...

Un appel est lancé à une centaine de jeunes de 17 à 26 ans, invités, du 3 au 8 mars, à débattre et à adopter quatre projets de décret fictifs, suivant le processus utilisé par les vrais députés communautaires. Les séances se tiennent dans l'hémicycle du PCF mais c'est l'ASBL Parlement Jeunesse Wallonie-Bruxelles qui en est l'organisateur.Le 21 novembre, le bureau du Parlement a écrit un courrier à l'ASBL dans lequel il exprime sa désapprobation à propos de cette affiche "qui ne respecte pas le principe de neutralité" auquel est tenue l'assemblée. L'ASBL, indépendante du PCF, a pris acte de cet avis et a indiqué qu'elle n'avait pas souhaité créer la polémique. "Il est courant que des femmes voilées participent à notre simulation en tant que députées, nous explique Ludovic Panepinto, le président de l'ASBL, la jeune fille sur l'affiche a participé à deux reprises à nos précédentes sessions. Au cours de ces 23 années, poursuit le président nous avons accueilli des jeunes de toutes les origines ethniques et de toutes les conditions socioéconomiques. Nous ne voulons pas que les personnes de confession musulmane, ni de quelque autre religion, subissent de restriction pour participer à nos débats. Nous sommes une ASBL apartisane, nos jeunes députés ne sont pas soumis aux règles de neutralité qui s'imposent aux vrais députés. Cette opinion nous est propre, et nous respectons entièrement les conceptions de la neutralité et de la démocratie qui diffèrent de la nôtre."Pour rappel, une polémique avait éclaté, en 2009, quand la (vraie) députée d'origine turque Mahinur Ozdemir (CDH) était entrée au parlement bruxellois, voilée. Voile qu'elle porte toujours, à l'heure actuelle. Ce n'est pas illégal mais tous les députés n'avaient pas apprécié ce qu'ils avaient considéré comme une forme de prosélytisme musulman dans une assemblée politique tenue, comme toutes les autres assemblées du pays, à la neutralité. M.LA.