Concrètement, les deux syndicats réclament des mesures structurelles pour diminuer la facture énergétique des ménages, le maintien de l'indexation automatique ainsi qu'une réforme de la loi de 1996 sur la norme salariale. Celle-ci est fortement dénoncée ces derniers mois par les trois organisations syndicales, qui s'offusquaient qu'une marge de 0,4% maximale seulement était autorisée dans le cadre de l'accord interprofessionnel 2021-2022. Les syndicats réclament une révision de cette législation afin de permettre des négociations "plus libres".

C'est aussi le jugement rendu par le tribunal correctionnel de Liège condamnant 17 syndicalistes, dirigeants et affiliés de la FGTB, en lien avec une action de blocage menée il y a cinq ans, qui a mis le feu aux poudres. Les deux syndicats protestent dès lors aussi contre "la réduction" des libertés syndicales.

Le rendez-vous est donné à 10h30 à la gare de Bruxelles-Nord. Le cortège s'élancera à 11h00. Le port du masque est obligatoire.

Cette manifestation devrait perturber fortement les transports publics, à l'exception des trains, la SNCB ne prévoyant pas d'impact sur son réseau. La circulation ferroviaire est habituellement bien assurée lors de manifestations à Bruxelles, les trains permettant d'acheminer les protestataires vers la capitale.

Du côté de la Stib, on s'attend à des perturbations, en raison de la participation d'une partie du personnel à la manifestation mais aussi du passage du cortège dans les rues de Bruxelles. La société de transports en commun bruxellois indiquera sur son site web et son application, ainsi que sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter, dès lundi matin les perturbations exactes de son réseau. Son contact center sera également joignable dès 06h00 du matin.

En Wallonie, les bus devraient également circuler moins alors qu'un préavis de grève a été déposé auprès du Tec. Tous les trajets supprimés seront détaillés sur le site web du Tec, en fonction des régions. Quelques perturbations sont déjà connues. Ainsi, pour le Tec Liège-Verviers, il est déjà prévu que 45 lignes ne circulent pas du tout et que des voyages soient supprimés sur les autres. Dans le Brabant wallon, plusieurs dizaines de lignes sont déjà concernées par des suppressions de voyages tout comme dans le Hainaut et à Charleroi, où la liaison vers l'aéroport carolorégien et les métros devraient être impactés.

En Flandre, De Lijn mise sur une circulation de 60% de ses bus et trams. La société de transports flamande a élaboré un plan de circulation alternatif.

Concrètement, les deux syndicats réclament des mesures structurelles pour diminuer la facture énergétique des ménages, le maintien de l'indexation automatique ainsi qu'une réforme de la loi de 1996 sur la norme salariale. Celle-ci est fortement dénoncée ces derniers mois par les trois organisations syndicales, qui s'offusquaient qu'une marge de 0,4% maximale seulement était autorisée dans le cadre de l'accord interprofessionnel 2021-2022. Les syndicats réclament une révision de cette législation afin de permettre des négociations "plus libres". C'est aussi le jugement rendu par le tribunal correctionnel de Liège condamnant 17 syndicalistes, dirigeants et affiliés de la FGTB, en lien avec une action de blocage menée il y a cinq ans, qui a mis le feu aux poudres. Les deux syndicats protestent dès lors aussi contre "la réduction" des libertés syndicales. Le rendez-vous est donné à 10h30 à la gare de Bruxelles-Nord. Le cortège s'élancera à 11h00. Le port du masque est obligatoire. Cette manifestation devrait perturber fortement les transports publics, à l'exception des trains, la SNCB ne prévoyant pas d'impact sur son réseau. La circulation ferroviaire est habituellement bien assurée lors de manifestations à Bruxelles, les trains permettant d'acheminer les protestataires vers la capitale. Du côté de la Stib, on s'attend à des perturbations, en raison de la participation d'une partie du personnel à la manifestation mais aussi du passage du cortège dans les rues de Bruxelles. La société de transports en commun bruxellois indiquera sur son site web et son application, ainsi que sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter, dès lundi matin les perturbations exactes de son réseau. Son contact center sera également joignable dès 06h00 du matin.En Wallonie, les bus devraient également circuler moins alors qu'un préavis de grève a été déposé auprès du Tec. Tous les trajets supprimés seront détaillés sur le site web du Tec, en fonction des régions. Quelques perturbations sont déjà connues. Ainsi, pour le Tec Liège-Verviers, il est déjà prévu que 45 lignes ne circulent pas du tout et que des voyages soient supprimés sur les autres. Dans le Brabant wallon, plusieurs dizaines de lignes sont déjà concernées par des suppressions de voyages tout comme dans le Hainaut et à Charleroi, où la liaison vers l'aéroport carolorégien et les métros devraient être impactés. En Flandre, De Lijn mise sur une circulation de 60% de ses bus et trams. La société de transports flamande a élaboré un plan de circulation alternatif.