Il faut en effet au moins six jours de délai pour que 80% des vaccinations réellement effectuées sur le terrain soient enregistrés dans le système, a expliqué la coresponsable de cette instance, Sabine Stordeur, lors d'un point de presse hebdomadaire en ligne.

Selon la task force, 378.932 personnes enregistrées ont déjà reçu la deuxième injection des vaccins - l'un de l'américain Pfizer et du labo allemand BioNTech et l'autre de la biotech américaine Moderna. Elles sont donc entièrement vaccinées. "Il n'y a aucun retard enregistré pour l'administration de ces deuxièmes doses", a assuré Mme Stordeur.

Elle a toutefois admis qu'une quantité de doses étaient "en transit" après avoir été livrées au distributeur fédéral et commandées par les Régions et les Communautés mais doivent encore être acheminées depuis le dépôt central vers les différents lieux d'administration. "C'est un peu moins" que les 30% mentionnés samedi par le journal 'La Libre Belgique', a souligné Mme Stordeur.

La task force souhaite toutefois réduire d'environ cinq jours à trois le délai entre l'arrivée des vaccins dans ce dépôt central et la livraison aux centres de vaccination, selon son président, Dirk Ramaekers.

En général, un délai de quatorze jours s'écoule entre l'arrivée de vaccins en Belgique et leur injection effective.

"Nous avons déjà pris de nombreuses mesures pour veiller à accélérer la campagne et réduire le plus rapidement possible cet écart", a précisé Mme Stordeur.

Il faut en effet au moins six jours de délai pour que 80% des vaccinations réellement effectuées sur le terrain soient enregistrés dans le système, a expliqué la coresponsable de cette instance, Sabine Stordeur, lors d'un point de presse hebdomadaire en ligne. Selon la task force, 378.932 personnes enregistrées ont déjà reçu la deuxième injection des vaccins - l'un de l'américain Pfizer et du labo allemand BioNTech et l'autre de la biotech américaine Moderna. Elles sont donc entièrement vaccinées. "Il n'y a aucun retard enregistré pour l'administration de ces deuxièmes doses", a assuré Mme Stordeur. Elle a toutefois admis qu'une quantité de doses étaient "en transit" après avoir été livrées au distributeur fédéral et commandées par les Régions et les Communautés mais doivent encore être acheminées depuis le dépôt central vers les différents lieux d'administration. "C'est un peu moins" que les 30% mentionnés samedi par le journal 'La Libre Belgique', a souligné Mme Stordeur. La task force souhaite toutefois réduire d'environ cinq jours à trois le délai entre l'arrivée des vaccins dans ce dépôt central et la livraison aux centres de vaccination, selon son président, Dirk Ramaekers. En général, un délai de quatorze jours s'écoule entre l'arrivée de vaccins en Belgique et leur injection effective. "Nous avons déjà pris de nombreuses mesures pour veiller à accélérer la campagne et réduire le plus rapidement possible cet écart", a précisé Mme Stordeur.