La vaccination des résidents des maisons de repos et de repos et de soins reste une priorité et les vaccinations qui y sont prévues doivent être garanties au maximum dans les semaines à venir, a insisté mardi la task-force vaccination lors d'une réunion d'urgence. C'est ce que rapporte l'Agence flamande Soins et Santé (Agentschap Zorg en Gezondheid), qui y a participé.

Etant donné que Pfizer va fournir moins de vaccins que prévu, l'Agence va devoir revoir complètement le calendrier de vaccination, a-t-il été décidé lors de cette réunion.

L'Agence Soins et Santé a été avertie mardi par l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) que Pfizer fournirait moins de vaccins que prévu la semaine prochaine. On ne sait pas encore combien de doses les hôpitaux peuvent attendre. Cela ne sera clair que dans les heures à venir. Dans les semaines qui suivent, la sécurité d'approvisionnement annoncée par l'entreprise pharmaceutique n'est plus garantie et il faut s'attendre à une réduction des chiffres prévus. Pfizer doit toutefois encore confirmer cela à l'AFMPS.

Entre temps, les vaccinations du personnel sont provisoirement reportées dans tous les hôpitaux flamands car Pfizer ne peut donc garantir une sécurité d'approvisionnement de ses vaccins dans les prochaines semaines, a signalé mardi soir Zorgnet-Icuro, la coupole de ces hôpitaux flamands. Aucune décision de ce type n'était encore à l'étude mardi soir, côté francophone, selon Santhéa, la coupole francophone.

Le calendrier de vaccination prévu doit dès lors être complètement réévalué. Les résidents restent le groupe prioritaire pour la vaccination. "Nous voulons garantir au maximum les vaccinations prévues dans les semaines à venir dans les maisons de repos et de repos et de soins, dans un premier temps pour les résidents", communique mardi soir l'Agence Soins et Santé. Les doses disponibles seront réservées à ces institutions.

Il est actuellement impossible de déterminer combien de vaccins peuvent être déployés dans les hôpitaux du pays et à quel moment. Les hôpitaux hubs, qui ont déjà commencé ou allaient commencer les vaccinations de leur personnel de santé cette semaine, sont priés de reporter les vaccinations. Mercredi matin, une réunion est prévue avec eux "pour évaluer, sur la base des informations disponibles à ce moment-là sur les livraisons de Pfizer, combien de vaccins peuvent être administrés dans les hôpitaux et quand".

Cette nouvelle incertitude concernant les livraisons à venir prouve la nécessité de constituer des réserves suffisantes lors de la planification des livraisons de vaccins et parfois de conserver des réserves dans les congélateurs, conclut l'agence sanitaire flamande.

En attendant, les vaccinations du personnel sont provisoirement reportées dans tous les hôpitaux flamands car Pfizer ne peut garantir une sécurité d'approvisionnement de ses vaccins dans les prochaines semaines, a signalé mardi soir Zorgnet-Icuro, la coupole de ces hôpitaux flamands. Aucune décision de ce type n'était encore à l'étude mardi soir, côté francophone, selon Santhéa, la coupole francophone.

"Si une Région doit modifier sa planification, toutes les Régions doivent le faire"

"Si une Région doit modifier sa planification, toutes les Régions doivent le faire" a répondu Sabine Stordeur lors de l'émission "Questions en prime" sur la RTBF lorsqu'on l'a interrogée sur l'annonce, mardi soir, du report de la vaccination du personnel de santé dans tous les hôpitaux flamands.

"Tous les hôpitaux de toutes les Régions du pays doivent s'aligner sur la planification. Nous sommes livrés sur une base nationale et l'allocation se fait ensuite proportionnellement à la base de la population. Si une Région doit modifier sa planification, toutes les Régions doivent le faire", a déclaré Sabine Stordeur. Evoquant les annonces récentes et variables de Pfizer sur la livraison des vaccins, la responsable s'est montrée prudente et entend désormais "ne pas prendre pour argent comptant les promesses avancées à plus ou moins long terme".

"La planification doit pratiquement évoluer au jour le jour et nous savons difficilement planifier, même à l'aulne d'une semaine", constate-t-elle. "Chaque jour, les infos varient", poursuit-elle. "On a accéléré la campagne de vaccination mais on ne peut pas l'accélérer indéfiniment". Il faut pouvoir assurer aux personnes qui ont reçu la première dose du vaccin qu'elles recevront la seconde dans les délais requis, a insisté Sabine Stordeur.

La vaccination du personnel hospitalier commence à une allure moins rapide que ce que la task-force avait espéré la semaine dernière, a-t-elle encore confié. "Ce n'est pas une question de vitesse de vaccination. C'est une question d'avoir à disposition les vaccins nécessaires" pour mener à bien la campagne de vaccination, a-t-elle encore relevé, soulignant que les vaccins arrivent actuellement dans des quantités "relativement modestes". En date du 18 janvier, 350.000 doses ont été livrées en Belgique. Pour l'instant, la moitié des résidents et du personnel de santé des maisons de repos ont été vacciné, situe Sabine Stordeur.

