En 1929, le philosophe et sociologue espagnol José Ortega y Gasset publie La révolte des masses, où il exprime son dédain pour l'homme de masse égoïste. Qui au plus profond de lui pense qu'il est un petit dieu autonome qui peut faire un doigt d'honneur au gouvernement et à "l'autorité". Après une année de restrictions covid, un certain nombre de compatriotes ressentent sans doute aussi le besoin de faire un doigt d'honneur aux soi-disant responsables de toute cette calamité: les ministres, "la politique".
...

En 1929, le philosophe et sociologue espagnol José Ortega y Gasset publie La révolte des masses, où il exprime son dédain pour l'homme de masse égoïste. Qui au plus profond de lui pense qu'il est un petit dieu autonome qui peut faire un doigt d'honneur au gouvernement et à "l'autorité". Après une année de restrictions covid, un certain nombre de compatriotes ressentent sans doute aussi le besoin de faire un doigt d'honneur aux soi-disant responsables de toute cette calamité: les ministres, "la politique".Certains politiciens réagissent à ce besoin. Jean-Marie Dedecker, bourgmestre de la station balnéaire de Middelkerke, voit dans la politique du coronavirus l'énième exemple d'un gouvernement paternaliste. Il annonce, haut et fort - il se le doit - qu'il y aura des terrasses à Middelkerke à partir du 1er mai. Il ne le fait pas cela pour saboter les mesures sanitaires, explique-t-il au quotidien Het Laatste Nieuws, mais pour les améliorer: "Tout le monde sera assis à une distance réglementaire, et il n'y aura pas de files de centaines de personnes devant le marchand de glaces." Ce faisant, Dedecker se range ouvertement du côté des citoyens qui estiment que le gouvernement est responsable de n'avoir pas réussi à contrôler la pandémie. "Qui blâment-ils ? Nous, Monsieur Tout le monde. Nous ne respectons pas les règles."Bien sûr, Dedecker aime se donner des airs de cow-boy solitaire, tel un John Wayne de Flandre occidentale. "Si j'avais 49 ans, je déclencherais la révolution" déclare le presque septuagénaire dans le journal. Mais cette fois, Dedecker n'est pas le seul à critiquer. La semaine dernière, Willy Demeyer a délivré plus ou moins le même message. Demeyer est bourgmestre de Liège et vice-président du Parti socialiste (PS), le plus grand parti francophone. Il n'a pas l'intention d'ordonner aux policiers de prendre des mesures contre les restaurateurs qui installeraient leurs terrasses le 1er mai.Ému aux larmes C'est à Liège qu'en octobre dernier, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) a visité l'Hôpital MontLégia et qu'il a vu les soignants lutter contre le covid avec le courage du désespoir. Les images de l'homme politique en larmes ont été diffusées dans tout le pays. Ils contribuent à expliquer l'obstination avec laquelle Vandenbroucke poursuit sa ligne jusqu'à aujourd'hui.On savait déjà que Vandenbroucke serait un ministre coriace lorsque le président du parti, Conner Rousseau, l'a rappelé et l'a nommé comme une sorte de gestionnaire de crise. Cette désignation convient à de nombreux autres politiciens, d'ailleurs. Ils peuvent se cacher derrière sa figure et montrer plus de compréhension pour la population de plus en plus fatiguée par le covid.Le président de MR, Georges-Louis Bouchez, est un exemple typique. Lundi, Bouchez a critiqué Vandenbroucke pour la énième fois dans un tweet : "Le ministre de la Santé doit cesser de saper la confiance et le moral des Belges. Les terrasses ouvriront le 8. C'est un engagement !" Ou comment le 1er mai de Dedecker et Demeyer est immédiatement devenu le 8 mai. La même date que Vandenbroucke avait en tête, si les circonstances le permettent.Vandenbroucke subit son sort. L'interview qu'il a accordée samedi à De Tijd doit être l'interview la plus stoïque depuis le dernier mandat de Gaston Eyskens, au début des années 1970. "Maître Frank" ne se soucie guère des critiques: "Les peintures de caractère ne m'intéressent plus". Il est d'avis que les politiciens des partis gouvernementaux devraient défendre pleinement cette politique, qui bénéficie encore d'un large soutien : "Lorsque je vais chercher des frites, je fais la queue dehors