L'accord de coalition flamand est ambitieux. Le gouvernement du Premier ministre Jan Jambon (N-VA) veut que 80% des Flamands de 20 à 64 ans soient opérationnels à long terme (il était de 74,6% en 2018). Si le taux d'emploi de la Flandre augmente de 5 points de pourcentage, il sera aussi élevé qu'aujourd'hui aux Pays-Bas et en Allemagne.

"Pour atteindre cet objectif, nous devons trouver 200 000 travailleurs supplémentaires", explique Sarah Vansteenkiste, coordinatrice du Centre for Work (KU Leuven). En outre, dans les années à venir, de nombreuses personnes de plus de 55 ans quitteront massivement le marché du travail. Entre 2023 et 2028, nous prévoyons environ 400 000 postes vacants. Et tout cela alors que la population en âge de travailler diminue."

Au total, 500 000 travailleurs seront bientôt nécessaires. "Alors qu'il y a déjà une pénurie sur le marché du travail."

Où allons-nous trouver les travailleurs supplémentaires? Et quelle politique faut-il pour cela? Le Steunpunt Werk a rédigé un rapport qui servira de guide au gouvernement Jambon. Knack a pu le voir en exclusivité et, avec Vansteenkiste, a passé en revue les principaux groupes qui s'occupent de notre réserve de travail.

1. Étudiants: examens obligatoires

Il y a maintenant près de 300 000 élèves âgés de 18 à 24 ans. Ils se tourneront vers le marché du travail dans les années à venir. Cela se passe bien, dit Vansteenkiste, mais il y a un certain nombre de points faibles. Certains étudiants allongent leurs études ou "s'enlisent" en cours de route. Plus de la moitié d'entre eux n'obtiennent pas leur bachelor dans un délai de trois ans et entrent sur le marché du travail plus tard. Nous devons agir à ce niveau-là, par exemple au moyen de tests obligatoires pour aider les étudiants à faire le bon choix d'études".

En outre, il existe un groupe de jeunes en décrochage scolaire qui n'ont pas de diplôme d'études secondaires, ne suivent pas de formation, ne travaillent pas, ne bénéficient d'aucun avantage et ne sont souvent même pas connus par le VDAB. Vansteenkiste : "Pour les atteindre, les écoles, les organisations de jeunesse, les autorités locales et les organisations de protection sociale doivent mieux travailler ensemble ".

2. Chômeurs: "Indemnités plus élevées ou moins élevées?"

Aujourd'hui, 95.300 chômeurs flamands sont à la recherche d'un emploi et sont disponibles pour travailler. "Ce groupe diminue depuis un certain temps maintenant", déclare Vansteenkiste. "C'est une bonne nouvelle, mais cela signifie aussi que la réserve de main-d'oeuvre diminue. Et ceux qui restent ont souvent un profil très difficile, pensez aux personnes peu qualifiées ou dont les compétences sont dépassées. Le VDAB (NDLT : l'Agence flamande pour l'emploi) tente également de les activer, mais certains passent toujours entre les mailles du filet."

Quel rôle les allocations de chômage peuvent-elles jouer ? Les économistes du travail ne sont pas d'accord sur ce point. Stijn Baert (Université de Gand) plaide en faveur d'une augmentation, puis d'une diminution plus rapide de l'allocation actuelle. Johannes Spinnewijn (London School of Economics) veut les réduire au début du chômage. C'est aux politiciens à trancher.

Il existe également une réserve de main-d'oeuvre pour les travailleurs : quelque 120 000 personnes souhaiteraient travailler plus d'heures. "Dans ce groupe, on trouve principalement des femmes, des jeunes et des personnes ayant un faible niveau d'éducation", explique Vansteenkiste. "Ils travaillent déjà et ils sont motivés, c'est l'avantage. On peut les aider en leur offrant des services de garde d'enfants abordables et en leur permettant de combiner plus facilement plusieurs emplois".

3. Plus de 55 ans : "Plus de travail faisable"

Il est important que les gens restent au travail, car ils n'ont pas besoin d'être remplacés si rapidement. Dans le passé, de nombreuses personnes de plus de 55 ans quittaient notre marché du travail par le biais de la retraite anticipée (aujourd'hui le régime de chômage avec complément d'entreprise (RCC)). Comme les règles sont plus strictes, ce groupe est en déclin. A part cela, de nombreuses personnes de plus de 55 ans cessent encore de travailler tôt. L'âge effectif moyen de départ à la retraite est désormais de 60,3 ans, alors que l'âge officiel de départ à la retraite s'élève à 65 ans. Vansteenkiste : " Au rythme actuel, où l'âge moyen de la retraite augmentant de deux ans par décennie, il faudra 25 ans pour atteindre l'âge de 65 ans ".