La vaccination des résidents des maisons de repos et de repos et de soins reste une priorité et les vaccinations qui y sont prévues doivent être garanties au maximum dans les semaines à venir, a insisté mardi la task-force vaccination lors d'une réunion d'urgence. C'est ce que rapporte l'Agence flamande Soins et Santé (Agentschap Zorg en Gezondheid), qui y a participé. Etant donné que Pfizer va fournir moins de vaccins que prévu, l'Agence va devoir revoir complètement le calendrier de vaccination, a-t-il été décidé lors de cette réunion. L'Agence Soins et Santé a été avertie mardi par l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) que Pfizer fournirait moins de vaccins que prévu la semaine prochaine. On ne sait pas encore combien de doses les hôpitaux peuvent attendre. Cela ne sera clair que dans les heures à venir. Dans les semaines qui suivent, la sécurité d'approvisionnement annoncée par l'entreprise pharmaceutique n'est plus garantie et il faut s'attendre à une réduction des chiffres prévus. Pfizer doit toutefois encore confirmer cela à l'AFMPS. Entre temps, les vaccinations du personnel sont provisoirement reportées dans tous les hôpitaux flamands car Pfizer ne peut donc garantir une sécurité d'approvisionnement de ses vaccins dans les prochaines semaines, a signalé mardi soir Zorgnet-Icuro, la coupole de ces hôpitaux flamands. Aucune décision de ce type n'était encore à l'étude mardi soir, côté francophone, selon Santhéa, la coupole francophone. Le calendrier de vaccination prévu doit dès lors être complètement réévalué. Les résidents restent le groupe prioritaire pour la vaccination. "Nous voulons garantir au maximum les vaccinations prévues dans les semaines à venir dans les maisons de repos et de repos et de soins, dans un premier temps pour les résidents", communique mardi soir l'Agence Soins et Santé. Les doses disponibles seront réservées à ces institutions. Il est actuellement impossible de déterminer combien de vaccins peuvent être déployés dans les hôpitaux du pays et à quel moment. Les hôpitaux hubs, qui ont déjà commencé ou allaient commencer les vaccinations de leur personnel de santé cette semaine, sont priés de reporter les vaccinations. Mercredi matin, une réunion est prévue avec eux "pour évaluer, sur la base des informations disponibles à ce moment-là sur les livraisons de Pfizer, combien de vaccins peuvent être administrés dans les hôpitaux et quand". Cette nouvelle incertitude concernant les livraisons à venir prouve la nécessité de constituer des réserves suffisantes lors de la planification des livraisons de vaccins et parfois de conserver des réserves dans les congélateurs, conclut l'agence sanitaire flamande.En attendant, les vaccinations du personnel sont provisoirement reportées dans tous les hôpitaux flamands car Pfizer ne peut garantir une sécurité d'approvisionnement de ses vaccins dans les prochaines semaines, a signalé mardi soir Zorgnet-Icuro, la coupole de ces hôpitaux flamands. Aucune décision de ce type n'était encore à l'étude mardi soir, côté francophone, selon Santhéa, la coupole francophone."Si une Région doit modifier sa planification, toutes les Régions doivent le faire" a répondu Sabine Stordeur lors de l'émission "Questions en prime" sur la RTBF lorsqu'on l'a interrogée sur l'annonce, mardi soir, du report de la vaccination du personnel de santé dans tous les hôpitaux flamands. "Tous les hôpitaux de toutes les Régions du pays doivent s'aligner sur la planification. Nous sommes livrés sur une base nationale et l'allocation se fait ensuite proportionnellement à la base de la population. Si une Région doit modifier sa planification, toutes les Régions doivent le faire", a déclaré Sabine Stordeur. Evoquant les annonces récentes et variables de Pfizer sur la livraison des vaccins, la responsable s'est montrée prudente et entend désormais "ne pas prendre pour argent comptant les promesses avancées à plus ou moins long terme". "La planification doit pratiquement évoluer au jour le jour et nous savons difficilement planifier, même à l'aulne d'une semaine", constate-t-elle. "Chaque jour, les infos varient", poursuit-elle. "On a accéléré la campagne de vaccination mais on ne peut pas l'accélérer indéfiniment". Il faut pouvoir assurer aux personnes qui ont reçu la première dose du vaccin qu'elles recevront la seconde dans les délais requis, a insisté Sabine Stordeur. La vaccination du personnel hospitalier commence à une allure moins rapide que ce que la task-force avait espéré la semaine dernière, a-t-elle encore confié. "Ce n'est pas une question de vitesse de vaccination. C'est une question d'avoir à disposition les vaccins nécessaires" pour mener à bien la campagne de vaccination, a-t-elle encore relevé, soulignant que les vaccins arrivent actuellement dans des quantités "relativement modestes". En date du 18 janvier, 350.000 doses ont été livrées en Belgique. Pour l'instant, la moitié des résidents et du personnel de santé des maisons de repos ont été vacciné, situe Sabine Stordeur.