comme tout le monde. Je vois très peu de personnes se promener sans masque alors qu'elles devraient en porter un."Vandenbroucke a-t-il raison ? Quelque part oui. Le week-end dernier, le soleil brillait. Il y avait beaucoup de gens dehors. Mais dans les journaux du lundi, il n'y a pas eu un seul grand article sur le non-respect massif des mesures sanitaires, et c'est probablement le meilleur signe qu'il n'y a pas eu d'incidents. À Bruxelles-Nord, un conducteur de train a été battu par un passager irascible qui refusait de mettre son masque. Et au bois de Hal, il y avait probablement un trop de gens pour admirer les jacinthes- que l'on trouve d'ailleurs dans presque tous les parcs et bois du Brabant et de Bruxelles. Mais aucun rapport ne fait état d'un nombre sans précédent de touristes à la côte ou de parasols de plage lancés sur la police. Pendant les vacances de Pâques, les hordes redoutées sont restées remarquablement calmes.Fatigué du Covid Cela ne signifie pas que la fatigue du covid n'existe pas. La grande majorité des gens se conforment aux règles imposées - certains avec plus de petits compromis que d'autres. Mais même ce groupe important de personnes à l'esprit civique en a ras-le-bol des restrictions imposées après un an de quarantaine. Ils se réjouissent également de boire un verre en terrasse, d'une visite à des amis ou de quelques heures de shopping informel : cette aspiration collective n'est tout de même pas si égoïste?Vandenbroucke a raison lorsqu'il déclare : "Je n'ai jamais dit que le secteur de la restauration serait ouvert le 1er mai. J'ai toujours dit le 1er mai au plus tôt". Mais seul un mauvais psychologue, ou un demi-jésuite ne comprendrait pas qu'après ces mots la population - et certainement l'horeca - attende avec impatience la date avancée par le ministre. Et seront déçus si la "promesse" n'est pas tenue. La variante de "vous auriez dû écouter plus attentivement" à "vous auriez dû lire les petits caractères" est politiquement peu judicieuse et socialement contre-productive. Et crée un terreau pour que se développe l'insatisfaction.Le sociologue Mark Elchardus est un partisan de longue date de Vandenbroucke. Mais lui aussi insiste sur des ajustements dans l'approche de la crise du covid. C'était une décision courageuse et correcte de Rousseau de nommer Vandenbroucke", dit-il. "Cependant, je pense qu'ils devraient en tirer la bonne conclusion : en 2024, Frank Vandenbroucke doit être éligible. L'électeur doit pouvoir s'exprimer sur sa politique. Parce que, bien sûr, il y a quelque chose à dire. Lorsque Vandenbroucke a été chargé de lutter contre la pandémie en tant que ministre en octobre 2020, certaines choses avaient déjà sérieusement dérapé et n'ont jamais été complètement corrigées."L'année dernière, en mars, au début de la crise, le gouvernement Wilmès a laissé la parole aux virologues et autres experts, car il n'avait pas le courage politique d'annoncer les 'mauvaises nouvelles' à la population", estime Elchardus. "Vandenbroucke ose le faire, et il le fait. Mais les experts n'ont jamais été rappelés à leur véritable rôle : celui d'expert, et non de politicien. Au contraire, certains experts se sentent à l'aise en tant que participants au débat public. Ils ont même commencé à s'habiller un peu mieux"."En attendant, ces experts continuent à pérorer avec assurance. Ils sont sortis de leur rôle de conseillers scientifiques de la politique et tentent de prendre le contrôle de la politique ou de l'ajuster selon leurs propres vues. De plus en plus de personnes trouvent cela déplaisant. Un politicien peut être démis de ses fonctions, mais un expert n'est jamais appelé à rendre des comptes. Un expert peut donc adopter une position 'irresponsable'. De cette manière, les experts contribuent à une crise de l'autorité politique : ils sapent la légitimité des politiciens responsables."Le Bois de la Cambre Et c'est ainsi que l'on retrouve le vieux "fossé avec le citoyen". Celui qui ne s'identifie pas à la politique d'intégration est un raciste. Celui qui a des doutes sur le programme vert de la Commission européenne est considérée comme un négationniste du climat. Celui