Les autorités fédérales ont établi une liste des groupes prioritaires pour l'administration du vaccin contre le Covid-19 sur base volontaire. Que l'on ait 35 ans sans comorbidité ou 75 ans avec du diabète et des soucis cardiaques changent grandement la donne pour déterminer sa place dans la file d'attente pour recevoir le vaccin.
...

Les autorités fédérales ont établi une liste des groupes prioritaires pour l'administration du vaccin contre le Covid-19 sur base volontaire. Que l'on ait 35 ans sans comorbidité ou 75 ans avec du diabète et des soucis cardiaques changent grandement la donne pour déterminer sa place dans la file d'attente pour recevoir le vaccin. Salam Moubarak, docteur de l'Institut National des Sciences Appliquées de Lyon (INSA), a créé un "calculateur de file d'attente" qui remporte son petit succès en France. Cet ingénieur en industrie robotique basé à Dubaï, a décliné cet outil pour la Belgique, avec son collègue Maciej Kowalski. Ce calculateur de file d'attente pour le vaccin en Belgique est basé sur les différentes informations données par le gouvernement belge. Par défaut, la calculateur base ces calculs sur le taux de vaccination hebdomadaire actuel et un taux d'adoption de 63%.Il prend en considération l'âge, la profession, l'état de santé, et les facteurs de risque de la personne qui désire se faire vacciner. Le calculateur fournit ensuite à l'aide de ces différents paramètres le nombre minimal et maximal de personnes qui se trouvent dans la file d'attente devant elle, ainsi qu'une estimation du délais avant de recevoir une première dose du vaccin. En faisant une simulation avec une personne de 40 ans, sans problème de santé, ne travaillant pas dans le secteur médical, l'outil estime précisément qu'entre 2.941.574 et 5.533.184 personnes se trouvent devant elle pour l'administration de la première dose du vaccin. La calculateur mentionne également : "Étant donné un taux de vaccination de 134.274 par semaine et un taux d'adoption de 63%, vous devez recevoir votre première dose du vaccin entre le 28/12/2021 et le 24/09/2022. Vous devez ensuite recevoir votre seconde dose entre le 18/01/2022 et le 15/10/2022."Pour un homme âgé de 75 ans souffrant de diabète, le temps d'attente est nettement raccourci. Cette personne peut espérer recevoir la première dose du vaccin contre le Covid19 entre le 19/03/2021 et le 16/06/2021. Basé sur son profil, il y a entre 220.461 et 1.075.480 personnes devant elle. Cette personne prioritaire recevra ensuite sa seconde dose entre le 09/04/2021 et le 07/07/2021.Les estimations de temps données par ce calculateur sont cependant à prendre avec des pincettes. La fourchette de temps est large - ce qui pourrait démoraliser certaines personnes qui découvrent la date présumée (très lointaine) de leur vaccination - parce que le calculateur prend en compte des critères très mouvants et incertains, comme le taux réel de vaccination au sein de la population.Les résultats obtenus pour l'instant correspondent à ce qu'il se passerait si la situation reste en l'état. Or, il est prévu que le rythme s'accélère, du moins, si aucun couac ne vient enrayer la machine. Pour refléter la réalité du terrain, le calculateur devra donc être mis à jour régulièrement pour tenir compte de l'évolution du rythme de la vaccination et des éventuels changements de stratégie. Ce que nous a confirmé l'un des créateurs de l'outil de simulation. Salam Moubarak nous explique que si les dates lointaines de vaccination peuvent en effet être démoralisantes dans la situation actuelle, la cadence va normalement s'accélérer. " Cela a été le cas pour tous les pays en début de campagne de vaccination. La cadence de vaccination lente au début, s'est ensuite accélérée, en France notamment. Si vous refaites une simulation dans un mois, le délai sera déjà peut-être raccourci. " La campagne de vaccination en Belgique est en effet censée connaître une grosse accélération avec l'élargissement des publics-cibles et la disponibilité des différents vaccins.Salam Moubarak met aussi en avant une autre option du calculateur, à côté du "taux réel". En cliquant sur "taux de vaccination" et ensuite sur "projections du gouvernement", le délai est ainsi fortement raccourci. Nous avons fait la même simulation pour une personne de 40 ans non prioritaire et la date du vaccin était estimée au mois de juin, au lieu du mois de décembre comme date la plus proche. "Le gouvernement belge a la volonté de vacciner tous les Belges qui le souhaitent pour la fin de l'été. Ce que nous faisons, c'est extrapoler la cadence de vaccination avec les données actuelles disponibles. Nous n'avons pas de boule magique pour faire d'autres projections sur le long terme. " Il ajoute : "Il est aussi possible d'introduire son propre taux si on trouve que le taux actuel n'est pas réaliste, qu'il est trop lent ou trop rapide. Mais là, les délais peuvent être encore plus longs. " L'outil comptabilisait à l'heure d'écrire ces lignes plus de 15.000 visiteurs belges. Il a dépassé les 2 millions en France et a déjà 15 millions d'utilisateurs en Grande-Bretagne, premier pays de lancement. Il est adapté quotidiennement avec les données disponibles au grand public sur les sites des autorités belges, dont celles publiées sur le site infocoronavirus.be et les informations épidémiologiques fournies par Sciensano.