Une réunion, initialement prévue lundi, a lieu ce dimanche entre la ministre de l'Education Caroline Désir et les acteurs de l'Enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les ministres Caroline Désir et Ben Weyts ont donné une conférence de presse pour présenter les nouvelles mesures concernant le secteur de l'enseignement.

Afin de réduire le nombre d'infections dans les écoles, les ministres de l'Education ont mis en oeuvre une série de mesures supplémentaires. Pour l'instant, il n'est pas question d'une fermeture avant les vacances de Pâques. "Nous voulons que les élèves puissent aller à l'école en toute sécurité jusqu'aux vacances de Pâques, et qu'ils puissent aller pleinement à l'école à partir des vacances de Pâques", déclare le ministre flamand Ben Weyts. Il affirme également que les ministres concernés ont été surpris par les déclarations sur les écoles lors du Comité de concertation.

Les chiffres doivent être surveillés, mais ne justifient pas à ce stade une fermeture des écoles, indique la ministre Caroline Désir. "Même avec le variant, on considère que les écoles ne sont pas l'unique moteur de l'épidémie, mais plutôt le réceptacle des contaminations qui se produisent dans le reste de la société". Elle rappelle qu'aucune autre collectivité n'est autant surveillée que les écoles, avec une transparence maximale. "Anticiper les vacances d'une semaine ou plus, c'est provoquer une rupture dans la scolarité", ce qui ajouterait aux difficultés de certains enfants.

Les ministres ont néanmoins décidé de prendre des mesures additionnelles. Elles seront d'application à partir de ce mercredi 24 mars jusqu'aux vacances de Pâques. Ces mesures sont destinées à éviter que différentes classes entrent en contact, surtout à l'intérieur.

- Une campagne d'information sur le respect des mesures sanitaires et les protocoles en vigueur.

- Repréciser les recommandations en matière d'aération.

- Les activités extra-muros d'un jour devront prendre place à l'extérieur.

- Fermeture des cantines. Les élèves mangeront soit en classe, soit à l'extérieur.

- Si des alternatives en extérieur existent, les salles des profs seront autant que possible fermées.

- En primaire, les cours d'éducation physique seront donnés autant que possible à l'extérieur. C'était déjà le cas en secondaire.

- Les réunions de groupe, déjà limitées, seront interdites.

- Seuls les tiers indispensables au bon fonctionnement de l'école et aux activités seront autorisés.

Ils souhaitent également agir plus vite et plus fort dans les communes où le virus est en forte progression. Dans ces localités, dès qu'un cas positif apparait dans une classe, la classe sera fermée jusqu'aux vacances de Pâques. Les trois ministres recommandent par ailleurs aux parents d'éviter les transports en commun pour se rendre à l'école.

Les ministres de l'Enseignement lancent également un appel pour que les membres du personnel de l'enseignement puisse faire partie des priorités de vaccination. "Il nous reste 10 semaines de cours, et nous allons devoir les organiser de la manière la plus sereine possible." Un ordre de priorité est fixé : l'enseignement spécialisé, puis les professeurs de maternelle, de primaire et enfin de secondaire.

Le Comité de concertation avait décidé vendredi de charger les ministres de l'Enseignement de chaque communauté d'imaginer une liste de mesures, à court terme, dans le but de limiter encore les risques de contamination au coronavirus dans le cadre scolaire. "L'analyse 'track & trace' montre que les contaminations se font principalement à deux endroits: les écoles et le lieu de travail", avait alors précise le Premier ministre Alexander De Croo.

Le Codeco a cependant déjà décidé de certains éléments: le masque obligatoire en 5e et 6e primaire, au plus tard à partir de mercredi (24 mars), et le report du possible retour à du 100% présentiel pour le 2e degré du secondaire. C'était prévu pour le 29 mars, c'est repoussé à la fin des vacances de Pâques. Pour tout le secondaire, l'enseignement à 100% en présentiel ne peut pas être envisagé avant cette échéance de fin des vacances.

