au sein de la population. Quoi qu'il en soit, l'affirmation souvent entendue selon laquelle une politique généreuse conduit automatiquement à l'insatisfaction n'est pas correcte.Les Pays-Bas et la Belgique combinent une politique d'asile relativement généreuse avec une grande prospérité et un système de redistribution fort. Néanmoins, les enquêtes de l'ESS révèlent que l'attitude de la population y est relativement négative.Meuleman : Honnêtement, je n'ai pas d'explication plausible. Je pourrais faire un exposé sur le rôle du nationalisme flamand, qui est moins inclusif pour des raisons historiques, mais comment expliquez-vous qu'il n'y ait pas de différence significative avec la Wallonie à cet égard ?Cette constatation soulève en effet des questions. Les attitudes des Flamands et des Wallons ne diffèrent guère, même si en Flandre le thème de la migration est politisé depuis trois décennies.Meuleman : Je n'exclus pas la possibilité que ces attitudes similaires soient nées d'une manière complètement différente. Il est possible, par exemple, que la situation économique moins bonne et les sentiments de privation qui y sont associés en Wallonie aient conduit aux mêmes attitudes que le framing politique dans la Flandre plus prospère.Van Hootegem : Un des facteurs pourrait également être la composition de la population issue de l'immigration. Cette croissance était différente dans les deux régions.Meuleman : Force est de constater que l'image que bon nombre de francophones ont des Flamands n'est pas correcte. Les Flamands ne sont pas plus racistes. Leur comportement de vote est différent, mais les attitudes sous-jacentes sont plus ou moins les mêmes.Jusqu'à présent, les tentatives pour faire décoller un parti critique en matière de migration en Belgique francophone ont toujours échoué.Meuleman : C'est déjà un peu plus facile à expliquer. Les premiers succès du Vlaams Blok en Flandre ne venaient pas de nulle part. Ils ont été construits sur une base qui remonte à la partie collaboratrice du Mouvement flamand. En Wallonie, il n'y avait pas cette base. Cependant, il y avait un parti socialiste qui était l'un des rares en Europe à réussir à s'attacher les ouvriers. C'est en partie dû aux industries traditionnelles comme le charbon et l'acier, qui se sont maintenues plus longtemps qu'ailleurs. À côté de cela, bien sûr, vous aviez le système de clientélisme, qui donnait à la classe ouvrière le sentiment de ne pas être abandonnée. Il a également fait en sorte que l'extrême droite ne puisse jamais vraiment prendre son envol. Tous ces facteurs combinés font que la lutte politique en Wallonie n'a jamais été menée sur la ligne de faille de la migration.Van Hootegem : Et pourtant, vous ne pouvez pas en déduire que la Belgique est composée d'une démocratie wallonne de gauche et d'une démocratie flamande de droite. L'enquête sur les attitudes contredit cette affirmation, même dans des domaines où l'on ne s'y attendrait pas. Par exemple, une de nos études montre que les Wallons sont encore un peu plus critiques à l'égard de la sécurité sociale. Ils sont un peu plus souvent convaincus que les allocations mènent à ce que les chômeurs ne cherchent pas d'emploi.Il y a des pays où les attitudes ont changé de façon spectaculaire au cours de la dernière décennie. L'exception la plus frappante est la Hongrie. A partir de 2012, vous y verrez une augmentation particulièrement forte des attitudes négatives, et cette tendance s'accentuera encore à partir de 2015.Van Hootegem : Une explication possible à cela est la politique elle-même. La Hongrie a été le premier pays à dire non au plan européen de répartition des demandeurs d'asile. Nous avons déjà parlé d'un lien possible entre une politique d'asile ouverte et des attitudes ouvertes : cela pourrait aussi fonctionner dans l'autre sens. Le Premier ministre Viktor Orbán a lui aussi clairement appuyé sur le bouton de panique morale. Et pas seulement lui. Dans d'autres pays de Visegrad (NDLR : qui comprennent la République tchèque, la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie ainsi que la République tchèque, la Pologne et la Slovaquie,), des acteurs importants de la société civile, de la politique et des médias ont également opté pour cette approche. Par conséquent, c'est précisément dans les pays qui ont accueilli le moins de demandeurs d'asile que l'aversion est la plus forte.Meuleman : Nulle part en Europe, l'opinion publique n'est manipulée de manière aussi visible et claire qu'en Hongrie. Au cours du premier semestre de 2015, le gouvernement a mené un certain nombre d'enquêtes contestables auprès de la population. On