"Il faut miser davantage sur le travail faisable et sensé", déclare Vansteenkiste. "Malheureusement, des études révèlent qu'il y a de moins en moins de travail de ce genre. Les salaires, encore fortement liés à l'ancienneté, peuvent également expulser les personnes de plus de 55 ans du marché du travail".

4. Maladie, invalidité et handicap: "Plus de directives"

Le nombre de personnes en incapacité de travail pour cause de maladie ou d'invalidité est en augmentation. En Flandre, il y en a environ 290.000 parmi les salariés et les non-professionnels. Cette croissance s'explique par un effet démographique, mais elle est également tangible depuis que les allocations de chômage sont soumises à des conditions plus strictes. Vansteenkiste : " Surtout le groupe des malades de longue durée augmente. Il est donc conseillé d'apporter un soutien accru dès le début de l'incapacité de travail. Une personne malade depuis plus de trois mois éprouve des difficultés à retrouver un emploi".

Le professeur de médecine du travail Lode Godderis (KU Leuven) suggérait déjà qu'une note de maladie ne devrait plus indiquer que le patient est inapte au travail, mais ce qu'il est capable de faire. Et en cas d'épuisement professionnel, les médecins décident souvent, à leur discrétion, de la durée de l'incapacité de travail. Il y a un manque de directives à cet égard.

La Flandre compte également 30.000 personnes handicapées âgées de 18 à 64 ans qui ne travaillent pas. "Elles vivent souvent d'une allocation de remplacement de revenu ", dit Vansteenkiste. "Il ne sera pas facile de les faire travailler. Une politique ambitieuse en matière d'économie sociale peut être utile".

5. Allocataires sociaux : "Une coopération plus forte entre le VDAB et le CPAS"

Il y a maintenant près de 34 000 personnes qui perçoivent un salaire de subsistance ou une aide financière. 20% d'entre elles décrochent un emploi après un an. "Vous pouvez encore l'améliorer en renforçant la coopération entre le VDAB et le CPAS, qui verse le revenu d'intégration. Chaque CPAS peut maintenant compléter en partie l'activation elle-même, et certains CPAS réussissent mieux que d'autres à mettre les gens au travail. Cela pourrait être mieux organisé. Mais les bénéficiaires du revenu d'intégration restent un groupe difficile. Ils manquent souvent d'éducation et de compétences linguistiques. Et parfois, le travail ne rapporte pas beaucoup plus qu'un salaire de subsistance, par exemple parce que ces personnes doivent alors envoyer leurs enfants à la garderie.

6. Mères au foyer :'Supprimer les barrières'

Les 140 000 femmes au foyer constituent un groupe très important. D'une part, il y a les plus de 50 ans, principalement d'origine belge. Elles sont femmes au foyer depuis longtemps et n'ont pratiquement jamais travaillé. Ce groupe est en train de s'éteindre. D'autre part, il y a un groupe de jeunes femmes au foyer, qui représentent 40 % du total, soit 60 000 personnes. Vansteenkiste : "La majorité d'entre elles sont issues de l'immigration et sont peu scolarisées. Ces femmes sont souvent déjà en retard dans l'éducation préscolaire. Sur leur chemin vers le marché du travail, elles sont également confrontées à des obstacles, tels que la discrimination et un environnement social qui ne les ne soutient souvent pas autant dans leur recherche d'emploi. On peut travailler là-dessus."

***

Le gouvernement Jambon devra travailler dans de nombreux domaines. L'accord gouvernemental prévoit des mesures et des investissements dans l'éducation, la mobilité, la garde des enfants, etc. Mais, dit Vansteenkiste, "même si nous le faisons tous, ce sera un grand défi que d'atteindre un taux d'emploi de 80 %. C'est pourquoi, pour certains emplois, nous devons nous concentrer sur l'étranger. Nous avons donc également besoin d'une politique en matière de migration économique."

Si tous les ministres, le VDAB, les écoles, les employeurs, les employés et tous les autres acteurs ne remplissent pas leurs tâches, le gouvernement Jambon pourra écrire un taux d'emploi de 80%. Non pas à cause d'un manque d'emplois, mais à cause d'une pénurie de travailleurs.