La situation sanitaire est mauvaise à Bruxelles par rapport aux autres régions du pays. La vaccination y est à la traîne et les contaminations sont à la hausse. Le Comité de concertation a d'ailleurs décidé vendredi de maintenir des mesures plus strictes dans la capitale alors qu'elles faisaient l'objet d'assouplissements en Wallonie et en Flandre à partir du 1er septembre.

Les hôpitaux bruxellois n'ont pas choisi pour cette faible couverture vaccinale au sein de leur population. Ils en sont aussi les victimes

Marcel Van der Auwera, chef du département aide médicale urgente au SPF Santé publique

Bruxelles redoute une quatrième vague de contaminations avec un pic début octobre et donc davantage d'hospitalisations. "Une situation loin d'être évidente", selon Marcel Van der Auwera qui rappelle que "le personnel soignant est à bout après pratiquement deux années de COVID-19". "Les hôpitaux bruxellois n'ont pas choisi pour cette faible couverture vaccinale au sein de leur population. Ils en sont aussi les victimes. Soyons solidaires de ces hôpitaux et étudions déjà la répartition des patients", demande-t-il.

Le taux d'occupation des hôpitaux par des patients COVID est faible, poursuit Marcel Van der Auwera qui ajoute que le "sentiment d'urgence a disparu chez beaucoup. Nous voulons sensibiliser dès aujourd'hui le personnel et les hôpitaux à propos de la répartition des patients."

La situation sanitaire est mauvaise à Bruxelles par rapport aux autres régions du pays. La vaccination y est à la traîne et les contaminations sont à la hausse. Le Comité de concertation a d'ailleurs décidé vendredi de maintenir des mesures plus strictes dans la capitale alors qu'elles faisaient l'objet d'assouplissements en Wallonie et en Flandre à partir du 1er septembre. Bruxelles redoute une quatrième vague de contaminations avec un pic début octobre et donc davantage d'hospitalisations. "Une situation loin d'être évidente", selon Marcel Van der Auwera qui rappelle que "le personnel soignant est à bout après pratiquement deux années de COVID-19". "Les hôpitaux bruxellois n'ont pas choisi pour cette faible couverture vaccinale au sein de leur population. Ils en sont aussi les victimes. Soyons solidaires de ces hôpitaux et étudions déjà la répartition des patients", demande-t-il. Le taux d'occupation des hôpitaux par des patients COVID est faible, poursuit Marcel Van der Auwera qui ajoute que le "sentiment d'urgence a disparu chez beaucoup. Nous voulons sensibiliser dès aujourd'hui le personnel et les hôpitaux à propos de la répartition des patients."