Le front commun des quatres organisations représentatives de la police belge a décidé ce lundi d'introduire un préavis de grève pour la police locale. Ce préavis couvrira toutes les actions des zones de police locale du 1er décembre 2021 au 31 janvier 2022.

Au coeur de la grève: les barèmes qui n'ont plus été revalorisés depuis la réforme des polices en 2001. Les revendications des syndicats portent sur une revalorisation salariale, les aménagements de fin de carrière et le rejet de coupes budgétaires, selon Eddy Quaino, permanent CGSP-Admi. Ce préavis pourra être retiré en cas d'avancée jugée suffisante par les syndicats lors de la prochaine négociation avec la ministre fédérale de l'Intérieur Annelies Verlinden. La date du 17 novembre est évoquée, mais doit encore être confirmée, a indiqué Vincent Gilles, président du SLFP Police.

Calendrier d'actions

D'ici à cette future négociation, les syndicats refuseront de participer à d'autres réunions ou groupes de travail, a-t-il poursuivi. Le front commun - composé de la CGSP, la CSC, le SLFP et le SNPS - planche par ailleurs sur un calendrier complet d'actions pour les deux mois à venir.

Dans un communiqué transmis à la mi-journée, le front commun détaille ses motivations. Le préavis déposé fait suite à l'échec des discussions autour de la revalorisation des salaires des policiers, entamées au début de l'année avec Annelies Verlinden. Les organisations syndicales protestent aussi contre la suppression de la Napap, le régime d'aménagement de fin de carrière propre aux policiers, après 2022. Elles dénoncent par ailleurs les coupes budgétaires imposées à la police fédérale qui "vont avoir des conséquences graves et des répercussions sur le personnel ainsi que sur les investissements à réaliser dans les prochaines années pour les divers services".

Le préavis couvrant les membres de la police locale s'ajoute à un autre préavis de grève qui protège, lui, les actions de la police fédérale jusqu'au 1er décembre prochain.

Le front commun des quatres organisations représentatives de la police belge a décidé ce lundi d'introduire un préavis de grève pour la police locale. Ce préavis couvrira toutes les actions des zones de police locale du 1er décembre 2021 au 31 janvier 2022.Au coeur de la grève: les barèmes qui n'ont plus été revalorisés depuis la réforme des polices en 2001. Les revendications des syndicats portent sur une revalorisation salariale, les aménagements de fin de carrière et le rejet de coupes budgétaires, selon Eddy Quaino, permanent CGSP-Admi. Ce préavis pourra être retiré en cas d'avancée jugée suffisante par les syndicats lors de la prochaine négociation avec la ministre fédérale de l'Intérieur Annelies Verlinden. La date du 17 novembre est évoquée, mais doit encore être confirmée, a indiqué Vincent Gilles, président du SLFP Police. D'ici à cette future négociation, les syndicats refuseront de participer à d'autres réunions ou groupes de travail, a-t-il poursuivi. Le front commun - composé de la CGSP, la CSC, le SLFP et le SNPS - planche par ailleurs sur un calendrier complet d'actions pour les deux mois à venir. Dans un communiqué transmis à la mi-journée, le front commun détaille ses motivations. Le préavis déposé fait suite à l'échec des discussions autour de la revalorisation des salaires des policiers, entamées au début de l'année avec Annelies Verlinden. Les organisations syndicales protestent aussi contre la suppression de la Napap, le régime d'aménagement de fin de carrière propre aux policiers, après 2022. Elles dénoncent par ailleurs les coupes budgétaires imposées à la police fédérale qui "vont avoir des conséquences graves et des répercussions sur le personnel ainsi que sur les investissements à réaliser dans les prochaines années pour les divers services". Le préavis couvrant les membres de la police locale s'ajoute à un autre préavis de grève qui protège, lui, les actions de la police fédérale jusqu'au 1er décembre prochain.