Les deux mères sont toujours incarcérées en Turquie, avec leurs deux plus jeunes enfants.

Les quatre aînés, âgés de 5, 5, 7 et 8 ans, ont longuement séjourné dans une institution de jeunesse en Turquie, puis ont finalement reçu via l'ambassade de Belgique les documents nécessaires pour leur retour au Plat pays. À leur arrivée sur le territoire lundi, ils ont été emmenés, sous escorte policière, dans un hôpital anversois pour un contrôle médical. Mardi, ils comparaissaient devant le tribunal de la jeunesse.

On ne sait pas encore si les quatre enfants pourront être pris en charge par des membres de leur famille en Belgique.

"Je peux seulement dire qu'une longue discussion a eu lieu, au cours de laquelle tous les éléments ont été abordés", a indiqué leur avocat, Me Damen. "À l'issue de l'audience, le juge de la jeunesse a pris une série de mesures que toutes les parties soutiennent."

Le conseil espère que ces enfants pourront désormais être "oubliés" en tant qu''enfants de l'EI' et être considérés à l'avenir comme des enfants ordinaires.

Les deux mères sont toujours incarcérées en Turquie, avec leurs deux plus jeunes enfants. Les quatre aînés, âgés de 5, 5, 7 et 8 ans, ont longuement séjourné dans une institution de jeunesse en Turquie, puis ont finalement reçu via l'ambassade de Belgique les documents nécessaires pour leur retour au Plat pays. À leur arrivée sur le territoire lundi, ils ont été emmenés, sous escorte policière, dans un hôpital anversois pour un contrôle médical. Mardi, ils comparaissaient devant le tribunal de la jeunesse. On ne sait pas encore si les quatre enfants pourront être pris en charge par des membres de leur famille en Belgique. "Je peux seulement dire qu'une longue discussion a eu lieu, au cours de laquelle tous les éléments ont été abordés", a indiqué leur avocat, Me Damen. "À l'issue de l'audience, le juge de la jeunesse a pris une série de mesures que toutes les parties soutiennent." Le conseil espère que ces enfants pourront désormais être "oubliés" en tant qu''enfants de l'EI' et être considérés à l'avenir comme des enfants ordinaires.