a demandé aux citoyens s'ils étaient d'accord avec des déclarations telles que : "Si vous venez vivre en Hongrie, vous ne pouvez pas prendre nos emplois". Les résultats ont ensuite été utilisés pour manipuler l'opinion publique avec de grandes campagnes d'affichage contre l'asile et la migration. Et enfin, cette opinion publique est devenue une excuse pour orienter encore plus la politique dans une certaine direction. C'est un cercle vicieux.Dans les cercles de gauche, on entend parfois parler d'une "orbanisation" de la Flandre.Meuleman : Je suis peut-être naïf, mais ce n'est pas aussi professionnel et systématique qu'en Hongrie. Un ministre-président flamand proclamant sur des tribunes publiques qu'une famille de demandeurs d'asile a acheté une maison avec l'argent de ses enfants fixe évidemment un certain cadre. Mais cette déclaration fait-elle partie d'une campagne professionnelle, élaborée par une agence de publicité ?La tentation de considérer l'asile comme une menace est grande.Meuleman : C'est un modèle qui se vend. Ce n'est pas pour rien que Theo Francken (N-VA) était le politicien le plus populaire en Flandre.Van Hootegem : J'ai été surpris que la présidente de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten, ait réagi si vivement à la déclaration de Jambon. Il est possible que sa réaction fasse partie d'une stratégie politique, mais elle était frappante. Ces dernières années, on a constaté une certaine crainte d'aller à l'encontre du discours dominant.Le discours de gauche de l'ouverture des frontières pourrait aussi être plus difficile à vendre ?Meuleman : Je ne saurais pas pourquoi il est si difficile de défendre la position de la solidarité, surtout en matière d'asile. Pourtant, même la gauche a clairement peur de jouer cette carte. Cette crainte, je pense, n'est pas entièrement justifiée.Un récent sondage allemand a montré qu'Angela Merkel reste de loin la politique qui suscite le plus de confiance.Meuleman : Les choses auraient également pu se passer très différemment. Les voix contraires ont utilisé les lourds incidents de la veille du Nouvel An à Cologne en 2015 ou les attaques terroristes à Paris et Bruxelles en 2015 et 2016 comme munitions pour se mobiliser contre le discours dominant. Ce n'était qu'un succès partiel, notamment parce que l'autre cadre - "Wir schaffen das" de Merkel - s'est avéré crédible. La crise de l'asile n'a pas affecté l'État providence allemand."L'effet d'aspiration sociale" fait partie du répertoire fixe des voix anti-migration: plus la politique migratoire est généreuse, plus l'afflux est important. Vous avez déjà cherché à savoir si cet effet existe, et vous avez constaté que non.Meuleman : Encore une fois, l'idée est efficace comme stratégie de communication. Mais les mouvements migratoires vers les différents pays européens révèlent qu'il n'y a pas de lien évident entre la générosité d'un système social et l'afflux de migrants. Toute l'idée de l'effet d'attraction sociale est basée sur deux hypothèses erronées. Le premier : les migrants d'Afrique de l'Ouest, par exemple, sauraient très bien comment fonctionne la législation sociale dans les différents pays. Ce n'est pas le cas. Même les Belges qui se trouvent dans une situation socio-économique difficile ne savent pas comment fonctionne la législation sociale dans leur pays. La deuxième fausse hypothèse, c'est que les migrants sont totalement libres de choisir le pays où ils vont. Le rôle du gouvernement en tant que gardien est négligé. Pour les citoyens non-UE qui viennent en Belgique, le regroupement familial et l'asile sont les principaux canaux. Cela nous ramène aux allocations familiales. Les demandeurs d'asile ne choisissent pas la Belgique parce que nous avons un système d'argent généreux pour les enfants. Ils n'en ont généralement aucune idée. Et s'ils l'avaient, seul un nombre limité d'entre eux pourraient choisir le pays ayant l'allocation la plus généreuse.Il y a deux ans, le président de la N-VA, Bart De Wever, a proposé à la gauche : soit des "frontières ouvertes", soit un "système de sécurité sociale qui fonctionne bien".Meuleman : Ce message est très efficace, mais l'idée sous-jacente est clairement fausse. Les systèmes de redistribution nette font en sorte que les opinions sur la migration sont plutôt positives. Ce message ne passe pas bien aujourd'hui. Bien que nos conclusions soient basées sur des enquêtes réalisées selon la méthodologie la plus stricte, elles sont trop souvent rejetées comme une opinion comme une autre. La confiance dans les sciences sociales n'est donc pas particulièrement élevée chez les politiciens.