Les premiers vols de rapatriement d'Afghanistan sont arrivés ce lundi matin à l'aéroport militaire de Melsbroek avec plus de 200 personnes à leur bord. "Après une évaluation des besoins d'hébergement par les autorités compétentes, certaines personnes pourraient demander une protection internationale de la Belgique", indique la Croix-Rouge de Belgique.

L'organisation et son homologue flamande, mandatées par l'État pour assurer l'accueil des demandeurs d'asile, ont préparé 220 places prêtes à être activées en urgence. 160 se trouvent en Wallonie (Tournai, Bierset, Rendeux et Fraipont) et 60 autres sont en Flandre. Les personnes concernées seront d'abord accueillies au sein des 23 centres d'accueil existants de la Croix-Rouge. Ceux-ci hébergent pour l'instant 5.862 personnes, dont 1.088 de nationalité afghane.

Demande d'asile

"Les données à ce stade ne permettent pas de dire si la situation de la demande d'asile va fortement augmenter ou pas", commente la Croix-Rouge. "L'accueil sera ajusté face la situation, avec une orientation psychosociale si nécessaire, et bien sûr des activités de rétablissements des liens familiaux avec les familles qui seraient restées au pays ou qui auraient fui ailleurs." "Dans le cas présent, toutes les personnes qui n'arrivent pas ou plus à rentrer en contact avec leur famille en Afghanistan peuvent s'adresser au Service Rétablissement des Liens Familiaux de la Croix-Rouge de Belgique."

L'an dernier, 190 personnes ont ouvert une demande de recherche d'un proche par ce biais et le RLF a permis de trouver 140 personnes dont on n'avait plus de trace.

Les premiers vols de rapatriement d'Afghanistan sont arrivés ce lundi matin à l'aéroport militaire de Melsbroek avec plus de 200 personnes à leur bord. "Après une évaluation des besoins d'hébergement par les autorités compétentes, certaines personnes pourraient demander une protection internationale de la Belgique", indique la Croix-Rouge de Belgique.L'organisation et son homologue flamande, mandatées par l'État pour assurer l'accueil des demandeurs d'asile, ont préparé 220 places prêtes à être activées en urgence. 160 se trouvent en Wallonie (Tournai, Bierset, Rendeux et Fraipont) et 60 autres sont en Flandre. Les personnes concernées seront d'abord accueillies au sein des 23 centres d'accueil existants de la Croix-Rouge. Ceux-ci hébergent pour l'instant 5.862 personnes, dont 1.088 de nationalité afghane. "Les données à ce stade ne permettent pas de dire si la situation de la demande d'asile va fortement augmenter ou pas", commente la Croix-Rouge. "L'accueil sera ajusté face la situation, avec une orientation psychosociale si nécessaire, et bien sûr des activités de rétablissements des liens familiaux avec les familles qui seraient restées au pays ou qui auraient fui ailleurs." "Dans le cas présent, toutes les personnes qui n'arrivent pas ou plus à rentrer en contact avec leur famille en Afghanistan peuvent s'adresser au Service Rétablissement des Liens Familiaux de la Croix-Rouge de Belgique."L'an dernier, 190 personnes ont ouvert une demande de recherche d'un proche par ce biais et le RLF a permis de trouver 140 personnes dont on n'avait plus de trace.