qui remet en question la politique de covid est vite traité d'anti-vax. Racistes, climato-sceptiques, antivax : ce sont là trois variantes de l'éternel égoïste, l'ennemi juré antisocial de notre État-providence collectif. Frank Vandenbroucke donne parfois l'impression d'être ministre d'un pays modèle avec des habitants idéaux, et qui s'adresse à eux pour cette raison', dit Elchardus. "Et la presse s'empare de ce discours. Ce n'est pas bon, bien sûr. Tout le monde n'est pas fort. Les gens font des erreurs.""Les gens ont parfois des opinions discutables. Un bon politicien le comprend et en tient compte. C'est pourquoi je ne pense pas que ce soit une mauvaise chose que les politiciens fassent preuve de compréhension envers les personnes qui en ont ras le bol des mesures sanitaires. Pour exagérer un peu, nous avons enfermé nos jeunes pendant un an. Fallait-il envoyer la police montée à la première fête de quelques centaines de noceurs? Si j'avais encore 18 ans, j'aurais aussi dansé au Bois de la Cambre. Outre la compréhension, il existe une autre vertu politique cruciale : reconnaître le moment où une flexibilité prudente contribue davantage au respect des règles qu'une rigueur stricte. Cette année, je pense que ce sera le 1er mai."Des conseillers qui ne connaissent pas leur rôle, des politiciens qui laissent faire les conseillers, la presse qui dénonce pratiquement tous les ajustements de la politique covid comme un nouveau virage. En outre, tout le monde semble en vouloir au "système" parce que les vaccinations se déroulent trop lentement - ou du moins plus lentement que ce que nous aurions souhaité, espéré et promis - alors que la cause principale réside dans la capacité de l'industrie pharmaceutique. C'est l'anarchie qui règne, mais à la manière belge. Une chute de la fenêtre d'un hôtel a également fait un mort. Proportionnellement, ce décès a reçu plus d'attention que la plupart des 23 000 compatriotes qui ont succombé au covid.Où est la société civile?La Corée du Sud, Singapour et la Chine n'ont pas ce "problème". Là, le gouvernement peut imposer des mesures de quarantaine spécifiques aux personnes présentant un tableau clinique particulier. Cela n'est pas possible dans l'Union européenne. Ici, beaucoup de gens considèrent que même la base de données de références croisées est une menace pour notre vie privée et le secret médical. Et il est donc plus difficile pour un pays comme la Belgique de lutter contre une pandémie. Ou contre le terrorisme. Et nos politiciens, par définition, ont davantage les mains liées que les dirigeants et bureaucrates asiatiques. A l'incompréhension des médias et à la colère de la population.Enfin, "colère". Si l'horeca liégeois poursuit sa volonté, il se pourrait bien que la cité ardente installe des terrasses et que des restaurants ouvrent leurs portes. Une semaine avant le reste du pays - du moins si les hôpitaux tiennent le coup. Trinquer comme la plus haute forme de résistance. Cela rappelle Anarchy in the UK, la chanson phare des Sex Pistols en 1976 : "Your future dream is a shopping scheme". C'est comme ça que ça sonnait à l'époque et ce sera comme ça plus tard : la crise sera terminée quand les magasins seront à nouveau ouverts. La rébellion n'est pas encore imminente.Pourtant, la politique n'a pas intérêt à ignorer haut et fort toutes ces critiques. Ce n'est pas parce que les plaintes proviennent de citoyens individuels ou de suspects habituels tels que Jean-Marie Dedecker qu'elles sont par définition infondées. "Dans cette pandémie, la société civile s'est avérée à peine capable de jouer son rôle d'interprète de l'agitation populaire. La société civile ne fonctionne que pour les soi-disant minorités. Elle ne permet plus d'entendre la voix du citoyen si celui-ci ne peut être considéré comme appartenant à une minorité particulière", souligne Mark Elchardus.C'est aussi une caractéristique de cette pandémie : le coronavirus a amplifié ce qui était déjà là. Les entreprises ou organisations faibles sans coronavirus mais qui pouvaient encore le camoufler ont dû se rendre à l'évidence. Le virus a changé non seulement la société, mais aussi notre démocratie.