Avez-vous déjà rêvé de ne plus jamais avoir à travailler ? Pour avoir assez d'argent pour ne faire que les choses qui vous rendent heureux et ne pas avoir à penser à ce que cela signifierait pour votre pension légale ?
...

Avez-vous déjà rêvé de ne plus jamais avoir à travailler ? Pour avoir assez d'argent pour ne faire que les choses qui vous rendent heureux et ne pas avoir à penser à ce que cela signifierait pour votre pension légale ?Bien que pour la plupart des gens, cela semble un rêve inaccessible, c'est l'ambition d'un groupe croissant de millennials. Ils sont adeptes du mouvement FIRE, qui signifie "Financial Independence, Retire Early" (indépendance financière, retraite précoce). Le mouvement est né aux États-Unis. L'une des grandes vedettes du mouvement est Mister Money Mustache, pseudonyme du blogueur Peter Adeney. L'informaticien américain a pris sa retraite à l'âge de 30 ans en réduisant implacablement ses dépenses, puis en investissant le capital ainsi libéré."L'indépendance financière n'est pas seulement un rêve américain. Dans notre pays aussi, le nombre d'adeptes augmente. Beaucoup de gens me demandent si ce n'est pas ennuyeux d'arrêter de travailler, mais je ne me suis pas ennuyé une seule seconde", déclare Sébastien Aguilar, 36 ans. Il est le fondateur de FIRE Belgium, une communauté de personnes qui s'entraident pour améliorer leurs finances. Il y a trois ans, lui et sa femme ont quitté le marché du travail. "J'apprends à cuisiner des plats asiatiques, je fais du bénévolat et je voyage beaucoup. Et pour le reste, je suis un père à plein temps. Nous avons deux jeunes enfants et ils ne sont pas encore allés un seul jour à la crèche. Ils ont besoin de nous maintenant et nous avons maintenant le luxe de pouvoir nous concentrer pleinement sur notre famille".La belle voiture Aguilar et sa famille vivent à Braine-l'Alleud, mais avant leur "retraite", ils vivaient à Dubaï, où Aguilar gagnait beaucoup d'argent en tant qu'ingénieur en développement durable. "Au tout début, je ne gagnais pas beaucoup d'argent, je suis même arrivé à un point où j'étais complètement fauché. J'étais endetté, j'ai dû emprunter de l'argent à mon frère et j'ai logé chez des amis pendant quelques semaines."C'était le début d'une quête de sécurité et de liberté financières. Lorsqu'il est entré en contact avec le mouvement FIRE, toutes les pièces du puzzle se sont mises en place. Pour rembourser ses dettes, Aguilar a dû surveiller ses dépenses, ce qui est également un élément crucial de la stratégie FIRE. Il a remboursé ses dettes rapidement, et très vite, il a eu plus d'argent qui rentrait que d'argent qui sortait. Et au lieu de retourner à son ancienne vie, il s'en est tenu à son style de vie frugal. Aguilar a vendu sa belle voiture pour prendre les transports en commun, et il a échangé son appartement a été échangé contre un projet de cohabitation avec des amis. "Vous n'avez pas besoin de devenir un roi du discount. Mais si vous voulez faire une grande différence dans vos finances, vous devez avoir le courage de procéder à des changements structurels, par exemple en déménageant dans un pays où les salaires sont plus élevés. L'indépendance financière est un état d'esprit".L'argent dont il n'avait pas besoin n'allait pas sur un compte d'épargne, mais était investi dans des fonds indiciels d'actions et d'obligations - des fonds communs de placement qui suivent uniquement un indice boursier et qui sont donc beaucoup moins chers que les fonds communs de placement bancaires traditionnels. "Je parvenais de mieux en mieux à réduire mes dépenses, j'ai obtenu une promotion et un salaire plus élevé, et les marchés financiers étaient à la hausse. Moins de trois ans plus tard, j'avais un portefeuille d'investissements dont les bénéfices annuels suffisaient à couvrir nos dépenses. À partir de ce moment-là, nous avons atteint l'indépendance financière et avons pu arrêter de travailler."Coûts élevés Le parcours de vie d'Aguilar est typique de la stratégie FIRE : économiser autant que possible pour mettre le plus d'argent possible de côté, puis le rentabiliser. Les adeptes du FIRE ne se contentent pas de placer leur argent sur un compte d'épargne. Ils recherchent