De Wever: "Nous partons du principe que nous serons invités"

De Wever a commencé en répétant ce que son parti avait également souligné durant la campagne: les partis du gouvernement flamand se présenteront également ensemble au niveau fédéral. "Nous avons l'intention de nous présenter ensemble, si nous sommes invités. Et nous partons de ce principe".

La N-VA avait déjà qualifié cette stratégie de logique confédérale durant la campagne électorale. Le centre de gravité est placé auprès des régions qui doivent également dynamiser la formation du gouvernement fédéral. Même si De Wever a été pris de vitesse par les gouvernements bruxellois et wallon, il a tout de même obtenu ce qu'il souhaitait.

Beke: "Je suis agréablement surpris que l'Open VLD ait envie de souscrire ce projet"

Selon Beke, le CD&V et la N-VA se sont rapidement trouvés "grâce à leur politique de ces cinq dernières années". Il a également rappelé les promesses électorales de son parti. "Nous avons dit avant et après les élections qu'il fallait des gouvernements robustes et unanimes. Nous sommes agréablement surpris que l'Open VLD ait également montré l'envie et l'ambition de souscrire à ce projet".

Rutten : "S'engager au fédéral avec les libéraux francophones"

Gwendolyn Rutten a déclaré quant à elle que l'Open VLD montre ce dont la Flandre a besoin aujourd'hui. "Nous relevons le gant pour la croissance économique et pour s'occuper de ceux qui en ont besoin". Rutten a également resserré les liens avec son parti frère, le MR. "Nous nous engagerons ensemble, avec les libéraux francophones aussi, au niveau fédéral. "

Il faut maintenant attendre ce que donnera la visite de l'informateur Charles Michel (MR) au roi Philippe. Ce dernier désignera-t-il un formateur qui montera une coalition suédoise ? S'agira-t-il d'un Flamand seul ou placera-t-il un Flamand - le nom de Kris Peeters circule - au côté de Michel ?

De Wever: "Nous partons du principe que nous serons invités" De Wever a commencé en répétant ce que son parti avait également souligné durant la campagne: les partis du gouvernement flamand se présenteront également ensemble au niveau fédéral. "Nous avons l'intention de nous présenter ensemble, si nous sommes invités. Et nous partons de ce principe". La N-VA avait déjà qualifié cette stratégie de logique confédérale durant la campagne électorale. Le centre de gravité est placé auprès des régions qui doivent également dynamiser la formation du gouvernement fédéral. Même si De Wever a été pris de vitesse par les gouvernements bruxellois et wallon, il a tout de même obtenu ce qu'il souhaitait. Beke: "Je suis agréablement surpris que l'Open VLD ait envie de souscrire ce projet" Selon Beke, le CD&V et la N-VA se sont rapidement trouvés "grâce à leur politique de ces cinq dernières années". Il a également rappelé les promesses électorales de son parti. "Nous avons dit avant et après les élections qu'il fallait des gouvernements robustes et unanimes. Nous sommes agréablement surpris que l'Open VLD ait également montré l'envie et l'ambition de souscrire à ce projet". Rutten : "S'engager au fédéral avec les libéraux francophones" Gwendolyn Rutten a déclaré quant à elle que l'Open VLD montre ce dont la Flandre a besoin aujourd'hui. "Nous relevons le gant pour la croissance économique et pour s'occuper de ceux qui en ont besoin". Rutten a également resserré les liens avec son parti frère, le MR. "Nous nous engagerons ensemble, avec les libéraux francophones aussi, au niveau fédéral. " Il faut maintenant attendre ce que donnera la visite de l'informateur Charles Michel (MR) au roi Philippe. Ce dernier désignera-t-il un formateur qui montera une coalition suédoise ? S'agira-t-il d'un Flamand seul ou placera-t-il un Flamand - le nom de Kris Peeters circule - au côté de Michel ?