Plus d'un an après le début de la crise du coronavirus, la Belgique élargit son panel de tests. A côté des tests PCR, utilisés depuis le début, les entreprises et les citoyens pourront à leur tour être mis à contribution.
...

Plus d'un an après le début de la crise du coronavirus, la Belgique élargit son panel de tests. A côté des tests PCR, utilisés depuis le début, les entreprises et les citoyens pourront à leur tour être mis à contribution. Voici les trois lignes de défense de la stratégie belge:Première ligne de défense: les tests PCR classique. Le socle de notre stratégie de testing repose toujours en grande partie sur le test PCR. C'est le test le plus courant. Il se concentre sur les personnes qui ont des symptômes et les contacts à haut risque. Ce sont des prélèvements réalisés par un médecin généraliste ou dans une centre de testing, qui introduit un écouvillon dans le nez de la personne à tester contre le Covid. Le test est ensuite examiné dans un laboratoire. C'est le test le plus fiable, mais il faut attendre un certain temps pour obtenir le résultat (24h-36h). Ils sont particulièrement efficaces pour mettre en évidence les nouveaux variants. La Belgique dispose d'une capacité de 150.000 tests PCR par jour.Deuxième ligne de défense : les tests rapides antigéniques répétés au sein des entreprises et du secteur public. Depuis le 23 mars, il est également possible de faire des tests rapides antigéniques répétitifs en entreprises. Le médecin du travail ou un infirmier utilise également un écouvillon à insérer dans le nez. Il n'est pas nécessaire d'envoyer le test au laboratoire. Après environ 15 minutes, le résultat est disponible. Ces tests, effectués sur base volontaire, sont fournis gratuitement par le fédéral, sur demande des entreprises. Ils sont - surtout si le test est négatif - moins fiables que les tests PCR.Troisième ligne de défense: les autotests réalisés de A à Z par le citoyen. Ce sont également des tests rapides antigéniques, mais à réaliser soi-même. Depuis ce mardi 6 avril, les autotests sont également disponibles en pharmacie. Il est assez similaire au test rapide, sauf que l'écouvillon est beaucoup plus court. Il n'est pas nécessaire d'envoyer le test au laboratoire. Le résultat est connu dans le quart d'heure. Il peut être intéressant avant de voir son contact rapproché, par exemple.Un autre test est également utilisé en Belgique: le test salivaire. Le virus y est recherché dans la salive d'une personne. Il n'y a pas besoin d'aller chez le médecin, on peut le faire soi-même, mais le test doit être envoyé à un laboratoire pour être examiné. S'il fait l'objet d'études-pilotes, notamment dans l'enseignement, il n'est pas officiellement intégré à la stratégie belge de testing.