Il y a quelques années encore, la Direction centrale de lutte contre la grande criminalité et la criminalité organisée (DJSOC) de la police fédérale disposait de plus de quinze enquêteurs pour se concentrer sur les délits liés à l'environnement et à la santé publique. Aujourd'hui, il en reste à peine la moitié. De plus, les priorités du plan de sécurité nationale ont fait que certains phénomènes criminels - comme les trafic de plantes et d'animaux protégés - ne sont plus suivis correctement.
...

Il y a quelques années encore, la Direction centrale de lutte contre la grande criminalité et la criminalité organisée (DJSOC) de la police fédérale disposait de plus de quinze enquêteurs pour se concentrer sur les délits liés à l'environnement et à la santé publique. Aujourd'hui, il en reste à peine la moitié. De plus, les priorités du plan de sécurité nationale ont fait que certains phénomènes criminels - comme les trafic de plantes et d'animaux protégés - ne sont plus suivis correctement.Le premier chef de la police, Frans Geysels (67 ans), et son bras droit, Jan Van den Boeynants (58 ans), veulent maintenant renverser cette tendance. Ils dirigent l'unité fédérale Santé publique et criminalité environnementale (FUPHEC). L'équipe, logée au siège de la police, rue Royale à Bruxelles, a été mise en place en mars 2020. Outre les policiers, il comprendra bientôt un inspecteur de l'Agence de sécurité alimentaire de l'AFSCA et de l'Agence des médicaments AFMPS."On ne va pas s'occuper d'un sac poubelle. Nous nous concentrons sur la criminalité organisée liée à des phénomènes internationaux complexes", explique Geysels. "L'argent est le moteur. Les gens ne se livrent pas à la criminalité environnementale parce qu'ils aiment nuire à notre environnement ou à notre santé, mais parce qu'il y a beaucoup d'argent à en tirer. Peu importent les effets négatifs sur l'environnement et la santé".L'équipe de Geysels se concentre sur le trafic de déchets, le commerce illégal d'animaux et de plantes protégés au niveau international, la criminalité pharmaceutique, la criminalité alimentaire et la fraude écologique. "Nous recherchons les infractions pénales, telles que l'organisation criminelle, la falsification, la corruption et l'utilisation de faux documents. Nous le faisons en étroite collaboration avec les experts des services et agences de contrôle et de surveillance fédéraux et régionaux".Quel est l'objet de votre principale enquête sur les trafics de déchets?L'une des études les plus marquantes a débuté en 2014 et se trouve dans sa phase finale. Il se concentre sur une grande entreprise française qui, selon nos conclusions, a organisé 9800 transferts illégaux de déchets automobiles en trois ans. 212 000 tonnes ont transité par la frontière franco-belge, et pas moins de 40 000 faux documents ont été présentés. Le ministère public doit maintenant décider si l'affaire doit être portée devant les tribunaux ou si elle doit être réglée.Qu'est-ce que l'entreprise a fait de mal exactement?L'Europe exige que les véhicules soient recyclés à 95 %. La société a fait croire que c'était fait, mais en réalité la dernière partie n'était pas du tout recyclée. Les prestations acquises illégalement s'élevaient à 2,7 millions d'euros. Étonnamment, il s'agit d'un acteur international, et non d'un petit négociant en ferraille.Nous devons nous défaire de l'idée que seules les entreprises obscures trichent. Les petites entreprises trichent à petite échelle, les grandes entreprises à grande échelle.Vous craignez quel type de trafic de déchets?Dans le cas de grands chantiers, des règles strictes s'appliquent quant à ce qu'il convient de faire avec le sol excavé. La bonne terre est vendue, la terre contaminée doit évidemment être assainie. Comme cela n'est vérifié que sur papier, toute la chaîne se prête facilement à la fraude. Une entreprise pourrait, par exemple, mélanger de la terre contaminée avec de la terre pure. Si vous regardez le projet de tunnel Oosterweel de ce point de vue, je pense qu'il y a un risque de fraude en matière de terrassement.En pleine crise de coronavirus, vous avez sûrement beaucoup de travail au niveau de la lutte contre la criminalité pharmaceutique ? L'épidémie de coronavirus a conduit à une offre énorme de sites web illégaux de médicaments soi-disant efficaces contre le coronavirus. En outre, vous avez la vente de masques chirurgicaux de qualité inférieure et le commerce de kits de tests non validés. Une enquête est actuellement en cours : la vente de dispositifs médicaux sans autorisation CE valable. Le Belge en question prétend que tout est en ordre.À présent, on attend un vaccin.Attention, car s'il n'y a pas assez de vaccins, il y aura probablement un grand marché pour les faux vaccins. S'il n'y a pas assez de doses, certains se diront: holà, je vais gagner de l'argent avec ça.À quelle criminalité pharmaceutique la Belgique est-elle encore confrontée ?Les douanes interceptent une énorme quantité de comprimés de viagra contrefaits, principalement à Zaventem. On peut faire fortune avec les stimulants de l'érection. Vous achetez une telle pilule en Inde pour 1 cent. Si vous savez qu'à la pharmacie, une pilule de viagra coûte 10 euros, les bénéfices sont rapidement calculés.Outre les faux médicaments, on constate également que circulent encore des médicaments qui ont été officiellement retirés du marché européen. La sibutramine, par exemple, qui supprime l'appétit, aide à perdre du poids, mais peut également entraîner un risque accru de maladies cardiovasculaires graves. Dans toute l'Europe, on constate que la sibutramine est toujours vendue dans des cercles turcs.Un autre phénomène qui figure sur votre liste de priorités est la fraude écologique. Qu'est-ce que c'est exactement ?La législation environnementale récompense les bons comportements écologiques par des subventions et sanctionne les mauvais comportements par des taxes. Ces deux systèmes ne sont pas toujours à l'épreuve de la fraude et font l'objet d'abus à grande échelle. Pensez aux panneaux solaires, aux droits d'émission de CO2, au biodiesel... Les délinquants essaient de se procurer de l'argent pour quelque chose qu'ils n'ont pas fait et évitent de dépenser en éludant les impôts.