La dénonciation du sort des Ouïghours face à la répression de Pékin fait quasiment l'unanimité au sein de la classe politique belge, à tout le moins dans les généreuses déclarations d'intention. Quasiment, parce qu'une formation politique fait de la résistance avec une belle constance pour se garder de condamner le pouvoir communiste chinois.
...

La dénonciation du sort des Ouïghours face à la répression de Pékin fait quasiment l'unanimité au sein de la classe politique belge, à tout le moins dans les généreuses déclarations d'intention. Quasiment, parce qu'une formation politique fait de la résistance avec une belle constance pour se garder de condamner le pouvoir communiste chinois. Le Parti des travailleurs de Belgique de Raoul Hedebouw s'est fait une spécialité, ces derniers mois, de se réfugier dans l'abstention lorsqu'il s'agissait de se pencher sur la situation de la minorité musulmane chinoise. Le 12 juin 2020, abstention au Sénat sur une résolution condamnant "la pratique continue de prélèvement forcé d'organes en République populaire de Chine sur des prisonniers d'opinion, en particulier ouïghours". Le 31 août, abstention au conseil communal de Molenbeek lors du vote d'une motion "condamnant les actes de persécution graves de la Chine envers la minorité musulmane des Ouïghours et autres minorités". Enfin, abstention, le 17 décembre, au Parlement européen face à une résolution appelant à des sanctions contre Pékin pour la répression des musulmans du Xinjiang. Cette extrême prudence, dénoncée par l'essayiste de gauche Claude Demelenne, reflète-t-elle le reliquat d'adhésion à la pensée communiste pure et dure qui continue d'inspirer le PTB? Plus au sud, La France insoumise s'est clairement positionnée du côté de la minorité ouïghoure. Et il n'y a guère que quelques inconditionnels marxistes pour épargner Pékin. Parmi eux, Maxime Vivas, auteur du livre Ouïghours pour en finir avec les fake news (La Route de la soie, 2020, 176 p.), pour lequel toutes les accusations contre les dirigeants chinois sont inventées...