Un Comité de concertation virtuel est prévu demain/mercredi, selon les informations du journal Le Soir. Objectif de ce nouveau rassemblement: permettre au secteur culturel de rouvrir ses portes, après que le Conseil d'Etat ait désapprouvé certaines décisions du dernier Codeco."Si un accord est trouvé, l'arrêté royal entrerait en vigueur dans la foulée", précise Le Soir. Pour le politique, ce rétropédalage risque encore d'un peu plus éreinter la confiance de la population (et de certains experts), qui avaient largement manifesté leur mécontentement face à l'absurdité de certaines décisions.

Verlinden a ouvert la porte après le Conseil d'Etat

La mèche a été allumée par la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) avait proposé mardi en début de soirée de revenir à la situation qui précédait le dernier Comité de Concertation (Codeco) concernant le secteur culturel, à savoir une réouverture conditionnée entre autres à un nombre limité de spectateurs. Après une concertation des autorités fédérales ce mardi soir, il a donc été décidé de faire marche arrière.

Le Conseil d'Etat a suspendu mardi en fin d'après-midi l'obligation de fermeture des salles de spectacle imposée par le Comité de concertation du 22 décembre dernier. Pour la haute juridiction, rien ne prouve que la fréquentation des salles de spectacle relevant du secteur culturel soit particulièrement dangereuse pour la santé de la population.

"Nous devons étudier attentivement l'arrêt", a réagi la ministre de l'Intérieur dans la foulée de la décision du Conseil d'Etat. "Le secteur culturel a suffisamment fait entendre sa voix et nous devons en tenir compte. Nous examinerons ce que nous pouvons faire sur la base de l'arrêt", a-t-elle ajouté.

Mme Verlinden propose de revenir à la situation qui précédait le dernier Codeco, à savoir une réouverture des lieux culturels conditionnée à un nombre limité de spectateurs, "en combinaison avec d'autres mesures, car le variant Omicron est en plein essor", a-t-elle précisé.

Mme Verlinden espère pouvoir apporter une "réponse rapide" au secteur de la culture, "tout en tenant compte de l'expansion du variant Omicron", a-t-elle conclu.

Avec Belga.

Un Comité de concertation virtuel est prévu demain/mercredi, selon les informations du journal Le Soir. Objectif de ce nouveau rassemblement: permettre au secteur culturel de rouvrir ses portes, après que le Conseil d'Etat ait désapprouvé certaines décisions du dernier Codeco."Si un accord est trouvé, l'arrêté royal entrerait en vigueur dans la foulée", précise Le Soir. Pour le politique, ce rétropédalage risque encore d'un peu plus éreinter la confiance de la population (et de certains experts), qui avaient largement manifesté leur mécontentement face à l'absurdité de certaines décisions.La mèche a été allumée par la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) avait proposé mardi en début de soirée de revenir à la situation qui précédait le dernier Comité de Concertation (Codeco) concernant le secteur culturel, à savoir une réouverture conditionnée entre autres à un nombre limité de spectateurs. Après une concertation des autorités fédérales ce mardi soir, il a donc été décidé de faire marche arrière.Le Conseil d'Etat a suspendu mardi en fin d'après-midi l'obligation de fermeture des salles de spectacle imposée par le Comité de concertation du 22 décembre dernier. Pour la haute juridiction, rien ne prouve que la fréquentation des salles de spectacle relevant du secteur culturel soit particulièrement dangereuse pour la santé de la population. "Nous devons étudier attentivement l'arrêt", a réagi la ministre de l'Intérieur dans la foulée de la décision du Conseil d'Etat. "Le secteur culturel a suffisamment fait entendre sa voix et nous devons en tenir compte. Nous examinerons ce que nous pouvons faire sur la base de l'arrêt", a-t-elle ajouté. Mme Verlinden propose de revenir à la situation qui précédait le dernier Codeco, à savoir une réouverture des lieux culturels conditionnée à un nombre limité de spectateurs, "en combinaison avec d'autres mesures, car le variant Omicron est en plein essor", a-t-elle précisé. Mme Verlinden espère pouvoir apporter une "réponse rapide" au secteur de la culture, "tout en tenant compte de l'expansion du variant Omicron", a-t-elle conclu.Avec Belga.