Mercredi matin, tous les ingrédients étaient réunis pour un Comité de concertation tendu, et la bataille a été rude. Avant le Comité de concertation, le président du MR Georges-Louis Bouchez avait déclaré "qu'il fallait apprendre à vivre avec le virus", et son homologue du PS Paul Magnette avait annoncé qu'il ne voulait pas revenir sur la réouverture de l'horeca prévue initialement le 1er mai.
...

Mercredi matin, tous les ingrédients étaient réunis pour un Comité de concertation tendu, et la bataille a été rude. Avant le Comité de concertation, le président du MR Georges-Louis Bouchez avait déclaré "qu'il fallait apprendre à vivre avec le virus", et son homologue du PS Paul Magnette avait annoncé qu'il ne voulait pas revenir sur la réouverture de l'horeca prévue initialement le 1er mai.Di Rupo et Jambon, même combatAssez rapidement, le Comité de concertation s'est mis d'accord sur la réouverture des écoles et la suppression du couvre-feu avant que les tensions ne se cristallisent autour de l'horeca. D'un côté le duo fédéral formé par le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) et le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a), de l'autre le tandem régional des ministres-présidents wallon Elio Di Rupo (PS) et Jan Jambon (N-VA) qui malgré leurs différences idéologiques s'entendraient bien. À en croire le quotidien De Morgen, plusieurs heures durant, Di Rupo et Jambon ont plaidé pour la réouverture des terrasses le 1er mai, un assouplissement jugé trop risqué par le tandem De Croo-Vandenbroucke qui souhaitait attendre le 15 mai. Soucieux de trouver un compromis, De Croo a alors proposé de rouvrir le 10 mai. "Frank, Alexander mais aussi le CD&V ont rejeté le 1er mai. De Croo nous a alors expliqué, qu'entre le 1er mai et le 10 mai, 500 000 personnes supplémentaires auront reçu une injection de vaccin et que cela valait donc la peine d'attendre quelques jours de plus", confie un négociateur à la Libre Belgique."Frank, tu irrites nos collègues" Face au blocage, le ministre des Indépendants et des PME, David Clarinval (MR) a alors proposé de rouvrir les terrasses le week-end du 8-9 mai. Selon un membre du Comité de concertation consulté par La Libre, Frank Vandenbroucke aurait alors tenté de bloquer la réouverture de magasins non essentiels et des métiers de contacts, une proposition qualifiée de "chantage" par certains. Sa proposition aurait suscité l'irritation d'Elio Di Rupo qui lui a lancé "Frank, je crois que tu commences à irriter nos collègues".Sur Twitter, le président de Défi François De Smet évoque d'ailleurs des "récits de marchandage de tapis". Selon lui, ces négociations devraient se tenir au Parlement, "en transparence et en public".Finalement, le Comité de concertation a décidé de rouvrir les terrasses des restaurants et des cafés le samedi 8 mai. D'ici là, 70% des personnes de plus de 65 ans devraient être vaccinées. Le reste de l'horeca ne devrait pas rouvrir avant juin.