Fin de la tension fédérale. "Le gouvernement bruxellois marquera son accord sur la proposition de répartition des Fonds européen, souligne le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, et souhaite la poursuite de la construction du plan de relance belge, avec des projets concrets au profit des Bruxellois•es, de la population belge et de l'UE." Le leader socialiste bruxellois clôt de la sorte un épisode de tensions au sein des équilibres fédéraux du pays.

Depuis l'annonce d'un accord fédéral, tous les partis bruxellois avaient marqué leur désaccord en estimant la Région Capitale lésée. L'approbation est survenue suite à une réunion d'urgence du gouvernement bruxellois, convoquée à la demande des écologistes. La majorité PS- Ecolo - DéFI avait été fortement critiquée par le MR (présent, lui, au gouvernement fédéral) et par le CDH, dans l'opposition à tous les niveaux de pouvoir.

Si les Bruxellois ont finalement marqué leur accord, c'est après des précisions relatives à la répartition des moyens. Il est convenu, notamment, que la Flandre et la Fédération Wallonie-Bruxelles soutiendront leur capitale.

"Le Gouvernement bruxellois prend note de ce que les Communautés, la Flandre et la Fédération Wallonie-Bruxelles investiront également sur le territoire bruxellois (un quart des 495 millions d'euros dédiés à la FWB seront investis sur le territoire bruxellois), ainsi que l'État fédéral", précise le communiqué de la Région.

La "loyauté fédérale" et une vision complète du fédéralisme, y compris dans sa dimension communautaire, l'auront donc emporté. Une haute source de la Fédération Wallonie-Bruxelles tempère, toutefois, à LN24 l'idée d'un apport communautaire sur base d'une clé de répartition 75/25 entre la Wallonie et Bruxelles: "La seule chose actée, c'est que nous allons travailler sur base de la qualité des projets et certainement pas sur base géographique."

Le gouvernement bruxellois ajoute, d'ailleurs: "Par loyauté fédérale, le Gouvernement bruxellois marquera son accord lors du Comité de Concertation sur la proposition de répartition et souhaite la poursuite de la construction du plan de relance belge, présenté à l'Europe en avril prochain, avec des projets concrets au profit des Bruxelloises et Bruxellois, de la population belge et de l'Union européenne dans son ensemble.'

Fin de la tension fédérale. "Le gouvernement bruxellois marquera son accord sur la proposition de répartition des Fonds européen, souligne le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, et souhaite la poursuite de la construction du plan de relance belge, avec des projets concrets au profit des Bruxellois•es, de la population belge et de l'UE." Le leader socialiste bruxellois clôt de la sorte un épisode de tensions au sein des équilibres fédéraux du pays.Depuis l'annonce d'un accord fédéral, tous les partis bruxellois avaient marqué leur désaccord en estimant la Région Capitale lésée. L'approbation est survenue suite à une réunion d'urgence du gouvernement bruxellois, convoquée à la demande des écologistes. La majorité PS- Ecolo - DéFI avait été fortement critiquée par le MR (présent, lui, au gouvernement fédéral) et par le CDH, dans l'opposition à tous les niveaux de pouvoir.Si les Bruxellois ont finalement marqué leur accord, c'est après des précisions relatives à la répartition des moyens. Il est convenu, notamment, que la Flandre et la Fédération Wallonie-Bruxelles soutiendront leur capitale."Le Gouvernement bruxellois prend note de ce que les Communautés, la Flandre et la Fédération Wallonie-Bruxelles investiront également sur le territoire bruxellois (un quart des 495 millions d'euros dédiés à la FWB seront investis sur le territoire bruxellois), ainsi que l'État fédéral", précise le communiqué de la Région. La "loyauté fédérale" et une vision complète du fédéralisme, y compris dans sa dimension communautaire, l'auront donc emporté. Une haute source de la Fédération Wallonie-Bruxelles tempère, toutefois, à LN24 l'idée d'un apport communautaire sur base d'une clé de répartition 75/25 entre la Wallonie et Bruxelles: "La seule chose actée, c'est que nous allons travailler sur base de la qualité des projets et certainement pas sur base géographique."Le gouvernement bruxellois ajoute, d'ailleurs: "Par loyauté fédérale, le Gouvernement bruxellois marquera son accord lors du Comité de Concertation sur la proposition de répartition et souhaite la poursuite de la construction du plan de relance belge, présenté à l'Europe en avril prochain, avec des projets concrets au profit des Bruxelloises et Bruxellois, de la population belge et de l'Union européenne dans son ensemble.'