Une réunion, initialement prévue lundi, a lieu ce dimanche entre la ministre de l'Education Caroline Désir et les acteurs de l'Enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les ministres Caroline Désir et Ben Weyts ont donné une conférence de presse pour présenter les nouvelles mesures concernant le secteur de l'enseignement. Afin de réduire le nombre d'infections dans les écoles, les ministres de l'Education ont mis en oeuvre une série de mesures supplémentaires. Pour l'instant, il n'est pas question d'une fermeture avant les vacances de Pâques. "Nous voulons que les élèves puissent aller à l'école en toute sécurité jusqu'aux vacances de Pâques, et qu'ils puissent aller pleinement à l'école à partir des vacances de Pâques", déclare le ministre flamand Ben Weyts. Il affirme également que les ministres concernés ont été surpris par les déclarations sur les écoles lors du Comité de concertation. Les chiffres doivent être surveillés, mais ne justifient pas à ce stade une fermeture des écoles, indique la ministre Caroline Désir. "Même avec le variant, on considère que les écoles ne sont pas l'unique moteur de l'épidémie, mais plutôt le réceptacle des contaminations qui se produisent dans le reste de la société". Elle rappelle qu'aucune autre collectivité n'est autant surveillée que les écoles, avec une transparence maximale. "Anticiper les vacances d'une semaine ou plus, c'est provoquer une rupture dans la scolarité", ce qui ajouterait aux difficultés de certains enfants. Les ministres ont néanmoins décidé de prendre des mesures additionnelles. Elles seront d'application à partir de ce mercredi 24 mars jusqu'aux vacances de Pâques. Ces mesures sont destinées à éviter que différentes classes entrent en contact, surtout à l'intérieur. - Une campagne d'information sur le respect des mesures sanitaires et les protocoles en vigueur. - Repréciser les recommandations en matière d'aération. - Les activités extra-muros d'un jour devront prendre place à l'extérieur.- Fermeture des cantines. Les élèves mangeront soit en classe, soit à l'extérieur. - Si des alternatives en extérieur existent, les salles des profs seront autant que possible fermées. - En primaire, les cours d'éducation physique seront donnés autant que possible à l'extérieur. C'était déjà le cas en secondaire.- Les réunions de groupe, déjà limitées, seront interdites. - Seuls les tiers indispensables au bon fonctionnement de l'école et aux activités seront autorisés. Ils souhaitent également agir plus vite et plus fort dans les communes où le virus est en forte progression. Dans ces localités, dès qu'un cas positif apparait dans une classe, la classe sera fermée jusqu'aux vacances de Pâques. Les trois ministres recommandent par ailleurs aux parents d'éviter les transports en commun pour se rendre à l'école. Les ministres de l'Enseignement lancent également un appel pour que les membres du personnel de l'enseignement puisse faire partie des priorités de vaccination. "Il nous reste 10 semaines de cours, et nous allons devoir les organiser de la manière la plus sereine possible." Un ordre de priorité est fixé : l'enseignement spécialisé, puis les professeurs de maternelle, de primaire et enfin de secondaire.Le Comité de concertation avait décidé vendredi de charger les ministres de l'Enseignement de chaque communauté d'imaginer une liste de mesures, à court terme, dans le but de limiter encore les risques de contamination au coronavirus dans le cadre scolaire. "L'analyse 'track & trace' montre que les contaminations se font principalement à deux endroits: les écoles et le lieu de travail", avait alors précise le Premier ministre Alexander De Croo. Le Codeco a cependant déjà décidé de certains éléments: le masque obligatoire en 5e et 6e primaire, au plus tard à partir de mercredi (24 mars), et le report du possible retour à du 100% présentiel pour le 2e degré du secondaire. C'était prévu pour le 29 mars, c'est repoussé à la fin des vacances de Pâques. Pour tout le secondaire, l'enseignement à 100% en présentiel ne peut pas être envisagé avant cette échéance de fin des vacances.