des investissements à rendement élevé qui, au fil du temps, leur procureront un revenu passif suffisant pour vivre. Un adepte FIRE investit dans des placements, un autre dans l'immobilier et un autre dans une entreprise. "La partie investissement représentait le plus grand défi. J'ai vraiment dû creuser cette question, car vous ne payez des frais élevés que si vous vous en remettez à la banque. L'industrie de l'investissement ne se soucie pas des intérêts du petit investisseur individuel. Il faut donc tout faire soi-même. C'est pourquoi je crois tellement à l'investissement indiciel : tout le monde peut en profiter, pas seulement les riches."Tout cela semble très simple. Pourtant, le système ne convient pas à tout le monde. Aguilar : "Il faut être assez fort pour nager à contre-courant et choisir un chemin différent. Renoncer à sa voiture, à sa propre maison ou partir à l'étranger avec armes et bagages: tout le monde ne peut ou ne veut pas faire cela."Pourtant, Aguilar estime que les principes du FIRE sont précieux pour tous. "Je me rends compte que notre histoire est loin d'être ordinaire. Notre carrière d'expatriés à Dubaï a vraiment augmenté nos revenus. Vous avez besoin de ce genre d'accélération si vous voulez devenir rapidement indépendant financièrement. Mais le véritable pouvoir de l'indépendance financière commence au moment où vous prenez le contrôle de vos finances. Pour chaque euro que vous épargnez et investissez, vous gagnez un peu plus de pouvoir sur votre vie. Petit à petit, vous construisez la sécurité et la liberté. Chaque petit pas compte."La BulgarieMais comment un économiste chevronné perçoit-il le mouvement FIRE ? "Le raisonnement financier est certainement logique. Si vous dépensez moins d'argent et mettez plus d'argent de côté dans des placements en actions, vous constituerez plus de richesse à long terme que si vous laissiez tout sur un compte d'épargne", déclare Koen De Leus, économiste en chef de la banque BNP Paribas Fortis.La plupart des comptes d'épargne ne rapportent actuellement pas plus que le taux d'intérêt minimum légal de 0,11 %, alors que le rendement à long terme des actions est plutôt de 5 à 6 %. C'est une énorme différence. Si vous placez 1 000 euros par mois pendant dix ans sur un compte d'épargne rémunéré à 0,11 %, vous gagnerez 120 656 euros. Si vous placez cet argent à 6 %, vous gagnerez 163 879 euros au bout de dix ans. Après 20 ans, il y a 242 648 euros sur le compte d'épargne et 462 040 euros dans le portefeuille d'investissement. Après 30 ans, la différence s'élève déjà à 365 988 euros d'économies et à un peu plus d'un million d'euros d'investissements. Cela illustre la puissance des intérêts composés. Mais même avec un rendement de 6 %, il faut du temps. Vous ne pouvez accélérer l'accumulation de richesse qu'en recherchant des rendements plus élevés, mais alors la situation devient très risquée. Ou bien vous devez économiser encore plus d'argent, mais pour la plupart des gens, c'est irréalisable."Cela explique pourquoi de nombreux partisans du FIRE s'installent à l'étranger. Si vous vous installez en Bulgarie, où vous ne dépensez que 400 euros par mois et où vous pouvez travailler pour un salaire élevé, vous disposez bien sûr d'un levier important. Mais c'est un choix de vie qui ne convient pas à tout le monde", déclare De Leus.L'économiste voit un autre écueil. "Votre patrimoine n'est pas diversifié si tout est investi en actions. C'est très risqué et je ne le recommande à personne. Et si vous voulez vous constituer un capital financier le plus rapidement possible, vous n'avez aucune marge pour acheter votre propre maison. Et cela reste l'investissement le plus important et la garantie d'indépendance financière pour votre retraite.""Nous ne possédons pas de maison nous-mêmes et cela a contribué à accélérer notre indépendance financière. Nous pouvons toujours acheter une maison plus tard, ce n'est pas un si gros problème. Pour l'instant, nous sommes parfaitement heureux dans une maison louée. Je suis sûr à 99,99 % que je ne serai plus jamais à court d'argent. Même si les marchés boursiers traversent une autre grande dépression, je ne devrai plus jamais travailler", répond Aguilar.