Ce mardi matin, il y avait plus de 130 000 personnes dans la file d'attente pour accéder au site QVax, et une heure d'attente. "C'est un succès, et c'est très bien: ça veut dire que beaucoup de gens veulent se faire vacciner. Il n'y a pas de raison de faire une course contre la montre, car c'est une base de réserve, une liste où les gens s'inscrivent. Mais il y a des priorités: les gens plus âgés, ceux qui présentent des comorbidités... Ce n'est pas l'ordre d'inscription qui définit l'invitation", explique Frank Robben, responsable de l'inf...

Ce mardi matin, il y avait plus de 130 000 personnes dans la file d'attente pour accéder au site QVax, et une heure d'attente. "C'est un succès, et c'est très bien: ça veut dire que beaucoup de gens veulent se faire vacciner. Il n'y a pas de raison de faire une course contre la montre, car c'est une base de réserve, une liste où les gens s'inscrivent. Mais il y a des priorités: les gens plus âgés, ceux qui présentent des comorbidités... Ce n'est pas l'ordre d'inscription qui définit l'invitation", explique Frank Robben, responsable de l'informatique lié à la vaccination, à RTL.La réserve Il souligne que ce n'est pas QVax qui choisit les réservistes. "Comparez le système à un banc dans le football. QVax fonctionne de la même manière. C'est un banc sur lequel se trouvent 2 millions de personnes", explique Robben au quotidien De Standaard. Le nouvel outil QVAX a été développé afin d'utiliser chaque dose de vaccin disponible alors que quotidiennement, dans chaque centre, certaines injections ne sont pas utilisées à la suite d'annulations de dernières minutes ou de personnes qui ne se sont pas présentées. Concrètement, les personnes volontaires à la vaccination de plus de 18 ans peuvent s'inscrire dès ce 6 avril sur le site www.qvax.be. Plusieurs informations sont requises parmi lesquelles le numéro de registre national, ainsi que les disponibilités du candidat. La personne est alors contactée par son centre de vaccination lorsqu'une possibilité de se faire vacciner se présente. Le système demande une certaine réactivité puisque sans réaction de la personne convoquée dans la demi-heure, l'invitation à se faire vacciner est envoyée à quelqu'un d'autre. La personne convoquée ne perdra toutefois pas sa place sur la liste de réserve, et recevra toujours son invitation à se faire vacciner.Cependant, les citoyens qui se sont inscrits sur la liste ne doivent pas s'attendre à être appelés dans l'immédiat : pour l'instant, le système est opérationnel dans un centre de vaccination wallon et dans deux centres flamands.Et les Bruxellois ? Pour l'instant, seuls les Wallons et les Flamands peuvent s'inscrire sur la liste de réserve. La Région bruxelloise a décidé d'utiliser un autre système, jugé plus simple. La plateforme Doctena, un système luxembourgeois utilisé dans plusieurs pays, sera opérationnelle à partir de la mi-avril. "En attendant, à Bruxelles, depuis un moment, les personnes qui n'ont pas reçu d'invitation ou n'en disposent plus, peuvent s'inscrire via le call-center. Ce système fait en sorte que nos créneaux de vaccination sont remplis", déclare le ministre de la Santé bruxellois Alain Maron (Ecolo) à BX1.