Un inventaire des 3.333 ASBL situées sur la zone de Bruxelles-Ouest a été effectué dans le cadre du plan Canal (1.617 à Molenbeek-Saint-Jean, 757 à Jette, 336 à Koekelberg, 312 à Ganshoren et 311 à Berchem-Sainte-Agathe).

Sur les 1.617 ASBL référencées à Molenbeek-Saint-Jean, environ 400 n'existaient plus et quelque 840 étaient en ordre. Au moins un membre de 102 de ces ASBL a été suspecté d'être lié avec des activités criminelles : radicalisme (51), drogues (17), armes (8), et autres faits majoritairement traite des êtres humains et faux papiers (26).

Étant donné la proximité des milieux criminels et terroristes, ces 102 associations font l'objet d'une enquête. "Recenser les associations sur la zone visait d'abord à remettre de l'ordre et il n'était pas question à ce stade de faire des contrôles approfondis", rassure Françoise Schepmans. "Beaucoup de ces associations n'existaient plus depuis des années et elles ont été radiées. Il est vrai que des associations à caractère social se sont un peu émues de ces contrôles, mais je n'ai reçu que deux plaintes effectives de l'Union des protestants et de La Rue. Contrôler toutes les associations a aussi évité de faire une sélection qui aurait pu être perçue comme stigmatisante. Ces recensements permettent par ailleurs à la police de détecter les associations qui sont des paravents à des activités illicites. Dans ces cas, des mesures de fermeture peuvent être prises. J'ai déjà par le passé fermé différents lieux qui s'adonnaient au trafic de drogues. Les Molenbeekois demandent aussi à vivre dans la sécurité et la sérénité".

Le recensement des ASBL se fera par la suite dans les autres zones de police de la Région.

Au niveau des domiciliations, les radiations à Molenbeek sont par ailleurs passées à 1.113 en 2016, contre 757 en 2015, 884 en 2014 et 854 en 2013. "Comme Molenbeek est une commune pilote avec Vilvoorde pour le plan Canal, on a selon les périodes entre 34 et 48 policiers supplémentaires, affectés pour beaucoup à la proximité. Ce renfort permet d'effectuer deux passages de vérification au lieu d'un seul pour les procédures d'inscription. Un recensement de la population a également été effectué à ces occasions. Je veux surtout lutter contre les marchands de sommeil et les personnes qui font des inscriptions fictives moyennant paiement".

Un inventaire des 3.333 ASBL situées sur la zone de Bruxelles-Ouest a été effectué dans le cadre du plan Canal (1.617 à Molenbeek-Saint-Jean, 757 à Jette, 336 à Koekelberg, 312 à Ganshoren et 311 à Berchem-Sainte-Agathe). Sur les 1.617 ASBL référencées à Molenbeek-Saint-Jean, environ 400 n'existaient plus et quelque 840 étaient en ordre. Au moins un membre de 102 de ces ASBL a été suspecté d'être lié avec des activités criminelles : radicalisme (51), drogues (17), armes (8), et autres faits majoritairement traite des êtres humains et faux papiers (26). Étant donné la proximité des milieux criminels et terroristes, ces 102 associations font l'objet d'une enquête. "Recenser les associations sur la zone visait d'abord à remettre de l'ordre et il n'était pas question à ce stade de faire des contrôles approfondis", rassure Françoise Schepmans. "Beaucoup de ces associations n'existaient plus depuis des années et elles ont été radiées. Il est vrai que des associations à caractère social se sont un peu émues de ces contrôles, mais je n'ai reçu que deux plaintes effectives de l'Union des protestants et de La Rue. Contrôler toutes les associations a aussi évité de faire une sélection qui aurait pu être perçue comme stigmatisante. Ces recensements permettent par ailleurs à la police de détecter les associations qui sont des paravents à des activités illicites. Dans ces cas, des mesures de fermeture peuvent être prises. J'ai déjà par le passé fermé différents lieux qui s'adonnaient au trafic de drogues. Les Molenbeekois demandent aussi à vivre dans la sécurité et la sérénité". Le recensement des ASBL se fera par la suite dans les autres zones de police de la Région. Au niveau des domiciliations, les radiations à Molenbeek sont par ailleurs passées à 1.113 en 2016, contre 757 en 2015, 884 en 2014 et 854 en 2013. "Comme Molenbeek est une commune pilote avec Vilvoorde pour le plan Canal, on a selon les périodes entre 34 et 48 policiers supplémentaires, affectés pour beaucoup à la proximité. Ce renfort permet d'effectuer deux passages de vérification au lieu d'un seul pour les procédures d'inscription. Un recensement de la population a également été effectué à ces occasions. Je veux surtout lutter contre les marchands de sommeil et les personnes qui font des inscriptions fictives moyennant paiement".