"La rédaction du recours est en cours mais nous ne disposons pas de délai précis", précise-t-il. "Nous espérons pouvoir le déposer au plus tard début de la semaine prochaine car nous arrivons à la période où les compétitions auraient dû reprendre."

La BBSA, représentant 58 salles en Wallonie et en Flandre et près de 1.500 affiliés, s'estime victime de "discrimination", tout comme la Fédération sportive belge de Bowling (FSBB) qui a, de son côté, introduit jeudi un recours en extrême urgence au Conseil d'État.

"C'est un sport où la distanciation sociale est déjà bien respectée. Les tables sont de grandes dimensions", ajoute le président de la BBSA. "Par ailleurs, nous avions déjà imposé le port du masque pendant la pratique. Nous demandons donc la réouverture complète des salles, au plus vite."

Pas qu'un loisir, un sport

Autre incohérence pointée du doigt par l'association, la catégorisation du secteur des billards et snookers comme "activités de loisirs" dans l'arrêté royal rédigé à l'issue du Codeco du 22 décembre. La BBSA rappelle que sa discipline est reconnue comme sport au niveau national par le Comité olympique belge. "Apparemment cela ne suffit pas. On voit par exemple qu'en Wallonie, nous sommes considérés comme une activité de loisir par l'Adeps. Nous sommes en train de nous renseigner pour voir comment on peut modifier cela."

Par ailleurs, la Fédération des loisirs a indiqué à la Dernière Heure qu'elle travaillait elle aussi sur la question afin de permettre une réouverture des escape games, paintballs et autres salles de jeux.

"La rédaction du recours est en cours mais nous ne disposons pas de délai précis", précise-t-il. "Nous espérons pouvoir le déposer au plus tard début de la semaine prochaine car nous arrivons à la période où les compétitions auraient dû reprendre." La BBSA, représentant 58 salles en Wallonie et en Flandre et près de 1.500 affiliés, s'estime victime de "discrimination", tout comme la Fédération sportive belge de Bowling (FSBB) qui a, de son côté, introduit jeudi un recours en extrême urgence au Conseil d'État. "C'est un sport où la distanciation sociale est déjà bien respectée. Les tables sont de grandes dimensions", ajoute le président de la BBSA. "Par ailleurs, nous avions déjà imposé le port du masque pendant la pratique. Nous demandons donc la réouverture complète des salles, au plus vite." Autre incohérence pointée du doigt par l'association, la catégorisation du secteur des billards et snookers comme "activités de loisirs" dans l'arrêté royal rédigé à l'issue du Codeco du 22 décembre. La BBSA rappelle que sa discipline est reconnue comme sport au niveau national par le Comité olympique belge. "Apparemment cela ne suffit pas. On voit par exemple qu'en Wallonie, nous sommes considérés comme une activité de loisir par l'Adeps. Nous sommes en train de nous renseigner pour voir comment on peut modifier cela." Par ailleurs, la Fédération des loisirs a indiqué à la Dernière Heure qu'elle travaillait elle aussi sur la question afin de permettre une réouverture des escape games, paintballs et autres salles de jeux.